Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

ENLARGE YOUR HP PROLIANT MICROSERVER GEN8 - épisode 2

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Wow, on parle souvent des smartphones impossibles à démonter, en ce qui concerne le serveur HP Proliant Gen8 c'est totalement l'inverse, tout se fait sans tournevis de manière évidente. On ouvre le boîtier, on débranche les connecteurs sur la carte mère, et on la tire vers l'arrière, et voilà.

Ouverture carte mère gen8

Une fois la carte mère extraite, il ne reste plus qu'à retirer le radiateur, enlever le Celeron puis insérer le Xeon, et après un petit changement de pâte thermique on remet le tout. Et au boot... ça marche !!

FreeNAS xeon

Le Xeon apporte un certain confort qui se ressent rapidement. L'exploration des partages Samba est plus fluide tout comme la navigation dans l'interface FreeNAS. Le démarrage des jails iocage aussi, même si non exempt de latences tant que le cache ARC n'est pas rempli :) Quand le prix des SSD de 1To baissera, je songerai à remplacer les disques mécaniques.

ENLARGE YOUR HP PROLIANT MICROSERVER GEN8 - épisode 1

Rédigé par uTux 2 commentaires

Je possède depuis plus de 2 ans un HP ProLiant MicroServer Gen8 qui tourne sous FreeNAS et fait office de NAS comme son nom l'indique. Équipé d'un Celeron G1610T, il tourne sous FreeNAS a offert des performances correctes jusqu'à ce que je décide un jour d'activer le chiffrement des disques. Ce processeur ne supporte pas les instructions AES-NI, donc le chiffrement et déchiffrement sont fait de manière logicielle, c'est lourd.

Pour y remédier il est possible de changer le CPU et se tourner vers des Xeon un peu plus costauds. J'ai donc commandé un E3-1260L (4c/8t @2.40Ghz). Niveau TDP on passe de 35W pour le Celeron à 45W ce qui reste correct pour le refroidissement semi-passif, surtout que le CPU ne tourne pas à 100% en permanence. Ce CPU offre 8 cœurs logiques, le turbo, et les instructions AES-NI ce qui devrait booster FreeNAS et les jails FreeBSD que je lui fais supporter.

En attente de réception du CPU !

J'ai acheté un NUC NUC6CAYH

Rédigé par uTux 8 commentaires

Un seul serveur n'était pas suffisant pour moi, j'en ai donc acheté un deuxième. J'ai choisi un NUC6CAYH à 122€. Pour ce tarif on a droit à un mini-PC équipé d'un Intel Celeron J3455 (4@1,5GHz) sans RAM ni disque dur.

NUC

J'ai ajouté 8GB de RAM (Kingston KVR16LS11/8 pour 72€) et un disque dur 2,5" de 500GB que je stockais dans un placard. A propos de la RAM, attention car le NUC ne supporte que 8GB maximum et il faut respecter la QVL sous peine d'avoir un warning impossible à désactiver à chaque boot.

Matériel

Comme indiqué précédemment, ce NUC vient avec un Intel Celeron J3455, avec 4 vrais coeurs à 1,5GHz et un turbo boost à 2,3GHz. Le tout contenu dans un TDP de 10W, gravé en 14nm et avec les instructions de virtualisation et quelques features telles que AES-NI. Pour ce prix, et pour un usage modéré, c'est très intéressant. L'ensemble n'est pas fanless, mais grandement silencieux à l'usage.

NUC front

Peut-on se risquer à parler d'un Raspberry Pi killer? Certainement pas, étant donné la gamme de prix et de matériel complètement différents. Mais il faut constater qu'un usage serveur @home est bien plus envisageable avec ce NUC qu'avec une framboise.

NUC rear

Le boîtier peut s'ouvrir par le dessus ou par le dessous, en retirant 4 grosses vis très accessibles, excellent point :) Par le dessous on accède à la cage du disque dur (2,5") ainsi qu'aux 2 slots de RAM

Il faut aussi noter qu'un kit de fixation vertical est fourni, par exemple pour fixer le NUC derrière un écran. Autre chose, ce mini-PC est assez lourd, vu ses dimensions je m'attendais à quelque chose de plus léger, mais ce n'est pas bien grave.

Système d'exploitation

S'agissant d'une plateforme x86_64 avec support uefi et legacy-bios, on peut se faire plaisir. J'ai pour le moment testé 3 systèmes d'exploitation, orientés virtualisation puisque c'est l'usage que je compte faire de ce NUC.

Système d'exploitation
Supporté
Notes
XenServer 7.4
Oui Le support d'installation USB boote correctement mais il faut utiliser un dépôt HTTP. Cela peut être fait assez facilement en décompressant l'ISO sur un autre poste puis en lançant un petit serveur http avec python.
VMware ESXi 6.5
Non Interface réseau non supportée. Il existe certaines astuces pour se construire son propre medium d'installation avec le bon pilote, mais n'étant de toutes manières pas fan de la console HTML5 je ne suis pas allé plus loin.
Proxmox VE 5.1
Oui Parfaitement fonctionnel.

Rien à signer du côté des performances, ni rapide ni lent pour de la virtualisation, surtout avec un stockage sur disque mécanique. Idéal pour un petit labo ou serveur à la maison avec des VM Linux pouvant se contenter de peu de RAM. Je créé autant que possible mes VM avec une allocation dynamique 128/256MB et un stockage 30GB, ce qui permet d'en faire tourner pas mal simultanément.

Conclusion

Pour le moment je suis plutôt satisfait de ce NUC, même si je regrette la limitation à 8GB de RAM. Il offre un bon rapport qualité/prix pour un serveur @home et le Celeron J3455 se comporte plutôt bien avec des containers et de la virtualisation. Ce petit serveur Proxmox VE va se révéler très utile pour compléter mon NAS sous FreeNAS.

EDIT 01/05/2018: Je rencontre des problèmes avec ce NUC. J'ai défini le boot en "legacy" (non uefi) sur le disque, mais il ne détecte pas d'OS au démarrage et je suis obligé, à chaque fois, de brancher un clavier et utilise le menu pour sélectionner mon disque. Ensuite je rencontre des freezes à peu près chaque semaine, c'est très chiant. Je viens de faire une mise à jour du Bios, on va voir si cela résout les problèmes.

EDIT 29/07/2018: Je ne rencontre plus de freezes ni de problèmes de boot depuis que le bios a été mis à jour :)

AMD Vega est-il déjà mort ?

Rédigé par uTux Aucun commentaire

RX Vega Custom, l'arlésienne ? (hardware.fr)

Aïe... ça ne sent pas bon du tout. Le 15 aout AMD a sorti ses nouveaux GPU Vega avec la RX56 et la RX64. J'en parlais dans cet article et j'étais déjà pessimiste, mais il semble que même les constructeurs ne veulent pas investir dans ces cartes graphiques tant elles sont décevantes.

Avec une quasi absence des notebook et des OEM et l'échec de Vega, on se demande ce qui reste à AMD pour survivre dans le secteur des GPUs. Réponse: les consoles et les RX580 (Polaris) dont le prix a explosé, la faute semble-t-il aux mineurs de cryptomonaies qui s'arrachent ces cartes.

Vega est déjà mort, il faut maintenant attendre Navi en 2018 si tout va bien...

Que penser de Vega ?

Rédigé par uTux Aucun commentaire

AMD RX Vega64 et RX Vega56 en test (Hardware.fr)

Vega c'est la nouvelle génération de cartes graphiques qui vient d'arriver chez AMD. L'objectif est de se remettre à niveau face à Nvidia qui domine en terme de performances et d'efficacité énergique depuis 15 mois (sortie des GPU Pascal en mai 2016). En effet les GPU Polaris (RX400 et RX500) constituent un rapport performances/prix intéressant pour les gamers et les mineurs mais ils sont loin derrière les GTX1070, 1080 et 1080Ti.

Et il se trouve que le résultat est... mitigé car même si l'objectif est atteint (Vega56 // GTX1070 et Vega64 // GTX1080) la GTX1080Ti reste toujours sans concurrence. Pire encore, Vega est un gouffre à énergie :

Dans les jeux cependant, la consommation ne se fait pas oublier, la RX Vega64 étant clairement aux limites de consommation. C'est tout de même 60% de consommation de plus qu'une GTX 1080 FE, et plus que la Ti.

Le ventilateur de type blower a également beaucoup de mal à évacuer toute cette chaleur :

Le blower utilisé par AMD est particulièrement bruyant avec un bruit de roulement très distinct. Les deux Vega sont à la même enseigne dans ce test, passé 70° le ventilateur du blower tournant effectivement à pleine puissance.

Alors oui c'est pas fameux :/ 15 mois de retard, gourmand et bruyant, quel intérêt reste-t-il à Vega ? Et bien pour sa défense, voici quelques points à considérer :

  • Nvidia a eu 15 mois pour peaufiner ses drivers, Vega débarque tout juste. Les mises à jour permettront de grappiller quelques %.
  • La carte est intéressante pour les possesseurs d'écran Freesync.
  • Phoronix mentionne l'excellent support des pilotes libres sur Linux, les déclarant même plus performants que les pilotes propriétaires.
  • Le test porte sur la carte de référence mais il faut s'attendre à voir débarquer des modèles personnalisés par les fabricants, avec un refroidissement plus efficace et plus silencieux.
  • AMD a une longueur d'avance dans le support de Vulkan et DirectX12 et mène le projet open-source GPUOpen, équivalent de GameWorks en libre (librairies permettant d'améliorer le rendu des jeux, par exemple le moteur physique).
  • Au moins Vega permet de concurrencer les GTX1070 et GTX1080 inégalées depuis 15 mois en terme de performances.

Mon ressenti personnel est un peu pessimiste. Ce n'est pas la première fois qu'AMD sort une carte graphique en retard et plus gourmande que Nvidia même si les performances sont à niveau. J'ai envie de dire que c'est le cas depuis 2014 avec les R290X puis les R9 Nano et Fury. L'histoire montre que les gamers préfèrent avoir un bon équilibre performances/consommation/silence. De plus, 15 mois d'avance c'est long et beaucoup (comme moi) ont déjà craqué pour une GTX1070 ou 1080. Après le coup de fraîcheur apporté par RyZen il est dommage de voir qu'AMD nous refait du AMD...

Fil RSS des articles de cette catégorie