Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Que penser de Vega ?

Rédigé par uTux Aucun commentaire

AMD RX Vega64 et RX Vega56 en test (Hardware.fr)

Vega c'est la nouvelle génération de cartes graphiques qui vient d'arriver chez AMD. L'objectif est de se remettre à niveau face à Nvidia qui domine en terme de performances et d'efficacité énergique depuis 15 mois (sortie des GPU Pascal en mai 2016). En effet les GPU Polaris (RX400 et RX500) constituent un rapport performances/prix intéressant pour les gamers et les mineurs mais ils sont loin derrière les GTX1070, 1080 et 1080Ti.

Et il se trouve que le résultat est... mitigé car même si l'objectif est atteint (Vega56 // GTX1070 et Vega64 // GTX1080) la GTX1080Ti reste toujours sans concurrence. Pire encore, Vega est un gouffre à énergie :

Dans les jeux cependant, la consommation ne se fait pas oublier, la RX Vega64 étant clairement aux limites de consommation. C'est tout de même 60% de consommation de plus qu'une GTX 1080 FE, et plus que la Ti.

Le ventilateur de type blower a également beaucoup de mal à évacuer toute cette chaleur :

Le blower utilisé par AMD est particulièrement bruyant avec un bruit de roulement très distinct. Les deux Vega sont à la même enseigne dans ce test, passé 70° le ventilateur du blower tournant effectivement à pleine puissance.

Alors oui c'est pas fameux :/ 15 mois de retard, gourmand et bruyant, quel intérêt reste-t-il à Vega ? Et bien pour sa défense, voici quelques points à considérer :

  • Nvidia a eu 15 mois pour peaufiner ses drivers, Vega débarque tout juste. Les mises à jour permettront de grappiller quelques %.
  • La carte est intéressante pour les possesseurs d'écran Freesync.
  • Phoronix mentionne l'excellent support des pilotes libres sur Linux, les déclarant même plus performants que les pilotes propriétaires.
  • Le test porte sur la carte de référence mais il faut s'attendre à voir débarquer des modèles personnalisés par les fabricants, avec un refroidissement plus efficace et plus silencieux.
  • AMD a une longueur d'avance dans le support de Vulkan et DirectX12 et mène le projet open-source GPUOpen, équivalent de GameWorks en libre (librairies permettant d'améliorer le rendu des jeux, par exemple le moteur physique).
  • Au moins Vega permet de concurrencer les GTX1070 et GTX1080 inégalées depuis 15 mois en terme de performances.

Mon ressenti personnel est un peu pessimiste. Ce n'est pas la première fois qu'AMD sort une carte graphique en retard et plus gourmande que Nvidia même si les performances sont à niveau. J'ai envie de dire que c'est le cas depuis 2014 avec les R290X puis les R9 Nano et Fury. L'histoire montre que les gamers préfèrent avoir un bon équilibre performances/consommation/silence. De plus, 15 mois d'avance c'est long et beaucoup (comme moi) ont déjà craqué pour une GTX1070 ou 1080. Après le coup de fraîcheur apporté par RyZen il est dommage de voir qu'AMD nous refait du AMD...

Emily is away, encore un coup de vieux

Rédigé par uTux 2 commentaires

Emily is Away est un petit jeu indé gratuit distribué sur Steam qui a eu droit à une certaine visibilité grâce aux vidéastes sur Youtube. Le principe est simple : c'est un simulateur de drague par Messenger.

L'interface reprend AOL Messenger que je n'ai personnellement pas connu, en revanche j'ai bien connu MSN. Si vous êtes trentenaire il y a fort à p arier qu'en lisant ces 3 lettres vous avez entendu dans votre tête le petit son caractéristique de réception d'un message, vous avez aussi pensé à Windows XP et à tous ces éléments de pop culture de l'époque 2002-2007, en bref ce jeu s'adresse aux nostalgiques.

Emily is Away

Le jeu simule une discussion avec Emily et plusieurs choix de réponse s'offrent à vous. Il vous faudra ainsi construire une relation avec elle en faisant attention à ne pas terminer en friendzone ! La suite (Emily is Away too), payante mais compatible Linux, ajoute une autre protagoniste et quelques bonus comme une ancienne version de Youtube utilisable, c'est excellent.

Le jeu est gratuit et si vous avez une petite heure à tuer et l'envie de vous replonger dans la nostalgie 2002-2007, laissez-vous tenter.

Rester sur Windows Phone ou quitter le navire ?

Rédigé par uTux 12 commentaires

Je suis passé de Android à Windows Phone depuis un peu plus de 2 ans et je ne regrette pas, c'est un excellent OS qui laisse bien plus de libertés aux utilisateurs. Un simple exemple : il est possible de désinstaller les applications fournies telles que Facebook ou même Onedrive, incroyable, vous ne verrez jamais cela chez Android ! En plus les Nokia Lumia ont toujours eu d'excellentes caractéristiques et de bons appareils photo à prix très intéressant. J'ai un excellent souvenir du Lumia 735 que l'on trouvait à 150-200€ et qui était pour moi proche de la perfection sans chercher à avoir de features inutiles. Aujourd'hui j'ai le Lumia 950.

Lumia 950

Mais bon il faut bien avouer que Windows Phone meurt petit à petit, les Lumia sont arrivés trop tard et n'ont pas réussi à se faire une place dans cet écosystème saturé par Android et iOS. On ne peut pas lutter contre Samsung qui inonde le marché d'appareils jetables et il ne suffit pas de vendre un flagship à +500€ pour avoir le même prestige que Apple. Le résultat c'est la désertification des éditeurs tiers du store, il n'y a plus d'applications. Alors personnellement j'ai appris à m'en passer mais ce qui m'inquiète un peu plus c'est que même Microsoft semble lâcher l'affaire progressivement. Outre le fait qu'on ne trouve plus de Windows Phone dans le commerce, je subits de plus en plus de bugs sur mon Lumia 950 censé quand même être un flagship donc un truc haut de gamme. En vrac :

  • Des bugs avec l'appareil photo (freezes)
  • L'écran qui devient noir pendant un appel et ne veut pas se rallumer ensuite
  • Les envoi vers Onedrive qui échouent 90% du temps
  • Crashs occasionnels
  • L'autonomie batterie catastrophique du Lumia 950, il faut le charger tous les jours!

Je rajoute aussi que les applications de navigation de Nokia, Here Maps et Here Drive qui étaient un véritable plus ont été remplacées depuis un bon moment par l’application "Cartes". Et cette application, c'est vraiment de la merde. Si vous voulez faire tous les embouteillages d'une ville, suivez ses indications, vous aurez droit au chemin le moins optimisé possible en plus d'un guidage vocal en franglais et d'options pas faciles à trouver. C'est vraiment la misère.

Bon il reste quand même beaucoup de points positifs notamment les photo qui sont excellentes de jour comme de nuit ainsi que le dispositif de charge sans fil très pratique quand on a le socle. Néanmoins je pensais que la mort de Windows Phone allait se faire uniquement au travers de la désertification des éditeurs tiers, mais là c'est Microsoft lui-même qui laisse tomber et tout le système s’effrite petit à petit. J'envisage donc le retour à Android même si ce n'est pas facile.

Chez Android c'est blanc ou noir, on a d'un côté des merdes lowcost qui n'ont aucun support logiciel, et de l'autre côté des appareils à 800-900€ avec des fonctionnalités ridicules et inutiles. Moi j'aimerai trouver quelque chose d'intermédiaire, un smartphone correct et bien supporté avec une bonne autonomie. Une sorte de Lumia 735 avec Android. Je n'ai pas besoin d'avoir du 1080p dans 5", je n'ai pas besoin d'un CPU 8 coeurs avec 4GB de ram, je me contenterai d'un truc cohérent avec Android stock. La réponse se trouve peut-être encore une fois chez Nokia avec le Nokia 5 qui me parait intéressant, malheureusement il est difficile à trouver pour le moment.

La réflexion est en cours.

Vivre avec MATE

Rédigé par uTux 4 commentaires

Je lis parfois que l'environnement de bureau MATE va mourir parce qu'on ne peut pas faire vivre indéfiniment une vieille techno et parce qu'en face il y a KDE, GNOME et Cinamon qui sont beaucoup plus modernes, etc etc. Mais d'où vient cette idée ? Le projet est toujours vivant et si on en croit les notes de version de la 1.18, le portage vers GTK3 a même été terminé. Et puis qu'y a-t-il besoin de moderniser ? MATE est un fork de GNOME2 donc 15 ans d'expérience et de peaufinage, ça tourne au poil et il ne manque vraiment pas grand chose. Allez en cherchant on va dire que MATE supporte mal le hidpi mais je n'en ai pas besoin.

Après 11 ans d'utilisation de Linux les bureaux qui réinventent la roue sans arrêt me laissent de marbre. Regardons ce qu'on a en face de MATE :

  • GNOME3 et ses utilisateurs qui se masturbent sur les nouvelles fonctionnalités à chaque version même s'il ne s'agit que de réimplémentation de choses qui ont été supprimées avant parce que les développeurs ont décidé que c'était mieux pour vous.
  • KDE qui repart de zéro presque tous les ans mais subit les mêmes tares, qui considère que LTS = 1 an et qui s'en-tête à coder des milliers de logiciels que personne n'utilise : KMail, KOffice, Konqueror et la liste pourrait s'allonger.
  • LXDE déclaré mort au profil de LXQT. Sauf que LXQT c'est vraiment pas stable ni même proposé sur toutes les distributions contrairement à LXDE. C'est un environnement moins austère qu'il n'y parait et il constitue une bonne solution de secours quand même Xfce se révèle trop lourd pour votre machine.
  • Xfce dont on annonce la mort chaque année mais qui vit toujours. Il constitue une excellente alternative à MATE même si je regrette un peu le manque d'homogénéité des logiciels. Xubuntu est l'une des meilleures distributions desktop, à mon sens.

Ayant fait le tour des environnements j'en reviens toujours à MATE, Xfce et LXDE que je trouve stables, efficaces et léger. Leur ancienneté ne constitue pas une dette technique, un poids dont on essaie de se débarrasser, ils sont au contraire une solide base pour tous les vieux cons comme moi.

RAID matériel vs RAID logiciel

Rédigé par uTux 3 commentaires

Je lis souvent que le RAID matériel c'est mal car on se retrouve prisonnier du hardware et cela peut poser des problèmes en cas de panne. C'est une idée un peu simpliste c'est pourquoi j'ai décidé de rédiger cet article.

Définition : RAID matériel, semi-matériel, logiciel ?

Même si je pense que tout le monde connaît déjà les différences, voici un petit résumé :

  • Logiciel : entièrement géré par le système d'exploitation, ce dernier voit les disques physiques et les utilise pour créer un ou plusieurs périphériques block virtuels qui peuvent ensuite être formatés avec n'importe quel système de fichiers. Sous Linux, c'est md qui remplit ce rôle et il est pris en charge par l'installeur Debian. Il est possible de booter sur du RAID logiciel.
  • Matériel : une carte additionnelle disposant d'un contrôleur (CPU + firmware + RAM) sert de couche d'abstraction. Le système d'exploitation ne voit plus les disques, uniquement les grappes (ou unités) gérées par la carte RAID. Il faut parfois un driver additionnel, mais la plupart du temps ils sont en upstream dans le kernel Linux (même avec Debian et son kernel sans blob propriétaire).
  • Semi-matériel : aussi appelé fake-RAID, c'est ce qui est proposé sur les cartes mères en complément de l'AHCI et de l'IDE par votre contrôleur de stockage (Intel, JMicron...). Ce dernier agit comme une espèce de parasite et puise dans les ressources système et a besoin de pilotes spécifiques pour être reconnu par le système d'exploitation, sous Linux c'est dmraid, sous Windows ça dépend.<-- Lire entre les lignes : c'est de la merde lowcost et vous ne devez jamais l'utiliser.
  • Géré par le FS (ex: ZFS ) : Certains systèmes de fichiers n'ont pas besoin de RAID à proprement parler, ils savent gérer directement la répartition/réplication des données. C'est le cas avec LVM qui dispose d'une implémentation basique ou encore ZFS, le meilleur FS du monde, qui lui dispose de fonctionalités avancées (mirror, stripping, raidz, spares...). <-- Lire entre les lignes : je suis un fanatique de zfs, vous devez l'utiliser.

Mon expérience

Le RAID matériel est souvent le plus simple car abstrait pour l'OS. Le changement des disques se fait à chaud et sur certains modèles il n'y a aucune manipulation à faire pour enclencher la reconstruction de la grappe. Il apporte aussi un gain en performances en raison du cache mais aussi parce qu'il soulage votre système lorsqu'il s'agit de calculer des parités (RAID5,6,50...). Il devient quasiment indispensable si vous souhaitez gérer de très nombreux disques (les cartes mères n'ont souvent pas plus de 8 ports SATA). En revanche, il est vrai que le RAID matériel peut poser des problèmes. Je n'ai jamais vu un contrôleur claquer mais j'ai "souvent" (au moins 3 fois par an sur une dizaine de cartes) subit des lag ou micro-coupures qui peuvent faire passer le système de fichiers en read-only et donc planter le serveur.

Le RAID semi-matériel c'est de la merde, très difficile à faire prendre en charge sous Linux en raison de drivers exotiques non libres. Il puise dans les ressources système pour fonctionner et on ne sait pas comment il se comporte si on change de carte mère ou même si on décide de reset le bios. A réserver au bidouillage ou aux gamers windowsiens qui veulent avoir 2 disques en RAID0 pour gagner en performances (encore qu'un unique SSD les écrase de loin). Mais à fuir en prod.

Le RAID logiciel est le plus sûr, il est upstream, non buggué et le CLI est assez évident. Attention je parle de Linux uniquement, je n'ai pas d'expérience avec le RAID logiciel de Windows. Pensez à installer Grub sur vos deux disques en cas de mirroring (RAID1). En cas de panne du serveur vous pouvez monter vos disques dans une autre machine et récupérer vos données. En cas de changement de disque il y a des opérations à faire en CLI mais ce n'est pas très compliqué.

La gestion par le FS (ZFS) est la méthode la plus souple et la plus puissante puisqu'on élimine une couche. Le FS a accès aux disques et à leur cache et sait comment les gérer et contrôler l'intégrité des données. En plus, en cas de changement de disque l'identification est plus simple et la procédure facilitée. Là encore vous devez faire les opérations en CLI, mais les commandes ZFS sont bien conçues et quasi intuitives.

Conclusion

Tout dépend de l'utilisation du serveur :

  1. ZFS est à privilégier si votre serveur est destiné à stocker des données (usage NAS ou SAN) très clairement. Et contrairement à ce qu'on pense, il ne faut pas des quantités astronomiques de mémoire vive, 8GB suffisent pour ZFS + vos services habituels (après ça dépend de la quantité de cache ZARC que vous souhaitez avoir).
  2. Le RAID logiciel pour vos serveurs Linux parce que c'est facile à installer, c'est fiable, et le CLI n'est pas très compliqué quand il s'agit de remplacer un disque.
  3. Le RAID matériel pour vos serveurs Windows (plus facile pour le boot) ou encore Linux si vous ne souhaitez pas vous embêter à gérer vous-même le RAID ou si vous avez des besoins spécifiques (très grand nombre de disques).
Fil RSS des articles