Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Docker, Ansible, NixOS : le savoir (re)faire

Rédigé par uTux 4 commentaires

L'informatique, comme tous les métiers, demande un savoir-faire, celui-ci vient avec l'expérience et la pratique. Mais s'il y a un autre point qui est important et souvent négligé, c'est de savoir refaire. Je vais expliquer.

Imaginez-vous administrateur système dans une entreprise, on vous charge d'installer un serveur web pour afficher une simple page html. Vous allez alors installer Debian + Apache puis placer le fichier html à la racine, rien de difficile jusque là.

Imaginez ensuite qu'au bout de 2 mois ce fichier html soit remplacé par un fichier php un peu plus avancé, vous allez alors installer libapache2-mod-php5 là encore c'est facile. Par la suite le fichier évolue encore et vous oblige à installer des modules, par exemple php5-gd et php5-curl.

Puis le serveur vit sa vie et au bout de 2 ans on vous demande d'en mettre en place un deuxième avec exactement le même rôle. Et là ça se complique car 2 ans c'est long et vous avez probablement oublié tout ce que vous et vos collègues avez fait pour configurer ce serveur au fur et à mesure. S'il est facile d'identifier que apache2 et php5 sont présents, en revanche les modules sont beaucoup moins évidents, surtout si vous avez utilisé des gestionnaires tiers tels que pecl, cpan, pip.

L'une des grandes problématiques est donc de trouver un moyen pour garder une trace et refaire rapidement toutes les étapes qui ont accompagné la vie du serveur. Alors bien sûr le grand classique est d'utiliser un wiki, mais qui vous garanti que ce qu'y s'y trouve représente bien ce qui est en production ? Personne n'est à l'abri d'une modification "urgente" en prod non rapportée sur le wiki.

Une solution que l'on retrouve souvent et qui est appliquée dans Ansible, Docker et NixOS, c'est d'éliminer toutes les manipulations sur la prod. On y touche plus, à la place on travaille sur un fichier de recette, que l'on va ensuite deployer et jouer. Sur Ansible ce sont les playbook, sur docker les Dockerfile, et sur NixOS le fichier configuration.nix.

Cela parait beaucoup plus propre et ça l'est, c'est une rigueur pas forcément naturelle qui paye sur le long terme. Néanmoins ce n'est pas toujours évident, une manipulation rapide à faire sur un serveur peut se transformer en plusieurs minutes voire heures de devops dans Ansible. Let's Encrypt est un exemple, son automatisation n'est pas simple car vous allez devoir gérer deux cas différents selon la présence ou non d'un certificat. En effet certbot peut soit utiliser le mode standalone et donc couper Nginx (car nécessité du port 80) ou alors utiliser le mode webroot et justement passer par Nginx + vhost de votre site, or ce dernier a justement besoin du certificat pour démarrer. Et quid du cas de Docker où vous devez créer un nouveau container et le relier à l'existant juste pour renouveler vos certificats.

En conclusion le boulot de sysadmin, développeur ou devops n'est pas seulement de faire ou réparer les choses mais également de prévoir l'avenir, s'imposer une rigueur même si elle parait contre-productive sur le moment. J'aurai probablement l'occasion de parler de plus en détail de Docker et de NixOS dans de prochains articles, restez branchés.

4 commentaires

#1  - BXT a dit :

J'espère que tu n'installes pas PHP5 en 2017 quand même, et que tu commences à installer du PHP7 :) (À moins que les apps qui y tournent soit vraiment vieilles)

Répondre
#2  - uTux a dit :

C'est toujours php5 sur Debian.

Répondre
#3  - BXT a dit :

Dotdeb ?

Répondre
#4  - uTux a dit :

Mouè enfin c'était pas le sujet de l'article. Et puis php5.6 est toujours maintenu dans Debian donc à partir du moment où l'appli qu'on veut faire tourner fonctionne, c'est pas utile.

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot kuhyig ?

Fil RSS des commentaires de cet article