Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Retour sur le Bryton Rider 450

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Avant de commencer, deux points importants :

  1. Comme d'habitude, ce n'est pas un article sponsorisé. J'ai payé de ma poche ce petit gadget (€154,99) et je serais le plus honnête possible.
  2. J'ai utilisé cet appareil uniquement pour l'aspect cartographie donc je n'aborderais pas les fonctionnalités de statistiques ou le couplage avec des capteurs.
  3. Quand je parle de "cartographie", il s'agit de la capacité à charger des itinéraires au format GPX pour que l'appareil puisse les afficher sur la carte et me guider, il ne calcule pas lui-même les trajets.

J'ai pu tester cet appareil lors d'un voyage de 4 jours à vélo en 2020 et comme je le disais précédement je prépare mes itinéraires en amont pour ensuite les charger en GPX dans l'appareil.

Bryton Rider 450

Fixations

L'appareil est livré avec un socle à fixer sur le guidon à l'aide d'élastiques, adaptable à l'aide de 2 garnitures. Le Bryton Rider 450 vient ensuite se clipser dessus via 1/4 de tour. Non seulement il est solidement fixé mais en plus il se retire facilement, donc un très bon point.

Bryton fixé au guidon

Cartes, firmware, stockage

La mise à jour du firmware s'effectue avec un petit utilitaire à lancer depuis Windows ou Mac. Si vous êtes sous Linux, vous pouvez utiliser une machine virtuelle Windows avec l'USB en passthrough, c'est ce que j'ai fait et cela fonctionne plutôt bien.

La mise à jour des cartes s'effectue sans utilitaire, il faut les télécharger chez Bryton puis les copier en USB car l'appareil est reconnu comme une clé. De base il n'y a que ~700 MB de disponibles, heureusement il est possible de faire de la place en supprimant les cartes préchargées inutiles (par exemple les autres continents).

Le téléchargement des tracés GPX s'effectue lui aussi en USB.

Si on excepte la mise à jour du firmware, le Bryton Rider 450 est plutôt ami avec Linux et ne tente pas de nous casser les pieds avec une application ou un logiciel propriétaire, tout se fait en USB. Là aussi c'est un bon point.

Navigation, visibilité, Ergonomie

J'avais peur que l'écran soit trop petit (2,3 pouces) et que le fond de carte en noir et blanc soit illisible. Finalement ce combo fonctionne plutôt bien. S'il est certain qu'on a pas le confort de lisibilité d'un smartphone ou encore moins d'un PC, l'ensemble est correct pour le guidage et on distingue clairement le tracé à suivre et les différentes rues. Il arrive quand même que les cartes OSM ne soient pas tout à fait à jour, pour cela je recommande d'avoir un smartphone en secours (avec par exemple OSMandMaps et vos GPX).

S'il est possible de Zoomer sur la carte, en pratique on le fera rarement car cette opération est vraiment longue. On sent que l'appareil n'est pas une bête de compétition et il faut parfois attendre 20-30 secondes pour la mise à l'échelle. De la même manière il arrive que l'itinéraire disparaisse et revienne au bout de quelques secondes.

J'étais également inquiet du fait que l'écran ne soit pas tactile, mais cela se révèle finalement être un avantage. En effet l'utilisation de boutons en plastique ne pose pas de problèmes quand on a les doigts plein de sueur (en été), ou recouverts de gants (en hiver). Encore un aspect bien pensé.

Enfin je reprécise que le but de l'appareil n'est pas de calculer des itinéraires GPS.

Autonomie

C'est le point qui m'a fait choisir le Bryton Rider 450. En effet l'autonomie promise par le constructeur est de 32 heures, trop beau pour être vrai ? Verdict: ~13 heures (2 étapes et demi dans mon cas), sans Bluetooth, sans WiFi, sans capteur, sans rétro éclairage. On est très loin des 32 heures théoriques mais il faut tout de même signaler que l'appareil se recharge très vite, une petite demi-heure branché sur un powerbank est suffisante, cela compense un peu.

Conclusion

Dans l'ensemble je suis plutôt content du Bryton Rider 450, il fait bien le boulot que je lui demande (la navigation), il est plutôt ergonomique, il est linux friendly, et il est un fidèle compagnon quand je parts en voyage dans des endroits que je ne connais pas. Malheureusement il faut reconnaître que le constructeur est un peu trop optimiste sur l'autonomie batterie, voire malhonnête, c'est un point à prendre en compte si la batterie est votre critère déterminant.

Liens

J'ai réussi à commander une RTX 3070 FE

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Si vous ne suivez pas l'actualité du hardware, sachez que fin 2020 / début 2021 il est extrêmement difficile d'acheter des cartes graphiques, il y a une grosse pénurie sur à peu près tous les modèles :

RTX3070
Les cartes AMD chez materiel.net

Ou encore :

RTX3070
Les cartes Nvidia chez materiel.net

La cause de cette pénurie généralisée est difficile à identifier, beaucoup d'explications sont avancées sans preuve donc je ne les relaierai pas ici, mais disons que la sortie concurrente des AMD / Nvidia / Xbox Series / PS5 provoque des problèmes d'approvisionnement sur certaines puces. Cette énorme demande a provoqué l'explosion des prix des rares modèles disponibles d'autant plus qu'un phénomène de spéculation s'est créé (des gens achètent en masse des cartes pour les revendre sur eBay à prix d'or).

Les seules cartes qui sont restées à un prix fixe et "raisonnable" sont les "Founder Edition" (modèles vendus directement par Nvidia ou AMD). Le hic c'est qu'elles sont elles aussi en rupture de stock et qu'à chaque réapprovisionnement tout s'évapore en 2 minutes chrono ! Nous sommes donc rendus dans une situation où il faut utiliser des services de notification en temps réel et avoir un PC à portée de main pour avoir un espoir de commander. Et c'est ce que j'ai utilisé.

Je dois remercier pour cela FE PartAlert (et ses notifications Push dans Telegram) pour m'avoir sauvé la mise. A 14h40 j'ai reçu une notification, j'ai commandé (avec plusieurs refresh car le site avait du mal), et à 14h52 tout était déjà épuisé. Ce réapprovisionnement du catalogue (ou "drop" pour les initiés) aura donc tenu 12 minutes, un record.

Au final j'ai donc réussi à commander une RTX 3070 FE au prix officiel Nvidia (€519) qui pourra remplacer ma vénérable GTX 1070 que je possède depuis maintenant 4 ans. J'étais aussi très intéressé par une AMD RX 6800, mais les drop sont encore plus rares.

RTX3070
Source : Techpowerup

Le marché des cartes graphiques est vraiment dans un état lamentable. Entre la pénurie, la spéculation et les tarifs applesques, il est de plus en plus tentant de regarder du côté des nouvelles consoles (Xbox Series / PS5) ou des offres gaming cloud qui sont beaucoup plus abordables. L'avenir nous dira si le gaming PC "pur" est en train de se limiter petit à petit à une élite (très) fortunée capable de claquer €1000 dans une carte graphique.

3 films que j'ai aimé, en vrac

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Mad Max Furry Road

Affiche Mad Max Fury Road

Lorsque j'entends le terme remake, je suis en général assez frileux surtout quand cela concerne des films qui font partie de la pop culture et qui sont loin d'être obsolètes (par exemple Ghost Busters). Et pourtant Mad Max Furry Road fait figure d'exception puisque non seulement il respecte son matériau de base mais surtout il le magnifie avec des idées et des scènes sublimes.

Le film assume complètement son côté kitsch années 80 et lui rend hommage avec par exemple son méchant à la mâchoire métallique ou encore le concept des fermes de lait humain. Et surtout il y a ces énormes scènes où le gang roule en convoi dans le désert avec cette espèce de scène mobile qui crache du hard rock et du feu ! Shiny and chrome !

Les personnages fonctionnent bien puisque du côté des héros 3 personnalités différentes se côtoient avec Max qui ne se préoccupe que de sa propre survie, Furiosa qui essaie de sauver les femmes-esclaves du grand méchant, et Nux le pion de base fanatique qui va découvrir que son chef de gang n'est pas un dieu.

Si vous aimez les films des années 80, si vous aimez Mad Max, si vous aimez le kitsch, vous devez voir Mad Max Furry Road.

Sausage Party

Affiche Sausage Party

Si vous mélangez Toy Story et South Park, vous obtenez Sausage Party. Au cœur d'un grand centre commercial les produits prennent vie la nuit et célèbrent une espèce de grande messe joyeuse dans laquelle ils expriment leur désir de se faire acheter par des clients, ce qui revient plus ou moins à aller au paradis. Les choses vont changer quand le héros parti sauver sa bien aimée va découvrir qu'après avoir été achetés ce n'est pas la vie éternelle qui les attend mais une mort peu agréable.

Ce film a été reçu assez tièdement lors de sa sortie et s'est même attiré les foudres d'associations "conservatrices" en raison de sa vulgarité et sa sexualité, ce que je trouve étrange puisqu'il est loin d'être aussi trash qu'un South Park (mis à part la scène d'orgie à la fin mais bon). A mon avis c'est surtout son thème principal qui dérange le plus car il caricature les religions et certaines communautés.

Sans dire que le film est hilarant, j'ai bien apprécié l'humour, l'histoire et les personnages. On est presque dans une parodie de film d'animation et je trouve l'ensemble particulièrement cohérent avec beaucoup d'auto-dérision.

La fin de Clone Wars

Affiche Clone Wars Season 7

Star Wars: The Clone Wars est une série sur laquelle je suis assez partagé. S'il est indéniable qu'elle dispose de beaucoup de moyens et nous offre une qualité d'animation et des combats remarquables, elle souffre à mon sens de gros défauts comme les clichés ou l'obligation de maintenir le statu quo puisqu'il ne faut pas empiéter sur l'Episode III qui arrive derrière.

La série a débuté en 2008 et a perduré jusqu'en 2014 au travers de 6 saisons qui ont eu le mérite d'explorer un peu l'univers étendu mais qui au final étaient plutôt oubliables, avec peut-être une exception pour la 6e qui nous permet d'en apprendre plus sur l'Ordre 66, l'immortalité, et qui porte un arc narratif autour d'Ahsoka Tano menant à son départ de l'Ordre Jedi. Alors que la série était morte et enterrée, Disney+ a repris les rênes et produit une 7e saison en 2020 pour conclure la guerre de clones avec un final grandiose et émouvant.

  • Les 4 premiers épisodes mettent à l'honneur le Bad batch, une escouade de clones "non conformes" disposants de capacités hors du commun, mais aussi le capitaine Rex dont la personnalité est enfin développée.
  • Les 4 épisodes suivants sont centrés sur Ahsoka Tano qui se lie d'amitié avec 2 sœurs des bas fonds de Coruscant - Trace et Rafa Martez - avant de se retrouver malgré elle dans une histoire de trafic d'épice avec un syndicat du crime. Ces épisodes ne sont pas très intéressants et n'ont aucune utilité à part justifier le retour d'Ahsoka.
  • Les 4 derniers épisodes se déroulent avant, pendant et après l'Ordre 66. C'est une sorte d'Episode III vécu par Ashoka Tano, loin de Corruscant et des autres Jedi. Cet arc est parfait, magnifique, émouvant, et justifie à lui seul l'existence de la saison 7 et la nécessité de la regarder.

Les 2 voire 4 derniers épisodes de la série peuvent être considérés comme un long métrage car ils se suivent. J'ai adoré l'ambiance pesante qui règne au début lorsque tout le monde sent que la situation va basculer, le départ d'Obiwan et Anakin pour aller sauver le chancelier (clap de début de l'Episode III), l'hommage rendu à Ashoka de la part de son bataillon de clone, le même qui fatalement recevra l'ordre 66 et essaiera de la tuer. Le final grandiose de la série se déroule donc à huis-clos dans un croiseur militaire duquel Ahsoka et Rex vont devoir s'enfuir. Il est ponctué par une fin déchirante qui clos à merveille la série.

Le drame CentOS 8

Rédigé par uTux 2 commentaires

La nouvelle est tombée il y a quelques jours : le support de CentOS 8 se terminera fin 2021 et la distribution basculera à 100% sur le modèle Stream. C'est un changement de gouvernance brutal et destructeur pour ses utilisateurs car CentOS ne sera plus un clone de Red Hat gratuit mais plutôt son pendant "Windows Insider".

Il faut bien comprendre que CentOS c'est quelque chose de gros : c'est la 2e distribution la plus utilisée au monde sur les serveurs Web Linux en 2020 avec 18,8% de parts de marché. Moi qui travaille avec du Cloud et du Linux en entreprise, je confirme que ça représente à la louche 60% de nos serveurs (non Windows) peut-être même plus.

Qu'est-ce qui plaît autant dans cette distribution encore plus en retard que Debian et avec des dépôts tellement vides qu'il n'y a ni nginx ni htop ?

  • C'est basiquement un clone gratuit de Red Hat, donc très stable et certifiée par des tas de constructeurs de matériel et éditeurs de middlewares.
  • Support incroyablement long, une dizaine d'années.
  • Bénéficie de l'énorme documentation en ligne de Red Hat.
  • La pauvreté des dépôts est compensée par EPEL et SCL (mais aussi tout un tas d'autres).
  • La version du kernel est vieille mais les drivers et correctifs de sécurité sont backportés dedans.
  • Certains n'aiment pas les libertés prises par Debian dans le packaging de certaines applications (par exemple Apache). CentOS est un peu plus proche de l'upstream sur ce point.

En gros CentOS était une distribution incassable, prévisible, ennuyeuse, et avec un support extrêmement long. On comprend alors que l'abandon de cette stabilité au profil d'un modèle de type "testing" ou "insider" va totalement à l'encontre de ce qui faisait son intérêt. Mais alors, que peut-on faire ?

Si possible, ne plus déployer de CentOS 8 en attendant que la situation se stabilise. Cette annonce a provoqué de très nombreux retours négatifs de la communauté et il est évident que le projet se rend compte qu'il se saborde lui-même. En ce qui me concerne j'espère soit une annulation de cette décision, soit au contraire un message clair qui indique qu'IBM/Red Hat ne veut plus de CentOS dans sa forme actuelle, dans les deux cas nous serions fixés sur l'avenir.

En attendant, si vous devez déployer de nouveaux serveurs, il existe des alternatives :

  • Si vous n'avez aucune fidélité à RHEL/CentOS ou aux RPMs, Debian et Ubuntu sont des alternatives de choix. J'ai une nette préférence pour la première que j'ai toujours trouvé plus légère, plus stable, et qui n'installe pas snap par défaut.
  • CentOS 7 reste une option à ne pas négliger, car supportée jusqu'en 2024.
  • Si vous avez besoin de la compatibilité RHEL/CentOS 8, il y a Oracle Linux. Alors oui le nom fait peur car quand on parle d'Oracle on pense aux tarifs exorbitants, à OpenOffice, et aux pratiques crapuleuses, il n'empêche que la distribution est bien gratuite et qu'elle perdure depuis 2013, en plus d'être elle aussi un clone de Red Hat. Elle est fournie avec deux kernel : RHCK (compatible Red Hat / CentOS) et UEK (Unbreakable Enterprise Kernel, plus récent et ne nécessitant pas de reboot). Oracle Linux est à mon sens l'alternative la plus crédible à CentOS. Pour couronner le tout, un script de migration est disponible : lien vers un retour d'expérience.
  • Je ne recommande pas Rocky Linux, c'est beaucoup trop tôt. Des tas de distributions naissent et meurent chaque année, ou se retrouvent parfois dans un état intermédiaire façon Mageia, donc attendons de voir si Rocky aura les moyens de ses ambitions. Elle n'est de toutes manières pas encore disponible.

Il est urgent d'attendre, laissez passer les fêtes pour voir comment la situation évolue. Voilà mon avis sur le feuilleton CentOS ;)

Le paradoxe de Noël

Rédigé par uTux 2 commentaires

Alerte à la philosophie de comptoir!

S'il y a du monde pour dénoncer l'impact écologique du Black Friday (on y reviendra), en revanche personne ne remet en cause Noël, cette fête déraisonnable où il faut absolument acheter, consommer, bouffer, offrir, quitte à passer après par la case Leboncoin pour revendre tous ces trucs dont on a pas besoin.

La différence entre le Black Friday et Noël ? Le premier est d'origine américaine donc c'est forcément mal. Il véhicule aussi le fantasme de soldes monstrueuses dérégulées, ce qui est loin d'être le cas du moins dans les produits informatiques où les prix ne changent pas vraiment. C'est bien simple depuis que les boutiques françaises se sont approprié le Black Friday, je le vois comme une immense campagne de pub, la fête aux "faux prix barrés" et aux fausses promotions parce qu'il faut bien se rappeler que les soldes en dehors des périodes réglementées sont interdites, point.

Noël c'est un peu un Black Friday décomplexé : vous savez qu'il faut consommer, mais on ne vous fait même pas croire qu'il y a des promotions. Et accessoirement vous devez aussi acheter des jouets faits en Chine (mais surtout pas chez Amazon, non non il faut faire travailler les commerces français), du foie gras (coucou la souffrance animale), des chocolats (coucou l'obésité, 4e facteur de risque des cancers), des huîtres, et de l'alcool (2e facteur de risque des cancers). Petit aparté: à l'heure où certains cherchent des cancers dans les antennes 5G, il serait peut-être temps de se rendre compte qu'on a aucun problème à consommer volontairement des produits toxiques à côté (alcool, tabac, malbouffe) grâce à des fêtes comme Noël.

A Noël 2019 j'ai réalisé que j'avais demandé des cadeaux dont je n'avais pas vraiment besoin et qu'à l'inverse j'en ai offert juste pour la forme, parce que c'est la tradition. Donc cette année mon message est clair : je ne veux pas de cadeau. Je continuerai tout de même d'en faire mais à la condition qu'ils soient vraiment utiles, et de préférence dématérialisés. Je ne participerai pas des "banquets" à la chaîne qui impliquent de se gaver de fruits de mer, de chocolat et de vin. Et surtout personne ne me fera culpabiliser parce que j'achète sur Amazon des produits qui de toutes manières sont faits en Chine et passeront par la case TVA avant d'arriver chez moi.

Fil RSS des articles