Un pc portable de 2005 est-il utilisable en 2020 ?

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Encore une fois, j'ai cassé l'écran de mon DELL Latitude E5540, ma machine principale pour internet, les loisirs, et le codage perso. En attendant de recevoir une dalle de rechange, j'improvise. J'utilise beaucoup mon rig de gaming avec une machine virtuelle Linux, mais je perds l'aspect mobilité. J'ai donc fouillé dans mes placards et trouvé un vieil Acer Aspire 3023 WLMI, une machine de 2005 équipée d'un AMD Sempron monocoeur, 512 MB de RAM, une ATI X700, et un HDD de 100 GB. Il est prévu pour fonctionner sous Windows XP.

Acer 3023 WLMI

Oui, c'est bien une de ces horreurs bas de gamme qui ont pullulé à une époque où Acer s'est rendu compte qu'il suffisait de vendre des machines à bas prix peu importe la qualité afin d'inonder le marché, c'est ce que toutes les marques font aujourd'hui d'ailleurs. Dans mon esprit la gamme Aspire c'est avant tout des charnières qui finissent par lâcher, ce qui est le cas pour le 3023 WLMI en ma possession. De plus les processeurs Sempron n'était pas réputés pour leur vélocité, ils servaient principalement de réponse aux Celeron de Intel, c'est à dire pour meubler l'entrée de gamme au prix le plus bas possible quitte à plomber la machine avec des performances misérables même pour l'époque.

Pour la petite histoire, mon tout premier notebook était un Acer Aspire 5022 WLMI avec un AMD Turion ML-30 à 1,6 GHz , 1GB de RAM, une carte graphique ATI X700. Pendant un certain temps il fut ma machine de gaming principale, c'est fou, je pouvais jouer à Half Life 2 en graphismes Max en 1280x800, bien avant que le moteur Source ne soit mis à jour bien entendu. La machine chauffait tellement que je ne pouvait pas poser mes poignets à nu dessus et la ventilation faisait le bruit d'une turbine. Et bien entendu, les charnières ont fini par lâcher. Concernant Linux, c'était à l'époque des pilotes ATI misérables, les fameux fglrx instables au possible, les choses ont bien changé aujourd'hui. Pour le wifi il fallait utiliser ndiswrapper + un driver à compiler pour faire fonctionner le petit bouton on/off (acerhk ou aceracpi).

Pour en revenir au Acer Aspire 3023 WLMI sorti de mon placard, j'ai installé Debian Buster. C'est long, très long, la faute au disque dur mécanique qui a du mal à suivre. Il faut également veiller à utiliser une version i386 car le processeur ne supporte pas le 64-bit. Pour l'environnement de bureau j'ai sélectionné Mate, et oui à l'époque on pouvait utiliser GNOME2 sur ce type de machine donc pourquoi pas. Et il faut reconnaître que tout fonctionne out-the-box, surtout l'accélération graphique et le WiFi, c'est gros progrès par rapport à l'époque. Par contre ça rame... ça rame beaucoup. Rien qu'installer un paquet prend énormément de temps, et Firefox est à peine utilisable sans faire planter la machine. La lenteur générale est due aux faibles performances du disque mécanique et les blocages sont liés à la mémoire insuffisante. Pour lancer Firefox et aller sur le web de nos jours il faut au minimum 1,5 GB de RAM. Inutile de dire qu'avec 512 MB ça swap direct, et sur un disque mécanique arthritique, c'est la mort. Vous allez sûrement me dire en commentaires que j'aurais du utiliser Xfce ou LXDE, des environnements plus légers. Cela ne change rien. Peu importe l'environnement, à partir du moment où on ouvre un navigateur web, la mémoire explose. Ce type de machine est simplement obsolète pour le Web aujourd'hui.

Pour le défi, j'ai commandé un kit 2x1 GB de DDR sur eBay. On va voir si avec 2GB de RAM la machine est utilisable pour quelque chose. Je doute cependant que Firefox soit capable de lire une vidéo Youtube. A bientôt pour de nouvelles aventures.

Maître de stage - Episode 3: Coronavirus

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Le stage a commencé début Mars. J'avais prévu une première semaine légère consacrée à la familiarisation avec l'environnement et les outils. J'ai passé un peu de temps à expliquer le principe de fonctionnement d'Azure avec par exemple la hiérarchisation des ressources (Tenants, Subscriptions, Resource groups...) puis lui ai confié des "travaux pratiques" à réaliser en sandbox dans le seul but de lui faire mettre les mains dans le cambouis. Il s'agissait par exemple d'installer un Wordpress 100% PaaS à l'aide des App Services et Azure Databases for MySQL. Ensuite, la même chose avec AWS.

J'ai été surpris par la rapidité avec laquelle il a accompli ces exercices. Le bougre est plutôt bon techniquement et autonome, au point que j'ai pu lui confier plus tôt que prévu des "vraies" tâches reliées à des projets de l'entreprise. J'avais notamment mis de côté un projet d'externalisation des logs du Cloud vers une stack Elastic, et c'était parfait car il y avait suffisamment de matière pour l'occuper alors que je devais partir en congés.

Mon retour de congés a eu lieu la semaine 12, c'est à dire au moment où le confinement a été annoncé. Je me souviens du Lundi où l'ambiance était apocalyptique, les rumeurs circulaient dans l'entreprise et dans certaines équipes les gens avaient déjà été renvoyés chez eux. Et la nouvelle est tombée l'après-midi, notre manager nous a réunit pour nous annoncer 45 jours de télétravail. Le stage a alors pris une tournure inattendue car tout allait devoir être fait 100% en remote. Heureusement l'entreprise était déjà habituée au télétravail et tous les outils étaient déjà là.

Le travail à distance n'a pas changé grand chose au stage, nous communiquons principalement par Mattermost et faisons des conférences vocales via Teams. Ce qui semble moins évident en revanche c'est l'intégration dans l'équipe. Dans le bureau tout se passait bien et mon stagiaire participait aux batailles de Nerf avec les collègues. Mais dans Mattermost et Teams il est plus discret, ce qui est dommage.

L'épisode 4 parlera du sujet de stage qui a débuté en retard.

Doom Eternal: aussi bon que frustrant

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

J'ai bien aimé Doom 2016, un jeu bien bourrin offrant des mécaniques proches de celles des fps à l'ancienne, servi avec une ost Metal presque parfaite. Aujourd'hui nous sommes en 2020 et sa suite Doom Eternal est sortie. Le titre est bien trouvé, Doom est en effet éternel et tout comme Star Wars il transcende les générations.

L'éditeur Bethesda a orienté la communication du jeu sur le personnage principal: le Doom guy (appelé ici Doom Slayer) qui est totalement bourrin et qui met les pieds où il veut, surtout dans la gueule des démons. Aussi fort que Chuck Norris, il compte bien sauver le monde à lui tout seul en exterminant tout l'enfer sur son chemin. Le message est clair, pas question de réfléchir ou de faire dans la subtilité, on va user d'un arsenal démesuré pour poutrer les méchants. Il faut ajouter à cela l'OST monumentale de Mick Gordon qui revient pour nous prouver que Doom est la symbiose du jeu vidéo et du Metal. On espère donc que le jeu est à la hauteur des promesses de la communication de Bestheda.

Doom eternal

J'ai donc acheté Doom Eternal et fait exploser ma fibre optique pour le télécharger. Comme vous pouvez le voir, l'internet français n'est pas si saturé que cela, à moins que les FAI fassent de la QoS pour nous permettre de télécharger Doom à pleine vitesse, ce qui serait vraiment royal :

Vive la fibre

La technique

S'il y a un point sur lequel Doom Eternal fait un sans-faute, c'est la technique. Les graphismes sont très réussis et le jeu est extrêmement fluide sur à peu près toutes les configurations. Par exemple ma GTX 1070 qui date de 2017 le supporte en 2560x1440 Ultra sans broncher. Le jeu est une vitrine technologique pour l'api Vulkan et frappe un grand coup. Si on ajoute à cela les temps de chargement qui se comptent en secondes, on a probablement affaire à l'un des jeux AAA les mieux optimisés de tous les temps. C'est dit.

Le gameplay

Doom Eternal mérite clairement son succès. Les développeurs du jeu se sont vraiment demandé comment améliorer les mécaniques de fps à l'ancienne sans en renier les fondements. Et pour cela ils ont rendu le jeu beaucoup plus nerveux (encore) et ajouté de nombreux moyens d'éliminer les ceux qui se dressent sur notre chemin. D'une part les ennemis et leurs projectiles sont plus rapides, ce qui fait que vous allez subir beaucoup de dégâts même en strafant, et d'autre part les item à ramasser sont beaucoup plus rares. Pour survivre il faut donc aller tuer les monstres au corps à corps, ce qui génère des bonus. Je n'en suis qu'à 2h de jeu mais il y a déjà :

  • Les glorykill qui donnent des points de vie.
  • La tronçonneuse qui donne des munitions.
  • Le lance-flammes qui donne de l'armure.

Cette incitation à aller au corps à corps est à double tranchant, elle rend indéniablement le jeu plus violent et plus technique, mais elle peut être frustrante parce qu'on ne peut plus se contenter de tirer en continu avec le Gatling Gun sans se poser de question, les munitions sont trop rares. J'ai eu beaucoup de mal à m'y faire.

Ces ajouts de mécaniques de gameplay peuvent aussi être déroutants au début du jeu car il y a beaucoup beaucoup de choses et elles arrivent trop vite. En 2h de jeu j'ai déjà : les glorykill, tronçonneuse, lance-flammes, tirs secondaires, améliorations d'armes, améliorations d'armure praetor, les cellules sentinelle, la frappe sanglante, le dash, le ralenti, les portes du Slayer... j'ai souvent eu envie de crier stop !!!

Un autre ajout important est l'agilité de votre personnage. Il est maintenant possible d'escalader les murs et d'utiliser des barres d'acrobate et les dashs pour aller plus loin. Le jeu tire pleinement parti des 3 dimensions, peut-être parfois à l'extrême avec des phases de plateforme/puzzle qui cassent le rythme et peuvent être frustrantes.

En parlant de casser le rythme, le jeu dispose maintenant d'un hub, c'est à dire que le Doom Slayer a une base qu'il rejoint entre chaque mission, et qui permet de visualiser les secrets collectés, s’entraîner, débloquer des améliorations, lancer les missions. Je ne suis pas du tout fan du hub, je ne comprends pas pourquoi le jeu n'enchaîne tout simplement pas les niveaux comme dans Doom 2016.

Pour en finir avec les points négatifs, Doom Eternal a beaucoup trop de phases qui ne servent à rien d'autre qu'expliquer l'histoire du jeu. Et il y a à mon sens beaucoup trop d'histoire...

Conclusion

Doom Eternal est un excellent jeu qui a su se renouveler et faire évoluer les mécaniques de gameplay du fps à l'ancienne sans les dénaturer. Et pourtant, il est indéniablement entaché de nombreuses lourdeurs qui pourront rebuter certains joueurs et le rendre aussi frustrant que bon. Si vous hésitez, attendez que le prix baisse.

Avec un peu plus de munitions, un système de sauvegarde rapide et en l'absence du hub, j'aurais encore plus apprécié le jeu. En attendant, il est toujours possible de jouer aux Doom originaux grâce à Doomsday ou GZDoom, ou encore d'aller à la concurrence avec eDuke32. Je lâche quand même mon Seal of Approval à Doom Eternal.

SOA

Comparons Kubernetes et Swarm

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

Attention, cet article va exploser le compteur de buzzwords.

J'utilise Docker en standalone depuis bientôt 3 ans, d'ailleurs mon blog tourne dessus à l'aide de deux images : PluXml et OpenSMTPD - pour le formulaire de contact - que j'ai moi-même réalisé. Sans dire que je maîtrise Docker, j'ai un niveau bien avancé. A côté de cela je travaille régulièrement avec OpenShift (la distribution Kubernetes commerciale de Red Hat) et même si je suis bien moins à l'aise qu'avec Docker, j'ai tout de même pas mal de connaissances.

Docker seul est un peu limité, on ne peut pas faire de clustering, ce qui est bien dommage car les containers et les micro-services s'y prêtent fortement. Il existe heureusement Swarm qui étend Docker au support d'une infrastructure à plusieurs nœuds.

D'un autre côté, le monde entier a les yeux rivés sur Kubernetes, le grand concurrent à Docker conçu dès le départ pour les clusters et la haute disponibilité. Ce dernier est très puissant mais aussi beaucoup plus complexe que Docker Swarm (surtout les RBAC dont je ne parlerai pas). Il faut aussi comprendre qu'on ne télécharge pas Kubernetes, on télécharge une distribution Kubernetes, et il en existe plusieurs. Dans le test de performances plus bas dans cet article je vais utiliser k3s, fourni par Rancher et grandement allégé et simplifié.

Alors, faut-il utiliser Swarm ou Kubernetes ?

Architecture

Docker Swarm

Le cluster se compose de nodes manager et workers. Les premiers sont chargés de piloter le cluster, les second exécutent les containers. Les commandes doivent être exécutées sur un des managers. Un système d'encapsulation UDP est en place entre les nodes, il permet aux réseaux des containers de se propager.

Swarm Diagram
Image provenant de la documentation Swarm.

Dans Swarm on déclare des services, soit en cli soit en yaml (docker-compose). Le scheduler va ensuite provisionner les containers nécessaires au service sur un ou plusieurs workers, selon le nombre de replica demandé. Exemple :

$ docker service ls
ID             NAME        MODE         REPLICAS   IMAGE          PORTS
sb40x4z1zqkb   httpd       replicated   1/1        httpd:latest   
owq6yurtagjg   traefik     replicated   1/1        traefik:2.1    *:80->80/tcp, *:443->443/tcp

On peut augmenter ou diminuer manuellement le nombre de replicas, il y a un load balancer interne qui va répartir le trafic de manière transparente. Un système d'affinités permet de lier les containers à une node en particulier, très pratique. Les services peuvent être mis à jour en rolling update, c'est à dire qu'on ne restart pas tous les containers d'un coup mais les uns après les autres, ce qui permet de ne pas interrompre le service. Un rollback est possible.

Et... c'est à peu près tout. Simple et efficace, mais aussi un peu limité il faut l'avouer. Swarm est un bon choix pour un usage personnel de part sa simplcité. Par contre on va voir que pour les cas d'usage avancés, Kubernetes est plus adapté.

Kubernetes

Accrochez-vous. Commençons avec l'architecture Infra.

Le cluster est composé de nodes Control Plane (les masters ou managers) ainsi que des workers. Les Control Planes pilotent le cluster et l'API Kubernetes, à l'aide d'un système de configuration centralisé, qui est souvent basé sur etcd (selon les distributions) mais pas toujours. Par exemple, k3s utilise sqlite. Les workers ont un agent (kubelet) qui reçoit les instructions du scheduler. Là encore une encapsulation UDP est prévue entre les nodes pour permettre la propagation des réseaux des containers.

Swarm Kubernetes
Image provenant de la documentation Kubernetes.

Attaquons maintenant le fonctionnement des ressources. Dans le cluster Kubernetes, tout est objet, tout est yaml ou json. C'est avec ça que l'on contrôle comment nos containers sont déployés et fonctionnent. Les types (kind) d'objets les plus courants sont :

  • Pod : Un espace logique qui exécute un ou plusieurs containers.
  • Service : Sert à exposer un ou plusieurs ports pour un pod, attaché à une IP privée ou publique.
  • DeploymentConfig : Défini ce qu'on déploie. Typiquement l'image à utiliser, le nombre de replica, les services à exposer, les volumes...
  • ReplicaSet : un contrôleur qui va vérifier que le nombre de pods en place correspond au nombre de replicas attendu. Scaling automatique possible.
  • PV, PVC : système d'attribution (automatique ou pas) de volumes persistants.
  • ConfigMap : objet permettant de stocker de la configuration, qui peut être ensuite lue et utilisée par les containers.
  • Namespace : Séparation logique des ressources, seules les ressources affectées au namespace en cours sont visibles.

Exemple d'utilisation :

$ kubectl -n web get all
NAME                          READY   STATUS    RESTARTS   AGE
pod/svclb-httpd-rw7k5        1/1     Running   0          5s
pod/httpd-8647457dd7-s2j4d   1/1     Running   0          5s

NAME             TYPE           CLUSTER-IP     EXTERNAL-IP   PORT(S)        AGE
service/httpd   LoadBalancer   10.43.80.117   10.19.2.73    80:30148/TCP   5s

NAME                          DESIRED   CURRENT   READY   UP-TO-DATE   AVAILABLE   NODE SELECTOR   AGE
daemonset.apps/svclb-httpd   1         1         1       1            1                     5s

NAME                     READY   UP-TO-DATE   AVAILABLE   AGE
deployment.apps/httpd   1/1     1            1           5s

NAME                                DESIRED   CURRENT   READY   AGE
replicaset.apps/httpd-8647457dd7   1         1         1       5s

Par souci de simplification je ne parle pas du système de RBAC qui permet une granularité dans la gestion des droits, au prix d'une complexité (très) importante.

Kubernetes n'est pas aussi simple que Swarm mais il permet de faire beaucoup plus de choses. En fait on peut presque dire qu'on peut tout faire avec. Les namespaces sont une fonctionalité très pratique, tout comme le scaling auto et la possibilité d'éditer les objets avec la commande edit. En environnement pro, où vous allez gérer plusieurs clients, beaucoup d'applications et de fortes charges, Kubernetes est quasiment indispensable.

Fonctionnalités

Swarm Kubernetes
Configuration yaml ou json
Oui Oui
Commandes Docker
Oui Non
CLI distant
Oui Oui
Network inter-containers & DNS
Oui Oui
Replicas Oui Oui
Scaling manuel Oui Oui
Auto-scaling Non Oui
Health probes
Non Oui
Modification d'objets en ligne
Non Oui
RBAC Oui (EE) Oui
Namespaces Non Oui
Volumes self-service
Non Oui

Kubernetes est indéniablement plus complet, mais à quel point ces fonctionnalités sont-elles indispensables, surtout pour un usage en perso ? Et bien il y a à mon sens deux points que je trouve excellents dans Kubernetes et qui me manquent dans Swarm:

  • La modification d'objets en ligne. J'entends par là que la commande kubectl edit type/object permet de faire une modification à la volée, par exemple changer un port ou une version d'image dans un DeploymentConfig. Cela n'est à ma connaissance pas possible dans Docker, sauf avec docker-compose (stack dans le cas de Swarm) à condition d'avoir encore les fichiers yaml et que ceux-ci soient à jour.
  • Les namespaces. Pour éviter de mélanger plusieurs ressources de projets qui n'ont rien à voir, Kubernetes propose un système de namespaces. Par exemple je peux créer un namespace utux dans lequel je vais déployer mes images PluXml et OpenSMTPD, ce qui permet de s'y retrouver mais aussi de tout supprimer plus facilement si besoin. Les namespaces sont aussi très utiles lorsque vous partagez ou louez votre Cluster Kubernetes, chaque utilisateur a ainsi son espace dans lequel il ne voit que ses ressources.

Cependant Docker et Docker Swarm sont beaucoup plus simples et n'utilisent que des composant upstream.

Consommation de ressources

Tests effectués sur des instances DEV-1S de chez Scaleway (2 vcpu, 2GiB RAM, no swap). Le système d'Exploitation est Debian 10 Buster x86_64.

  • Système seul: RAM 70.9M/1.94G
  • Swarm seul: RAM 155M/1.94G
  • Swarm + Traefik + PluXml (apache): 209M/1.94G
  • k3s seul: RAM 619M/1.94G
  • k3s + Traefik + PluXml (apache): 678M/1.94G
RAM à vide

Si vous comptez monter un cluster de Raspberry Pi avec 1GB de mémoire, vous pouvez oublier k3s/Kubernetes qui en consomme déjà presque 75% à vide. Si vous avez les moyens de payer des serveurs de calcul un peu plus costauds, avec 16 ou 32GB de mémoire, la différence sera alors négligeable.

Les pré requis pour certaines distributions comme OpenShift sont beaucoup plus importants: 4 vcpus et 16GiB de ram pour chaque master (x3), 2 vpus et 8GiB de ram pour les workers (à multiplier par 4 si vous montez l'infra de logging ElasticSearch). C'est la raison pour laquelle je ne l'ai pas utilisé dans ce comparatif, il est hors compétition.

Exemple

Docker Swarm

Exemple simple avec la création d'un container apache vide :

version: '3'

services:

  web:
    image:
      httpd:latest
    ports:
      - 8080:80
 

Création :

$ docker stack deploy -c web.yaml test

Vérifications :

$ docker service ls
ID            NAME        MODE        REPLICAS    IMAGE         PORTS
8pxc580r3yh6  test_web    replicated  1/1         httpd:latest  *:8080->80/tcp

$ curl http://127.0.0.1:8080
<html><body><h1>It works!</h1></body></html>

Kubernetes

Reprenons notre container apache vide :

apiVersion: v1
kind: Service
metadata:
  name: web
  labels:
    app: web
spec:
  ports:
    - port: 80
  selector:
    app: web
    tier: frontend
  type: LoadBalancer
---
apiVersion: apps/v1 # 
kind: Deployment
metadata:
  name: web
  labels:
    app: web
spec:
  selector:
    matchLabels:
      app: web
      tier: frontend
  strategy:
    type: Recreate
  template:
    metadata:
      labels:
        app: web
        tier: frontend
    spec:
      containers:
      - image: httpd:latest
        name: web
        ports:
        - containerPort: 80
          name: web

Chargons ces objets :

$ kubectl create namespace test
$ kubectl -n test create -f web.yaml

Vérifions :

# kubectl -n test get all
NAME                       READY   STATUS    RESTARTS   AGE
pod/svclb-web-jqs6j        0/1     Pending   0          7m17s
pod/web-774f857549-dstkz   1/1     Running   0          7m17s

NAME          TYPE           CLUSTER-IP     EXTERNAL-IP   PORT(S)        AGE
service/web   LoadBalancer   10.43.109.52        80:30452/TCP   7m17s

NAME                       DESIRED   CURRENT   READY   UP-TO-DATE   AVAILABLE   NODE SELECTOR   AGE
daemonset.apps/svclb-web   1         1         0       1            0                     7m17s

NAME                  READY   UP-TO-DATE   AVAILABLE   AGE
deployment.apps/web   1/1     1            1           7m17s

NAME                             DESIRED   CURRENT   READY   AGE
replicaset.apps/web-774f857549   1         1         1       7m17s

$ curl http://10.43.109.52
<html><body><h1>It works!</h1></body></html>

Conclusion

Kubernetes est plus complet que Swarm mais aussi plus compliqué. Il n'est pas toujours facile de choisir entre les deux, mais je vous donne les conseils suivants :

  • Pour un usage personnel, Docker standalone ou Docker Swarm sera votre choix par défaut, même si rien ne vous empêche d'essayer Kubernetes :)
  • Si vous êtes pragmatique ou que vous souhaitez travailler sur les containers, alors ce sera Kubernetes. C'est l'outil en vogue plébiscité par tout le monde et c'est ce que vous devez avoir sur votre CV.
  • Pour un usage en entreprise, Kubernetes sera incontournable car il y a de nombreuses offres dans le Cloud et On-Premise. Aks ou OpenShift sur Azure, Eks chez Aws, pour ne citer que les plus connus. Tout l'écosystème des containers est focalisé sur Kubernetes et les namespaces vous serons indispensables dans un contexte multi-client.

Pour finir, un court retour d'expérience sur l'utilisation de Kubernetes en entreprise. Tout d'abord, soyez conscient que votre cluster, vos clients et vos utilisateurs vous poseront de nombreux défis. Ne pensez pas que Kubernetes va résoudre magiquement tous vos problèmes et que vos admins vont se tourner les pouces, bien au contraire. Dans le cas d'une plateforme On-Premise, prévoyez 2 admins à temps plein au minimum. Ensuite, vous devez disposer de compétences dans quasiment tous les domaines : réseau, stockage, système, middlewares et surtout avoir une bonne maitrîse de la Elastic Stack (ELK ou EFK) puisque vous aurez à gérer les logs de vos nodes et containers.

Avec cet article j'espère avoir bien présenté les différences entre Docker Swarm et Kubernetes et fourni quelques pistes à ceux qui hésitent :)

Maître de stage - Episode 2: L'arrivée

Rédigé par uTux - - 4 commentaires

Billet précédent: Maître de stage - Episode 1: Recrutement.

Comme c'est ma première expérience de maître de stage, je veux que tout soit parfait. Aussi pour préparer l'arrivée de mon stagiaire, j'ai concentré mon attention sur trois points :

  • Préparer l'arrivée dans l'entreprise (avoir un compte A.D et obtenir un PC).
  • Trouver un sujet de stage.
  • Lister les compétences à valider durant le stage.

Les formalités sont assez simples, quelques formulaires à remplir et coups de fil à passer. En revanche, pour le sujet de stage, c'est un peu plus complexe. En effet je voulais un sujet qui réponde aux critères suivants :

  • Pas trop simple. Mon stagiaire est un futur ingénieur, il ne faut pas qu'il s'ennuie dans des tâches peu gratifiantes et inutiles.
  • Pas trop compliqué. Il n'a pas beaucoup d'expérience et ne sera là que 6 mois. De plus il faut que moi-même je maîtrise le sujet afin de l'accompagner.
  • Faire appel à de multiples compétences. Il n'y a pas que la technique, l'ingénieur est amené à rechercher des solutions aux problèmes, rédiger des DAT (Dossier Technique d'Architecture), participer aux réunions avec les architectes, éventuellement faire un peu de gestion de projet.
  • Être bien défini et collaboratif. Le sujet doit tenir sur 6 mois, et nous devons être capables de reprendre le travail produit quand il sera parti.
  • Éviter de divulguer des informations sensibles. Le stagiaire a signé les accords de confidentialité, aucun problème avec ça, en revanche son rapport de stage sera amené à circuler à l'extérieur de l'entreprise. Il faut donc éviter d'y mentionner les secrets de fabrication :)

J'ai donc listé quelques sujets possibles pour en discuter avec lui le moment venu.

A côté de cela, j'ai également prévu un système d'entretiens mensuels et d'objectifs additionnels. Par exemple participer à la rédaction d'un DAT ou se préparer à la certification AZ-103. Ces objectifs ne sont pas obligatoires pour la réussite du stage mais constituent un plus sur son CV surtout s'il veut continuer à travailler dans ce domaine.

L'épisode 3 parlera des débuts du stage avec les imprévus dus au Coronavirus.

Fil RSS des articles