Doom Eternal: aussi bon que frustrant

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

J'ai bien aimé Doom 2016, un jeu bien bourrin offrant des mécaniques proches de celles des fps à l'ancienne, servi avec une ost Metal presque parfaite. Aujourd'hui nous sommes en 2020 et sa suite Doom Eternal est sortie. Le titre est bien trouvé, Doom est en effet éternel et tout comme Star Wars il transcende les générations.

L'éditeur Bethesda a orienté la communication du jeu sur le personnage principal: le Doom guy (appelé ici Doom Slayer) qui est totalement bourrin et qui met les pieds où il veut, surtout dans la gueule des démons. Aussi fort que Chuck Norris, il compte bien sauver le monde à lui tout seul en exterminant tout l'enfer sur son chemin. Le message est clair, pas question de réfléchir ou de faire dans la subtilité, on va user d'un arsenal démesuré pour poutrer les méchants. Il faut ajouter à cela l'OST monumentale de Mick Gordon qui revient pour nous prouver que Doom est la symbiose du jeu vidéo et du Metal. On espère donc que le jeu est à la hauteur des promesses de la communication de Bestheda.

Doom eternal

J'ai donc acheté Doom Eternal et fait exploser ma fibre optique pour le télécharger. Comme vous pouvez le voir, l'internet français n'est pas si saturé que cela, à moins que les FAI fassent de la QoS pour nous permettre de télécharger Doom à pleine vitesse, ce qui serait vraiment royal :

Vive la fibre

La technique

S'il y a un point sur lequel Doom Eternal fait un sans-faute, c'est la technique. Les graphismes sont très réussis et le jeu est extrêmement fluide sur à peu près toutes les configurations. Par exemple ma GTX 1070 qui date de 2017 le supporte en 2560x1440 Ultra sans broncher. Le jeu est une vitrine technologique pour l'api Vulkan et frappe un grand coup. Si on ajoute à cela les temps de chargement qui se comptent en secondes, on a probablement affaire à l'un des jeux AAA les mieux optimisés de tous les temps. C'est dit.

Le gameplay

Doom Eternal mérite clairement son succès. Les développeurs du jeu se sont vraiment demandé comment améliorer les mécaniques de fps à l'ancienne sans en renier les fondements. Et pour cela ils ont rendu le jeu beaucoup plus nerveux (encore) et ajouté de nombreux moyens d'éliminer les ceux qui se dressent sur notre chemin. D'une part les ennemis et leurs projectiles sont plus rapides, ce qui fait que vous allez subir beaucoup de dégâts même en strafant, et d'autre part les item à ramasser sont beaucoup plus rares. Pour survivre il faut donc aller tuer les monstres au corps à corps, ce qui génère des bonus. Je n'en suis qu'à 2h de jeu mais il y a déjà :

  • Les glorykill qui donnent des points de vie.
  • La tronçonneuse qui donne des munitions.
  • Le lance-flammes qui donne de l'armure.

Cette incitation à aller au corps à corps est à double tranchant, elle rend indéniablement le jeu plus violent et plus technique, mais elle peut être frustrante parce qu'on ne peut plus se contenter de tirer en continu avec le Gatling Gun sans se poser de question, les munitions sont trop rares. J'ai eu beaucoup de mal à m'y faire.

Ces ajouts de mécaniques de gameplay peuvent aussi être déroutants au début du jeu car il y a beaucoup beaucoup de choses et elles arrivent trop vite. En 2h de jeu j'ai déjà : les glorykill, tronçonneuse, lance-flammes, tirs secondaires, améliorations d'armes, améliorations d'armure praetor, les cellules sentinelle, la frappe sanglante, le dash, le ralenti, les portes du Slayer... j'ai souvent eu envie de crier stop !!!

Un autre ajout important est l'agilité de votre personnage. Il est maintenant possible d'escalader les murs et d'utiliser des barres d'acrobate et les dashs pour aller plus loin. Le jeu tire pleinement parti des 3 dimensions, peut-être parfois à l'extrême avec des phases de plateforme/puzzle qui cassent le rythme et peuvent être frustrantes.

En parlant de casser le rythme, le jeu dispose maintenant d'un hub, c'est à dire que le Doom Slayer a une base qu'il rejoint entre chaque mission, et qui permet de visualiser les secrets collectés, s’entraîner, débloquer des améliorations, lancer les missions. Je ne suis pas du tout fan du hub, je ne comprends pas pourquoi le jeu n'enchaîne tout simplement pas les niveaux comme dans Doom 2016.

Pour en finir avec les points négatifs, Doom Eternal a beaucoup trop de phases qui ne servent à rien d'autre qu'expliquer l'histoire du jeu. Et il y a à mon sens beaucoup trop d'histoire...

Conclusion

Doom Eternal est un excellent jeu qui a su se renouveler et faire évoluer les mécaniques de gameplay du fps à l'ancienne sans les dénaturer. Et pourtant, il est indéniablement entaché de nombreuses lourdeurs qui pourront rebuter certains joueurs et le rendre aussi frustrant que bon. Si vous hésitez, attendez que le prix baisse.

Avec un peu plus de munitions, un système de sauvegarde rapide et en l'absence du hub, j'aurais encore plus apprécié le jeu. En attendant, il est toujours possible de jouer aux Doom originaux grâce à Doomsday ou GZDoom, ou encore d'aller à la concurrence avec eDuke32. Je lâche quand même mon Seal of Approval à Doom Eternal.

SOA

Réflexion sur DOOM

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

J'ai adoré le remake 2016 de DOOM: dynamique, nerveux, défoulant avec des guns exagérément grands, des exécutions débiles et des powerup irréalistes mais jouissifs. Il semble que le public soit unanime, c'est un putain de bon jeu, en opposition avec la presse beaucoup plus frileuse qui attendait un éinième CoD-like (14/20 sur un certain site français en 3 lettres, c'est ridicule).

Doom à la base est un jeu sorti en 1993, je ne me rappelle pas de l'avant car j'étais trop jeune, mais j'ai connu l'arrivée de ce jeu et aussi ce qu'il y a eu après. Doom 1 & 2 avaient une ambiance particulièrement prenante avec les monstres (les "taureaux", les "araignées"...), les armes, le sound design, le visage de son personnage dans le HUD, la musique, et surtout le moteur graphique absolument énorme pour l'époque. Et puis il y avait l'aspect multijoueur, à 2 joueurs par câble série pour les pauvres, en réseau IPX ou via connexion modem pour les plus chanceux, en collaboratif ou en deathmatch. DOOM a tellement marqué son époque et son domaine qu'il a créé un nouveau genre de jeu: le DOOM-like. Beaucoup de jeux se sont d'ailleurs basé sur le même moteur (Heretic, Hexen), d'autres non mais se sont positionnés en descendent spirituel comme par exemple Quake, Half-Life ou Duke Nukem 3D.

Doom a connu de très nombreuses versions: TNT, Plutonia, Doom2... et c'est sans compter les différents portages ailleurs que sur PC, la légende dit même qu'on trouvait ce jeu sur les calculatrices de lycée (ce qui ne semble pas tout à fait vrai après une recherche sur Youtube, puisque ce n'est pas exactement le même jeu).

Le très attendu Doom 3 est arrivé en 2004 et techniquement id Software n'a pas déçu. Je me rappelle de mes premiers instants sur ce jeu, c'était une véritable baffe, je trouvais les graphismes temps réel 3D aussi beau que ce qu'on avait d'habitude de voir dans les cinématiques pré calculées. Les couleurs, les jeux de lumières, la modélisation des personnages, tout était absolument renversant. Et puis il y avait un système de son 5.1 immersif dont je n'ai jamais pu profiter, n'étant pas équipé à ce niveau. Et puis ce fut le drame.

Doom 3 a déçu beaucoup de monde. Il pris le parti de proposer des niveaux plutôt linéaires avec une trame scénaristique et des éléments d'histoire à ramasser au travers de PDA. Beaucoup l'ont l'ont jugé trop lent, trop couloir, trop sombre, je ne suis pas de cet avis. C'était clairement volontaire, en 2005 on commençait à vouloir raconter des histoires dans les jeux, et id Software a fait du bon boulot à ce niveau. Le côté nerveux est certes mis de côté car la vitesse de déplacement est plus lente, en revanche on a toujours l'arsenal légendaire et la capacité à nettoyer toute forme de vie alien de manière assez radicale. J'ai pris beaucoup de plaisir.

Et c'est ça qui m'a donné envie d'écrire cet article. Les joueurs ont une mémoire sélective, pour eux Doom a toujours été synonyme de nervosité, d'ultra violence, de défouloir, au point que je pense qu'il y a une grosse confusion avec Brutal Doom, un mod sorti bien après. Les vieux Doom ont toujours été plutôt lents, extrêmement labyrinthiques et une fois passé les premiers niveaux on se retrouvait très souvent bloqué, il fallait trouver la bonne clé ou le bon interrupteur et cela pouvait rendre dingue. Je pense personnellement que Doom 3 est très proche de Doom et que Doom 2016 est plus un mélange de Quake et de Brutal Doom.

La conclusion de cet article est que j'ai toujours été fan des jeux Doom, sans exception, et que nous avons de la chance que la franchise et Id Software existent toujours. Il est bon de constater qu'on se risque encore à sortir des FPS oldschool au XXIe siècle alors que CoD a tué le genre et que même Duke Nukem Forever s'est planté. Allez, moi je vais m'écouter un peu de Mick Gordon.

Prey 2017 est-il bien ?

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Prey à la base est un FPS bien bourrin sorti en 2006 basé sur le moteur graphique de Doom 3. Ce qui faisait l'intérêt de ce jeu c'était ses environnements gigantesques, ses portails, son style organique dégueu, ses changements de gravité, ses véhicules volants, ses extraterrestres décérébrés, ses armes génialissimes et puis il faut le dire un pitch qui fait rêver: "un indien contre des extra terrestres qui doit sauver sa copine!". Ce jeu m'avait retourné le cerveau, les tripes, du fun à l'état pur, une sacrée bouffée d'air frais alors qu'à cette période on assistait à la décadence des FPS avec la montée en puissance de Call of Duty. Prey est à mon sens encore aujourd'hui l'un des meilleurs FPS de tous les temps et je vous le recommande chaudement.

>> Prey | Full Gameplay/Playthrough | PC 60fps | No Commentary <<

J'aurais aimé un Prey 2, mais il a finalement été annulé. Il a fallu attendre 2017 que Bethesda nous gratifie... d'un remake. Étant fan de cet éditeur (Skyrim, Fallout4, Doom, Dishonored...) j'ai acheté Prey 2017 les yeux fermés. Et mon premier contact avec le jeu fut assez... décevant. Alors que je m'attendais à un jeu bourrin qui ne se prend pas au sérieux, c'est au contraire un jeu plutôt lent qui est plus proche de BioShock ou de Deus Ex que de Prey 2006. Certes BioShock est une référence dans le genre, mais à mon sens Prey 2017 n'arrive pas à être aussi vivant ou prenant.

Attention, Prey 2017 n'est pas un mauvais jeu, je dirais même qu'objectivement il est réussi sur tous les points. Le système de compétences avec les neuromods, le recyclage, les environnements ouverts avec plusieurs possibilités de jeu d'approches sont excellents. L'exploration est immense puisque le jeu n'est pas linéaire et contient beaucoup d'éléments secondaires à déverrouiller (les ordinateurs dont il faut trouver les mots de passe). Les phases en apesanteur sont également très réussies.

>> Prey - 8 minutes de gameplay <<

Mais de manière subjective je n'arrive pas à accrocher. Autant sur BioShock j'étais accroché à l'histoire, autant avec Prey 2017 je n'y arrive pas, ce qui est pourtant un élément crucial dans un jeu aussi lent. Car oui je trouve toujours le jeu aussi lent avec des armes qui manquent cruellement de punch, on se demande parfois s'il ne s'agit pas d'un Survival Horror. A vrai dire après avoir joué pour la première fois à Prey 2017, j'ai rage quit après 1 heure. Je n'ai repris le jeu que 1 an plus tard, j'ai joué quelques heures, puis je l'ai laissé de côté en me disant "plus tard". Je n'y ai plus touché depuis 3 mois...

En conclusion je ne sais pas quoi penser de ce Prey 2017. Ce serait trop facile d'accuser Bethesda de profiter du nom "Prey" pour vendre un jeu qui n'a rien à voir, puisqu'il est plutôt excellent et pas si hors sujet quand on y pense. Non en fait je dirais que ce jeu n'est pas en phase avec mes attentes car j'attendais un FPS old school, ce que Bethesda nous a offert avec Doom. Pas de haine envers Prey 2017, je vous le recommande, sachez juste que ce n'est pas Prey 2006...

DOOM : à chaud, encore, j'ai presque joui

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

Bon bon, j'ai déjà écrit un article sur Doom, mais je n'avais joué que quelques heures et trouvais que même si le jeu était bon, on se lassait finalement assez vite.

Mais là, j'ai avancé, j'ai trouvé des armes cheatées, j'ai affronté des ennemis beaucoup plus gros, et j'ai pris mon pied. Ramasser en enfer un power-up de berserk pour aller à mains nues arracher le cœur d'un monstre, lui faire bouffer, le tout avec du métal a fond dans les oreilles m'a presque fait jouir, je ne m'étais pas autant amusé sur un jeu - surtout un FPS - depuis 10 ans au moins. Absurdité du gore ? Oui, complètement, c'est très kitsch mais c'est ça qui est bon.

orgasme

Les FPS modernes sont finalement tous les mêmes, l'histoire et les personnages changent mais le gameplay est le même, comme si on installait un pack de base comprenant les mécaniques classiques : on ne peut porter que deux armes, on avance lentement, on regarde des cinématiques, on appuie sur des touches comme un crétin pour les QTE, on suit des couloirs, blablabla. Ce nouveau Doom casse ces codes en reprenant tout d'abord l'aspect old school des FPS (rapide, pas de limite d'arme) mais en les caricaturant à fond pour rendre le jeu amusant. Porter à bout de bras un minigun de 100 kilos pour arroser un ennemi, puis faire un double saut pour aller l'achever en lui arrachant un membre pour le frapper avec ? Totalement irréaliste et débile, mais incroyablement fun, et c'est pour ça que c'est bien.

Doom c'est brutal, comme le 49-3, c'est complètement badass, c'est métal, c'est frais, c'est rapide, c'est défoulant.

DOOM : à chaud

Rédigé par uTux - - 3 commentaires

Bon voilà je n'ai pas pu résister, tellement de hype autour de ce jeu que je l'ai acheté. Après 49Go de téléchargement (~30min parce que Free et Steam le voulaient bien) j'ai pu m'y frotter.

Dès le début du jeu on nous plonge directement dans le bain : nous ne sommes pas la proie (comme dans Doom 3) mais une machine à distribuer des patates dans la bouche des aliens et zombies qui se mettent sur notre chemin. Le jeu va vite, très vite et la meilleure tactique est de strafer, tirer, patater. Et c'est très gore. La première comparaison qui me vient à l'esprit est Serious Sam ou Painkiller + Brutal Doom. Le système de Glory Kill (exécutions spectaculaires au corps à corps) permet de récupérer de la vie et des munitions, c'est donc un ajout intéressant et pas un simple gadget, idem pour l'emblématique tronçonneuse.

C'est super joli et pas si gourmand au niveau des graphismes, par contre je n'apprécie que moyennement la musique, on nous avait dit que ce serait du métal, or cela ressemble à un mélange de métal et de dubstep, c'est un peu surprenant mais ça colle assez à l'aspect bourrin du jeu. C'est visuellement gore, mais du gore à l'ancienne avec les missiles qui font exploser les ennemis en petit morceaux, néanmoins le jeu n'est donc pas à mettre entre toutes les mains.

Alors DOOM est-il bon ? Oui si vous aimez les FPS old school avec des item vert brillant qui flottent, les portes qui se ferment tant que vous n'avez pas tué tout le monde, et les minutes passées à chercher la carte jaune pour pouvoir avancer. En fait quand je regarde DOOM je me dis que c'est exactement ce que Duke Nukem Forever aurait du être. Par contre si vous aimez les jeux qui vous racontent une histoire, passez votre chemin.

Fil RSS des articles de ce mot clé