Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Maître de stage - Episode 3: Coronavirus

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Le stage a commencé début Mars. J'avais prévu une première semaine légère consacrée à la familiarisation avec l'environnement et les outils. J'ai passé un peu de temps à expliquer le principe de fonctionnement d'Azure avec par exemple la hiérarchisation des ressources (Tenants, Subscriptions, Resource groups...) puis lui ai confié des "travaux pratiques" à réaliser en sandbox dans le seul but de lui faire mettre les mains dans le cambouis. Il s'agissait par exemple d'installer un Wordpress 100% PaaS à l'aide des App Services et Azure Databases for MySQL. Ensuite, la même chose avec AWS.

J'ai été surpris par la rapidité avec laquelle il a accompli ces exercices. Le bougre est plutôt bon techniquement et autonome, au point que j'ai pu lui confier plus tôt que prévu des "vraies" tâches reliées à des projets de l'entreprise. J'avais notamment mis de côté un projet d'externalisation des logs du Cloud vers une stack Elastic, et c'était parfait car il y avait suffisamment de matière pour l'occuper alors que je devais partir en congés.

Mon retour de congés a eu lieu la semaine 12, c'est à dire au moment où le confinement a été annoncé. Je me souviens du Lundi où l'ambiance était apocalyptique, les rumeurs circulaient dans l'entreprise et dans certaines équipes les gens avaient déjà été renvoyés chez eux. Et la nouvelle est tombée l'après-midi, notre manager nous a réunit pour nous annoncer 45 jours de télétravail. Le stage a alors pris une tournure inattendue car tout allait devoir être fait 100% en remote. Heureusement l'entreprise était déjà habituée au télétravail et tous les outils étaient déjà là.

Le travail à distance n'a pas changé grand chose au stage, nous communiquons principalement par Mattermost et faisons des conférences vocales via Teams. Ce qui semble moins évident en revanche c'est l'intégration dans l'équipe. Dans le bureau tout se passait bien et mon stagiaire participait aux batailles de Nerf avec les collègues. Mais dans Mattermost et Teams il est plus discret, ce qui est dommage.

L'épisode 4 parlera du sujet de stage qui a débuté en retard.

Maître de stage - Episode 2: L'arrivée

Rédigé par uTux 4 commentaires

Billet précédent: Maître de stage - Episode 1: Recrutement.

Comme c'est ma première expérience de maître de stage, je veux que tout soit parfait. Aussi pour préparer l'arrivée de mon stagiaire, j'ai concentré mon attention sur trois points :

  • Préparer l'arrivée dans l'entreprise (avoir un compte A.D et obtenir un PC).
  • Trouver un sujet de stage.
  • Lister les compétences à valider durant le stage.

Les formalités sont assez simples, quelques formulaires à remplir et coups de fil à passer. En revanche, pour le sujet de stage, c'est un peu plus complexe. En effet je voulais un sujet qui réponde aux critères suivants :

  • Pas trop simple. Mon stagiaire est un futur ingénieur, il ne faut pas qu'il s'ennuie dans des tâches peu gratifiantes et inutiles.
  • Pas trop compliqué. Il n'a pas beaucoup d'expérience et ne sera là que 6 mois. De plus il faut que moi-même je maîtrise le sujet afin de l'accompagner.
  • Faire appel à de multiples compétences. Il n'y a pas que la technique, l'ingénieur est amené à rechercher des solutions aux problèmes, rédiger des DAT (Dossier Technique d'Architecture), participer aux réunions avec les architectes, éventuellement faire un peu de gestion de projet.
  • Être bien défini et collaboratif. Le sujet doit tenir sur 6 mois, et nous devons être capables de reprendre le travail produit quand il sera parti.
  • Éviter de divulguer des informations sensibles. Le stagiaire a signé les accords de confidentialité, aucun problème avec ça, en revanche son rapport de stage sera amené à circuler à l'extérieur de l'entreprise. Il faut donc éviter d'y mentionner les secrets de fabrication :)

J'ai donc listé quelques sujets possibles pour en discuter avec lui le moment venu.

A côté de cela, j'ai également prévu un système d'entretiens mensuels et d'objectifs additionnels. Par exemple participer à la rédaction d'un DAT ou se préparer à la certification AZ-103. Ces objectifs ne sont pas obligatoires pour la réussite du stage mais constituent un plus sur son CV surtout s'il veut continuer à travailler dans ce domaine.

L'épisode 3 parlera des débuts du stage avec les imprévus dus au Coronavirus.

Maître de stage - Episode 1: Recrutement

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Billet précédent: Maître de stage - Episode 0: Les origines.

La première étape est donc le recrutement. Il se déroule ainsi :

  • Trouver un sujets de stage, au moins savoir de quoi ça va parler. Ce n'est pas forcément évident car cette étape se déroule plusieurs mois avant le stage, on ne sait pas forcément sur quoi on va travailler et quels projets vont se présenter. Le sujet global que je propose est le Cloud Public Azure / AWS.
  • Définir une fiche de poste, qui énonce le profil recherché (stage de fin d'études pour un bac +5) et les technologies sur lesquelles l'étudiant sera amené à travailler. Une présentation de l'entreprise et de ce que fait notre équipe est également requise.
  • Éplucher les candidatures et les CVs.
  • Faire passer les entretients.
  • Retenir un candidat...

Je n'avais jamais fait l'exercice d'être du côté recruteur, c'est étonnant, je comprends maintenant la difficulté de cerner un candidat rien qu'en lisant son parcours sur une feuille A4. Je ne voulais pas être "le mauvais recruteur qui met injustement les CVs à la poubelle" mais je devais quand même trouver des critères objectifs et justes, tout en ayant conscience qu'un stagiaire est un stagiaire, il n'aura que très peu des compétences techniques recherchées. Accessoirement j'ai ressenti un petit "coup de vieux" en voyant les dates de naissance (1997)...

Passons maintenant à l'entretien. J'ai en fait des dizaines voire plus dans ma vie, toujours du côté candidat et je connais bien les règles du jeu. Apprendre à se présenter, à détailler son parcours, expliquer ce qui nous motive, parfois donner les réponses que le recruteur veut entendre (des défauts qui sont en fait des qualités), bla bla bla. Mais cette fois-ci j'étais de l'autre côté de la table, celui du recruteur. Et tout à coup c'était à moi de mener l'entretien, lancer les sujets, poser des questions constructives pour inciter le candidat à parler de lui. Heureusement mon chef m'a beaucoup aidé et est venu au premier entretien. J'ai retenu la formule suivante :

  1. Demander au candidat de se présenter, noter certains mots clés.
  2. Présenter l'entreprise, présenter notre métier, ce qui est attendu du candidat.
  3. Phase d'échange où on réutilise les mots clés pour interroger le candidat (hm, tu as fait un stage dans une entreprise qui fait de l'hébergement web, est-ce qu'il y avait de la HA ? De la virtu ? etc...). On répond aussi aux questions de ce dernier.
  4. On évoque les hobbies surtout les jeux vidéo ou la bidouille informatique, ça détend et parfois le candidat nous apprend des choses supplémentaires.
  5. Évoquer les modalités (salaire, horaires, transports...).

Dans un CV étudiant, les stages passés ont des sujets très variés voir radicalement différents, donc il n'est pas facile de trouver le fil rouge. Il faut essayer de comprendre les sujets qui ont été traités, les compétences mises en jeu, et ce que le candidat a appris. Je l'interroge sur sa culture informatique, s'il bidouille sur son temps perso, etc. Et bien sûr on juge le savoir-être, notamment la manière de s'exprimer, la politesse, on cherche à savoir si le sujet l'intéresse vraiment.

Après l'entretien arrive le débriefing en interne. Le candidat ne peut pas correspondre à 100% aux attentes, on essaie donc de juger s'il sera apte et suffisamment motivé pour le stage, en se rappelant encore une fois que c'est un étudiant. Finalement, nous avons dit oui, son savoir-être a beaucoup joué même si les compétences pouvaient paraître un peu faibles.

De manière humble je dois avouer que cette expérience, qui m'a placé du côté du recruteur, m'a appris beaucoup de choses. J'ai du mettre des mots sur ce que je fais chaque jour dans mon métier, apprendre à analyser les candidatures, construire un entretien qui mette le candidat à l'aise, et essayer de concilier l'aspect humain et rationnel. Je sens peser la triple responsabilité de choisir le bon candidat pour l'entreprise, pour moi, et pour lui-même. Je suis clairement sorti de ma zone de confort, de la technique, et ce n'est que le début.

L'épisode 2 parlera des préparatifs et de l'arrivée du stagiaire.

Maître de stage - Episode 0: Les origines

Rédigé par uTux 1 commentaire

A 32 ans, j'accueille mon premier stagiaire. J'avais cette idée en tête depuis quelques années déjà, mais je n'étais pas dans la bonne entreprise ou pas suffisamment "posé" pour me lancer dans l'aventure. C'est maintenant chose faite. Je vais essayer de tenir une série de billets dans lequel je décris cette expérience.

J'aime mon métier et j'ai envie de le transmettre, de former quelqu'un, le motiver, l'encourager si c'est la voie qu'il veut suivre. En même temps j'ai conscience des risques, un stage ou un contrat pro qui se passe mal peut casser un projet ou démotiver l'étudiant à travailler dans ce domaine. C'est ce qui m'est arrivé quand j'ai fait mon BTS, erreur de casting pour le stage, suivi de "la crise" en 2008, résultat j'ai totalement abandonné le domaine en question pour me "reconvertir" dans l'informatique mais tout en bas de l'échelle. Au final ce fut une bonne chose mais j'ai l'impression d'avoir perdu plusieurs années dans ma carrière professionnelle. Je dois maintenant faire mon maximum pour recruter la bonne personne et le faire monter en compétences, lui confier des sujets ni trop faciles ni trop difficiles, varier les domaines (architecture, réseau, projet...) juste assez pour que les 6 mois de stage le motivent à continuer !

Lorsque j'ai présenté l'idée à mon équipe et à mon chef, les réactions ont été positives mais on m'a averti qu'un stagiaire demande beaucoup de temps. J'ai compris que j'allais devoir améliorer mon organisation et potentiellement voir augmenter ma charge de travail, mais j'ai quand même envie de tenter le coup.

L'épisode 1 parlera du recrutement.

Mon internet est pessimiste

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Il s'agit d'un article un peu politisé, chose que j'essaie habituellement d'éviter car je préfère parler technique, mais j'ai besoin d’extérioriser certaines choses. Ce qui me déprime le plus en ce moment, c'est ça:

Et oui, avec 96,9%, la France est en tête du classement des votes favorables ! J'ai honte. Ce taux montre le poids incroyable des ayants-droits en politique, ou peut-être simplement est-ce révélateur d'un niveau de corruption très élevé dans nos représentants. Les partisans de la directive Droit d’auteur, un lobbying jusqu’à saturation: dans cet article intéressant, on y apprend que les principaux soutiens sont:

Pour faire passer la pillule d'une loi protectionniste envers une industrie richissime qui se porte très bien, il fallait bien sûr jouer la carte de l'Europe contre les méchants GAFAM qui ne paient pas les droits d'auteur les impôts. Mais ce que l'on ne dit pas c'est que Youtube, particulièrement visé par cette loi, est une plateforme qui permet à des dizaines de milliers de créateurs de contenus de s'exprimer et vivre de leur passion. Et c'est à eux que l'on s'attaque.

Depuis bientôt 3 ans je n'ai plus de télévision, parce que les programmes ne correspondent plus à mes attentes et que mon mode de consommation s'est tourné vers Youtube et ses nombreux créateurs de contenus. Je ne sais pas s'il faut être stupide ou courageux pour admettre que l'on aime un GAFAM, mais il y a de très nombreuses émissions et chaînes que j'adore et qui n'auraient pas pu exister sans Youtube: Science Etonnante, Hygiène Mentale, MrMeeea, LGR...

Et il se trouve que cette loi Européenne risque bien de tuer tout ça en augmentant encore plus la pression sur le filtrage des contenus. En effet, avec l'article 13 quel avenir pour les chaînes qui traitent des sujets suivants:

  • Revues/critiques/analyses de films ?
  • Pop culture, vieilles publicités, séries, films, jeux-vidéo ?
  • Émissions qui parlent de musique ?
  • Parodies, détournements, YTP ?
  • Emprunt d'extraits musicaux pour des sketches ou illustrations ?

Je ne sais plus quoi faire. Le lobby de l'industrie du divertissement est trop puissant. La majorité des gens s'en moquent, nos représentants sont soumis aux lobbys, les manifestations ne servent à rien si elles ne sont pas violentes, et les media de grande audience sont du mauvais côté. Nous allons continuer de payer toujours plus cher notre redevance sur la copie privée et la censure va continuer à s'imposer au nom du droit d'auteur.

Peut-être faudrait-il un geste fort, que Google ferme son moteur de recherche d'actualités, bannisse les chaînes Youtube appartenant aux ayant-droits (qui diffusent les clips musicaux officiels), voire même quitte administrativement l'Europe (bonne chance ensuite pour imposer des choses à un service 100% américain).

Un peu à la manière du végétarisme, on peut aussi voter avec notre porte-feuille. Ne plus acheter de musique, de films ou de media traditionnels, ne plus acheter de supports soumis à la copie privée. Mais je doute que ce soit suffisant face à leur puissance financière.

Si on ajoute à cela la fin de l'anonymat qui nous pend au nez ainsi que celle du chiffrement, je ne peux pas m'empêcher d'être très pessimiste sur l'avenir de l'internet libre en France.

Peut-être qu'un jour il faudra obligatoirement un VPN pour contourner les lois et être tranquille pour des activités autrefois légitimes, légales et libres. En tous cas il est sûr que nous n'avons plus aucun contrôle démocratique sur ce secteur.

Fil RSS des articles de cette catégorie