J'aime le libre

Rédigé par uTux - - 24 commentaires

J'écris cet article pour combattre une idée que je vois revenir souvent dans la blogosphère (française), qui dit que dans l'univers du logiciel libre c'est le bordel, c'est la guerre, trop de choix, des distributions qui se combattent au lieu de s'unir, et des développeurs qui se moquent de leurs utilisateurs.

J'ai un problème avec ça car le libre c'est mon métier. Je suis ingénieur systèmes Linux et si j'en suis arrivé là, c'est parce que je baigne dans un univers où on partage les connaissances, où on peut lire le code, où on peut poser des questions, et où globalement les logiciels marchent bien. Il y a 20 ans encore l'informatique c'était très majoritairement du Microsoft, un monde payant dans lequel il fallait des diplômes, des livres, des certifications, c'était quand même assez fermé et peu accessible. Aujourd'hui les produits libres en vogue tels que Docker ou Ansible publient leur documentation, des howto, des quickstart, un repo github, et si on ajoute stackoverfow/stackexchange on peut s'auto-former en quelques semaines. Bien sûr l'expérience en production est importante et ce n'est qu'après quelques mois voire années qu'on peut se vendre comme "expert" sur cette technologie, mais au moins c'est possible. Allez essayer de vous auto-former avec un Windows Server et un Exchange, outre les spécifications matérielles très élevées, hors programme MSDNA c'est juste impossible à cause du coût des licences.

Le libre c'est aussi la culture Devops dont je fais partie et où Microsoft a bien du mal à se positionner. On automatise, on industrialise, on code, on pousse sur le repo git, les tests unitaires et l'intégration sont déclenchés tout seuls, et on s'amuse. Merci au libre de nous avoir montré qu'on peut faire autre chose qu'installer des .exe à la main ou avec des logiciels très cher tels que SCCM.

Donc au final quand je tombe sur des articles présentant le monde du logiciel libre comme game of thrones, je me dis que ce n'est que la vision desktop, les 1% de parts de marché pour lesquels j'ai abandonné tout espoir. On oublie la culture qu'il y a derrière et moi j'aime travailler avec le libre, pas pour les raisons extrémistes de RMS et la FSF, mais pour l'efficacité, le partage, les compétences, l'accessibilité.

Fil RSS des articles de ce mot clé