Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

(LGR) L'incroyable entrepôt de matériel PC vintage !

Rédigé par uTux 2 commentaires

J'ai déjà parlé de The 8-Bit Guy qui collectionne et répare les vieux ordinateurs de l'époque Commodore et Apple II, mais je suis également fan de la chaîne LGR qui se concentre plutôt sur le matériel PC des années 90 ainsi que quelques gadgets méconnus.

Dans cette vidéo incroyable (en anglais), Clint a le privilège de visiter un entrepôt destiné à la destruction dans lequel un espèce de maniaque a entassé depuis 20 ans des PC portables et fixes, des composants, des logiciels de toute époque. Certains sont même encore en palette et neufs, une véritable capsule temporelle et un paradis pour collectionneurs ! Alors que les disques dur des premiers IBM grand public sont devenus rares, Clint en a trouvé tout une pile scelés dans leur boite d'origine.

Les vidéo de LGR me touchent car comme lui j'ai découvert l'informatique dans les années 90, sur une machine de type 486 sous ms-dos puis en Intel Pentium sous Windows 95/98. Cette découverte s'est fait au travers de l'apprentissage des commandes ms-dos mais surtout grâce aux jeux vidéo. Dans la page profil de mon site j'ai indiqué mes jeux favoris, plusieurs viennent de cette époque. Je suis notamment un grand fan des jeux Apogee Software :)

Mais le temps passe et au fur et à mesure de l'évolution de l'informatique mais aussi de la vie courante (déménagements...) nous nous sommes débarrassé de ces vieilles machines devenues obsolètes et encombrantes, on ne savais plus quoi en faire. En 2014 j'ai emmené une carte mère Slot 1 et une Vibra 16 ISA en déchetterie, car personne n'en voulait même avec une annonce sur eBay. Aujourd'hui je le regrette, ces composants deviennent de plus en plus rares et prennent de la valeur. Ainsi il est difficile de trouver une plateforme 486 / Pentium à moins de cents euros... et c'est encore pire pour les laptop. Ce sera bientôt le cas de la génération Pentium II et Pentium III, un peu comme un espèce de mur de Planck qui se rapproche.

Ayant dépassé la trentaine depuis quelques années déjà, je suis nostalgique de cette époque et je regrette la rareté de ces reliques du siècle dernier. Certes il existe DosBox qui est génial et va jusqu'à émuler une Gravis Ultrasound et bientôt une 3dfx juste pour notre plaisir, mais il existe un vide pour la période Windows 95-98, bientôt XP. Ces ordinateurs et périphériques vintage se trouvent assez facilement sur eBay mais il faut y mettre le prix, les enchères pouvant grimper assez haut. Alternativement, Leboncoin relaie des annonces beaucoup moins chères mais le processus d'achat est aléatoire et limité à la France.

J'ai arrêté les brocantes car on ne trouve rien à part des écrans et des claviers, idem pour Emmaüs. Dans la région nantaise, tous les organismes de ce genre qui collectent des dons ne se préoccupent plus du matériel informatique et l'envoient directement en recyclage, c'est triste.

Merci LGR pour cette visite qui nous fait une fois de plus regretter de ne pas avoir de magasins de ce genre en France !

En vrac 1: Crucial, Asus, 8-Bit Guy

Rédigé par uTux 6 commentaires

En Avril 2017 à l'occasion de l'assemblage de ma nouvelle tour basée sur Ryzen, j'ai monté un SSD Crucial MX500 (500GB) au format M2.

Crucial MX500
En fin d'année j'ai commencé à rencontrer des BSOD d'origine non identifiée, et à l'occasion d'une d'une résinstallation de Windows j'ai réalisé que je ne pouvais plus formater le SSD, pareil sous Linux. Le SAV Crucial se fait par mail et j'ai du renvoyer à mes frais le SSD défectueux en Angleterre, ce qui a coûté 8€ (pour un objet minuscule qui doit peser quelques centaines de grammes), arf. Mais le pire est que le SAV n'a jamais reçu le SSD alors que le suivi transporteur indique qu'il a été remis. Tant pis, il arrivera peut-être un jour, en attendant j'ai décidé d'acheter un Samsung 970EVO M2/NVMe, ça dépote et c'est fiable, je ne n'achèterai plus jamais de Crucial de ma vie.

Samsung EVO 970

J'ai un routeur Asus RT-AC66U branché derrière la FreeBox et qui tourne sous Asus-merlin depuis toujours. Depuis quelques temps, ce modèle est passé en "legacy", autrement dit il ne bénéficiera plus des nouveautés du projet mais uniquement des correctifs importants. Notez qu'on parle d'un firmware communautaire, le produit semble toujours supporté par Asus (dernier firmware proposé: Mai 2018), mais je ne peux m'empêcher de songer à le remplacer par un modèle plus ouvert, voire une solution maison avec pfSense.

J'ai découvert la chaîne Youtube The 8-Bit Guy. Il s'agit d'un passionné de vieux ordinateurs comme les Apple II, Commodore, IBM PC, mais aussi un développeur en assembleur. Il nous montre comment il restaure des machines dans un état déplorable, allant du nettoyage de boiter jusqu'à la réparation de carte mères.

C'est passionnant, j'adore, c'est quasiment de l'ASMR pour moi.

ENLARGE YOUR HP PROLIANT MICROSERVER GEN8 - épisode 2

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Wow, on parle souvent des smartphones impossibles à démonter, en ce qui concerne le serveur HP Proliant Gen8 c'est totalement l'inverse, tout se fait sans tournevis de manière évidente. On ouvre le boîtier, on débranche les connecteurs sur la carte mère, et on la tire vers l'arrière, et voilà.

Ouverture carte mère gen8

Une fois la carte mère extraite, il ne reste plus qu'à retirer le radiateur, enlever le Celeron puis insérer le Xeon, et après un petit changement de pâte thermique on remet le tout. Et au boot... ça marche !!

FreeNAS xeon

Le Xeon apporte un certain confort qui se ressent rapidement. L'exploration des partages Samba est plus fluide tout comme la navigation dans l'interface FreeNAS. Le démarrage des jails iocage aussi, même si non exempt de latences tant que le cache ARC n'est pas rempli :) Quand le prix des SSD de 1To baissera, je songerai à remplacer les disques mécaniques.

ENLARGE YOUR HP PROLIANT MICROSERVER GEN8 - épisode 1

Rédigé par uTux 2 commentaires

Je possède depuis plus de 2 ans un HP ProLiant MicroServer Gen8 qui tourne sous FreeNAS et fait office de NAS comme son nom l'indique. Équipé d'un Celeron G1610T, il tourne sous FreeNAS a offert des performances correctes jusqu'à ce que je décide un jour d'activer le chiffrement des disques. Ce processeur ne supporte pas les instructions AES-NI, donc le chiffrement et déchiffrement sont fait de manière logicielle, c'est lourd.

Pour y remédier il est possible de changer le CPU et se tourner vers des Xeon un peu plus costauds. J'ai donc commandé un E3-1260L (4c/8t @2.40Ghz). Niveau TDP on passe de 35W pour le Celeron à 45W ce qui reste correct pour le refroidissement semi-passif, surtout que le CPU ne tourne pas à 100% en permanence. Ce CPU offre 8 cœurs logiques, le turbo, et les instructions AES-NI ce qui devrait booster FreeNAS et les jails FreeBSD que je lui fais supporter.

En attente de réception du CPU !

J'ai acheté un NUC NUC6CAYH

Rédigé par uTux 8 commentaires

Un seul serveur n'était pas suffisant pour moi, j'en ai donc acheté un deuxième. J'ai choisi un NUC6CAYH à 122€. Pour ce tarif on a droit à un mini-PC équipé d'un Intel Celeron J3455 (4@1,5GHz) sans RAM ni disque dur.

NUC

J'ai ajouté 8GB de RAM (Kingston KVR16LS11/8 pour 72€) et un disque dur 2,5" de 500GB que je stockais dans un placard. A propos de la RAM, attention car le NUC ne supporte que 8GB maximum et il faut respecter la QVL sous peine d'avoir un warning impossible à désactiver à chaque boot.

Matériel

Comme indiqué précédemment, ce NUC vient avec un Intel Celeron J3455, avec 4 vrais coeurs à 1,5GHz et un turbo boost à 2,3GHz. Le tout contenu dans un TDP de 10W, gravé en 14nm et avec les instructions de virtualisation et quelques features telles que AES-NI. Pour ce prix, et pour un usage modéré, c'est très intéressant. L'ensemble n'est pas fanless, mais grandement silencieux à l'usage.

NUC front

Peut-on se risquer à parler d'un Raspberry Pi killer? Certainement pas, étant donné la gamme de prix et de matériel complètement différents. Mais il faut constater qu'un usage serveur @home est bien plus envisageable avec ce NUC qu'avec une framboise.

NUC rear

Le boîtier peut s'ouvrir par le dessus ou par le dessous, en retirant 4 grosses vis très accessibles, excellent point :) Par le dessous on accède à la cage du disque dur (2,5") ainsi qu'aux 2 slots de RAM

Il faut aussi noter qu'un kit de fixation vertical est fourni, par exemple pour fixer le NUC derrière un écran. Autre chose, ce mini-PC est assez lourd, vu ses dimensions je m'attendais à quelque chose de plus léger, mais ce n'est pas bien grave.

Système d'exploitation

S'agissant d'une plateforme x86_64 avec support uefi et legacy-bios, on peut se faire plaisir. J'ai pour le moment testé 3 systèmes d'exploitation, orientés virtualisation puisque c'est l'usage que je compte faire de ce NUC.

Système d'exploitation
Supporté
Notes
XenServer 7.4
Oui Le support d'installation USB boote correctement mais il faut utiliser un dépôt HTTP. Cela peut être fait assez facilement en décompressant l'ISO sur un autre poste puis en lançant un petit serveur http avec python.
VMware ESXi 6.5
Non Interface réseau non supportée. Il existe certaines astuces pour se construire son propre medium d'installation avec le bon pilote, mais n'étant de toutes manières pas fan de la console HTML5 je ne suis pas allé plus loin.
Proxmox VE 5.1
Oui Parfaitement fonctionnel.

Rien à signer du côté des performances, ni rapide ni lent pour de la virtualisation, surtout avec un stockage sur disque mécanique. Idéal pour un petit labo ou serveur à la maison avec des VM Linux pouvant se contenter de peu de RAM. Je créé autant que possible mes VM avec une allocation dynamique 128/256MB et un stockage 30GB, ce qui permet d'en faire tourner pas mal simultanément.

Conclusion

Pour le moment je suis plutôt satisfait de ce NUC, même si je regrette la limitation à 8GB de RAM. Il offre un bon rapport qualité/prix pour un serveur @home et le Celeron J3455 se comporte plutôt bien avec des containers et de la virtualisation. Ce petit serveur Proxmox VE va se révéler très utile pour compléter mon NAS sous FreeNAS.

EDIT 01/05/2018: Je rencontre des problèmes avec ce NUC. J'ai défini le boot en "legacy" (non uefi) sur le disque, mais il ne détecte pas d'OS au démarrage et je suis obligé, à chaque fois, de brancher un clavier et utilise le menu pour sélectionner mon disque. Ensuite je rencontre des freezes à peu près chaque semaine, c'est très chiant. Je viens de faire une mise à jour du Bios, on va voir si cela résout les problèmes.

EDIT 29/07/2018: Je ne rencontre plus de freezes ni de problèmes de boot depuis que le bios a été mis à jour :)

Fil RSS des articles de cette catégorie