Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

pfSense, OPNsense, Endian, RouterOS

Rédigé par uTux 3 commentaires

J'utilise depuis quelques années un routeur ASUS RT-AC66U branché sur la freebox en bridge, principalement pour avoir du WiFi en 5GHz (le 2,4 étant saturé chez moi) mais aussi pour des fonctionnalités qui n'existaient pas quand je me suis abonné, par exemple le pare-feu et les dns ipv6. Ce montage fonctionne plutôt bien mais le routeur arrive aujourd'hui à ses limites :

  • Problèmes de performances avec OpenVPN (client et serveur) probablement à cause du CPU faiblard (MIPS 600 MHz). Les débits ne dépassent pas 1 Mbps.
  • Le firmware alternatif ASUS Merlin que j'utilisais a abandonné le support du RT-AC66U. J'ai du rebasculer sur le firmware ASUS officiel, toujours maintenu mais avec beaucoup moins de fonctionnalités.
Asus RT AC66U

J'envisage donc de changer de routeur et de mettre à niveau ma stack réseau avec au passage un ou plusieurs switches supportant les VLANs. J'ai envisagé plusieurs pistes :

  • Partir sur un routeur Mikrotik, car j'ai déjà travaillé avec ce matériel et j'adore RouterOS. De plus les prix sont très raisonnables.
  • Acheter un Linksys WRT (les gros routeurs bleus) car ces modèles ont l'air d'avoir une grosse communauté et énormément de firmwares alternatifs toujours maintenus.
  • Miser sur un APU Alix + pfSense / OPNsense. L'intérêt du x86 est que quasiment tous les OS fonctionnent dessus en natif.

Le routeur Linksys WRT a été rapidement éliminé car je prends le risque de retomber dans la même situation qu'avec le RT-AC66U, à savoir les firmwares communautaires qui ne sont plus maintenus ou trop limités.

J'ai été très tenté par un routeur Mikrotik malheureusement le support d'OpenVPN est extrêmement sommaire et ne correspond pas à mon besoin. Il est possible d'utiliser de l'IPsec (en IKEv2) mais pour une raison que j'ignore le flux ne passe pas à travers ma Freebox.

L'achat d'un APU Alix en x86 s'impose donc. Pour rappel, il s'agit d'un des nombreux modèles de SBC (Single Board Computer) au format mini-ITX construit par PC Engines. Grands fans de CPU AMD à basse consommation et de multiples interfaces réseau, ils sont très prisés pour faire des routeurs. En prime l'architecture x86-64 permet de faire tourner quasiment n'importe quel OS: Windows, Linux, FreeBSD, OpenBSD... ce qui donne au final un petit serveur mieux qu'un Raspberry Pi, même si le prix est bien plus élevé. L'inconvénient des APU Alix est qu'ils ne sont pas vendus dans la plupart des boutiques françaises, il faut donc aller chercher sur Amazon, eBay, Varia Store, ou d'autres revendeurs.

Alix APU 4d4

Pas de Wifi sur ce modèle, je vais devoir brancher mon Asus RT-AC66U configuré en mode point d'accès. En fait il est possible d'avoir du wifi directement sur le routeur Alix, mais c'est plus compliqué quand on veut du double bande 2,4 et 5 GHz car il faut deux cartes.

Reste à choisir l'OS qui sera installé pour faire office de routeur. Pour cela j'ai testé dans des machines virtuelles pfSense, OPNsense et Endian. Voici les résultats de ce POC :

  • Endian a une interface web trop limitée qui n'a quasiment pas évolué au cours des dernières années et ne permet pas de gérer un serveur OpenVPN, il faut passer par la CLI. J'ai donc abandonné assez rapidement cette solution.
  • OPNsense n'a pas été facile à prendre en main, l'interface moderne n'est pas très intuitive mais au final j'ai pu faire tout ce que je voulais. Malheureusement ma première mise à jour s'est faite dans la douleur, et lors de la seconde j'ai perdu la fonctionnalité de serveur DHCP. J'ai aussi de gros problèmes de lenteurs de l'interface avec Linux + Firefox ESR alors qu'avec Chrome pas de problèmes. Je n'ai donc pas un bon retour d'expérience concernant la fiabilité du produit.
  • pfSense est donc le gagnant par élimination. L'interface est différente d'OPNsense mais les fonctionnalités et la logique sont les mêmes. Le système de mises à jour est différent puisqu'il ne fonctionne pas par parquets mais au niveau de l'image dans son ensemble.

Il faut maintenant que je prenne le temps de configurer tout ça.

Free + bridge + IPv6

Rédigé par uTux 29 commentaires

Comme je l'ai dit dans mon article sur la fibre Free, la Freebox n'est vraiment pas terrible, j'ai donc rapidement acheté un routeur pour la remplacer. J'ai pris un Asus RT-AC66U, modèle relativement satisfaisant qui supporte le Wi-Fi 5GHz mais aussi plusieurs firmwares alternatifs (actuellement Merlin).

J'ai beaucoup hésité à écrire cet article sachant qu'il serait indigeste, mais il constitue un bon exercice pour IPv6 et peut aider ceux qui ont leur Freebox en bridge.

Principe

En IPv4 le principe est simple : on configure la Freebox en bridge ce qui permet au routeur de récupérer directement l'IP publique. A lui ensuite de faire le NAT pour donner l'accès à internet aux machines du réseau. Mais en IPv6, comment fait-on ?

Tout d'abord la stack IPv4 ne change pas, on va configurer notre IPv6 à côté sans incidence. On n'utilise pas de "NATv6" mais du bon vieux routage à l'ancienne, avec de la délégation de préfixe, bref un vrai réseau tout propre. En fait, chaque machine du réseau aura une "IPv6 publique" (cette affirmation est un pléonasme). On va avoir besoin de :

  • 1 sous-réseau IPv6 en /64 pour la partie WAN, avec 2 adresses (Freebox et Routeur côté WAN)
  • 1 sous-réseau IPv6 en /64 pour la partie LAN, avec 1 adresse (Routeur côté LAN)

Voici ce que cela donne avec un schéma et des adresses bidon :

Mise en place

La première chose à faire consiste à se rendre dans l'interface de configuration de la freebox grâce à l'adresse mafreebox.free.fr qui fonctionne même si vous êtes en bridge.

Puis rendez-vous dans : Paramètres de la Freebox, onglet Mode avancé, Configuration IPv6.

  1. A cocher, bien évidemment.
  2. Adresse IPv6 de lien local de la Freebox.
  3. Le premier préfixe qu'on va déléguer au routeur (pour le WAN). Notez qu'il se termine par 5430.
  4. Mettre l'adresse IPv6 de lien local de l'interface WAN du routeur (à récupérer par exemple avec ip addr ou ifconfig en SSH sur le routeur).
  5. Le second préfixe qu'on va aussi déléguer au routeur (pour le LAN cette fois). Il se termine par 5431.
  6. Mettre l'adresse IPv6 de lien local de l'interface WAN du routeur - la même que pour le point 4.
  7. Encore un préfixe, mais on ne va pas l'utiliser, on a tout ce qu'il nous faut !

Maintenant, on passe à la configuration du routeur. Voici pour l'Asus RT-AC66U :

  1. Type de connexion, ici c'est du statique.
  2. Le WAN du routeur (premier préfixe 5430 suivi de ::2).
  3. 64.
  4. Le WAN freebox (premier préfixe 5430 suivi de ::1).
  5. Le LAN du routeur (second préfixe 5431 suivi de ::1).
  6. 64.
  7. Pour info.
  8. Type d'advertisement sur votre LAN. Le stateless laisse les machines s'auto-configurer. Stateful est du DHCPv6. Il vaut mieux sélectionner stateless.

Comment tester

Conclusion

La Freebox n'a pas une seule IPv6, ni même un seul réseau IPv6, elle en a plusieurs. Et dans notre cas elle en délègue deux à notre routeur. Les avantages ? Possibilité de gérer vous-même le pare-feu (la Freebox n'en a pas) et aussi de modifier plusieurs éléments (comme les DNS diffusés).

Fil RSS des articles de ce mot clé