The Spacewalker

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

J'ai reproché à First Man d'être trop lent, trop dramatique, trop focalisé sur une vision romancée de la vie de l'homme et pas sur les missions spatiales. Avec The Spacewalker c'est tout le contraire, on a droit à un film très rythmé sur la première sortie de l'Homme dans l'espace par le cosmonaute Alexeï Leonov, personnage principal de ce film.

The Spacewalker

Le film présente Alexeï Lenonov comme un pilote casse-cou et enthousiaste, recruté pour le programme spatial soviétique en 1960 après avoir été remarqué pour avoir fait atterrir avec succès son avion de chasse Mig en perdition. Au prix d'un entraînement intensif avec son camarade Pavel Beliaïev il sera au coeur de la mission Voskhod 2, bravant des imprévus pour réussir la première sortie spatiale humaine.

Si on a parfois l'impression que le film en fait trop (les cosmonautes bravent la mort toutes les 15min) il est pourtant historiquement juste, parfaitement rythmé et capable de retenir notre attention pendant 2 heures. Il ne dégouline pas non plus de patriotisme soviétique puisqu'il critique le programme spatial de l'époque, trop soumis à la politique découlant de la guerre froide et faisant courir de grands risques aux cosmonautes.

J'ai adoré The Spacewalker et il rentre auprès de Apollo 13 dans mon top des meilleurs films de conquête spatiale. Si ce thème vous plaît, je vous encourage fortement à le regarder !

Utux approval

First Man, somnifère/20

Rédigé par uTux - - 1 commentaire

First Man est un film offrant une vision romancée de la vie de Neil Armstrong, le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune. La liste des films réalistes sur l'histoire de l'exploration spatiale n'est pas très longue: Apollo 13, Salyut-7, The Spacewalker... je suis donc plutôt content de la sortie de First Man.

First Man

Mais après l'avoir vu, j'avoue être assez partagé. La première chose que je reproche au film est le manque d'expression de Ryan Gosling, l'acteur principal qui a toujours le même visage du début à la fin. Est-ce parce que Neil Armstrong était réputé pour garder son sang froid et son calme quoi qu'il arrive ? Pour reprendre une expression de Chroma, on a l'impression qu'il ne joue pas, qu'il a planté, et qu'il faut aller le rebooter.

L'autre aspect qui me rebute est qu'il y a beaucoup trop d'histoire familiale et de drame, c'est un peu comme si on regardait le premier quart du film Apollo 13. Il reste peu de place aux missions spatiales, et on peut même dire que la mission sur la Lune est une partie insignifiante du film. Et pour empirer les choses, tout ceci est couplé à un rythme lent. Beaucoup de silences, de plans qui durent, en fait il est très difficile de rester éveillé d'autant que le film est long : 2h20.

Il y a quand même des choses bien, déjà il n'est pas objectivement mauvais, il est bien fait, il est bien écrit. Ensuite certaines missions sont filmées du point de vue de Neil Armstrong, à l'intérieur des engins spatiaux, un choix intéressant. L'inconvénient est que cela peut rendre l'ensemble très confus pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de l'exploration spatial, par exemple pour la mission Gemini 8 on ne voit jamais la fusée, on peut donc se demander ce qui se passe ?

Pour conclure, bien que First Man ne soit pas un film malhonnête, je ne le recommande pas.

Fil RSS des articles de ce mot clé