Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Toy Story 4 (no spoil)

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Une des raisons pour laquelle j'adore les Toy Story est qu'ils ont un double niveau de lecture. Le premier c'est bien entendu l'univers des jouets qui vivent leur vie quand personne ne les regarde, l'humour, l'aventure, la classe internationale de Buzz l'éclair. Le second niveau de lecture comporte toujours une réflexion et une morale apprise par les protagonistes au cours du film.

Avertissement : Si vous n'avez pas vu les films Toy Story arrêtez-vous là, car je spoile allègrement les thèmes des 3 premiers. Je vais éviter de spoiler le 4, mais en donnant mon avis je livre forcément des éléments, vous êtes donc prévenus !

  • Toy Story 1 parle d'amitié. En voulant chasser son rival, Woody se retrouve dans une situation qui l'oblige à travailler avec lui et tous deux vont devenir amis face à l'adversité.
  • Toy Story 2 parle de la famille. Woody découvre qu'il est le produit dérivé d'une vieille série télévisée et trouve Jessie, Pile Poil et le Prospecteur qui font eux aussi partie du show. Il doit choisir de rester avec sa nouvelle "famille" ou revenir chez Andy avec les autres jouets.
  • Toy Story 3 parle de la transmission. Andy part à l'université et ne joue plus avec ses jouets, qui ont peur de partir à la poubelle. Finalement ceux-ci seront donnés à Bonnie, une petite fille qui prendra la relève pour s'amuser avec les jouets. Cela constitue une séparation autant pour Andy que pour les jouets.

Je suis content que la saga des Toy Story continue à vivre, et j'étais très impatient de voir le 4. Quels vont être les jouets présents ? Quelle aventure vont-ils vivre ? Et surtout quel thème va être abordé ?

Toy Story 4 Affiche

Verdict ? Il n'y a aucune raison de ne pas aller voir ce film, il s'agit comme d'habitude d'un excellent Toy Story. Si le thème de départ peut sembler un peu redondant (l'obsolescence des jouets) il évolue rapidement en quelque chose d'intéressant et d'inédit. Si comme toujours le film consiste à perdre des jouets dans la nature pour les voir ensuite regagner leur maison, il évoque le début et la fin des jouets. Sans vouloir trop spoiler l'histoire, certains jouets sans propriétaires cherchent à se faire adopter par un enfant, tandis que d'autres réalisent que leur mission est terminée et cherchent un autre but. J'ai adoré le personnage de la bergère (Bo) qui nous livre un numéro à la Mad Max ainsi qu'une perspective nouvelle à propos des jouets.

Le film n'est pas exempt de défauts. Le plus gros est probablement le doublage, avec le ton monocorde de Angèle, et Jamel qui fait toujours le même numéro de pitre, épuisé depuis bientôt 20 ans tout ça pour doubler un personnage totalement inutile. En revanche le doublage de Duke Caboom est tout simplement hilarant. L'autre défaut est que les personnages secondaires historiques sont mis en arrière plan, même Buzz l'éclair, à la limite de l'inutile. Et enfin je trouve le démarrage du film laborieux, avec Fourchette qui est un personnage exaspérant !

Dans l'ensemble le film est excellent et tient la route. C'est à mon sens un excellent successeur et je ne peux que vous encourager à aller le voir.

Seal of approval

Je n'irai pas voir l'épisode 9

Rédigé par uTux 2 commentaires

Je n'aime pas Star Wars Episode 7, un remake non assumé pondu par un spécialiste des blockbusters sans saveur, Jar Jar Abrahams. J'ai adoré l'Episode 8 qui posait enfin ses propres enjeux, développait ses personnages et prenait des risques. Mais le film a reçu un accueil mitigé, il faut croire que les risques ne paient pas, il vaut mieux rester dans les rails et donner aux fan des combats de sabre laser, des batailles spatiales, et ne surtout pas leur faire peur avec des nouveautés.

Lorsque j'ai appris que Abrahams s'occuperait de l'Episode 9, mon intérêt pour le film s'est effondré. Il faut probablement s'attendre à nouveau à un film sans risques, sans nouveauté, sans intérêt. Le titre récemment dévoilé semble même le confirmer: Star Wars: The Rise of Skywalker. Bon sang, encore les Skywalker ?! Cela fait 52 ans que les films Star Wars existent et il n'y a rien d'autre à raconter ? Et est-ce que OMG Rey serait finalement la fille de Luke (clin d’œil forcé) ?! Parce que oui rappelons que Luke est mort, Carrie Fisher aussi, il ne reste donc plus aucun Skywalker.

Donc non merci, l'Episode IX, ce sera sans moi. Je vais peut-être retourner jouer à KOTOR1 et 2 à la place...

Astérix: Le secret de la potion magique

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Je n'attendais rien de ce film, à vrai dire le pitch me rendait sceptique car il m'était impossible d'imaginer que Panoramix puisse révéler le secret de la potion magique, cela irait à l'encontre du lore de la franchise. Et finalement ce fut une surprise positive, très positive même puisqu'il s'agit pour moi d'un des meilleurs films Astérix.

Asterix

Ce que l'on note en premier c'est bien entendu l'humour omniprésent et qui fonctionne plutôt bien, on passe une bonne partie du film à rire surtout lorsque tout part en WTF à la fin, sans vouloir spoiler il n'y a qu'Alexandre Astier qui pouvait imaginer un combat final de cette ampleur et le réussir.

J'ai ensuite beaucoup apprécié l'aspect graphique, techniquement l'animation est impeccable et certaines scènes éclairées par un soleil levant ou des nuages d'orage sont à mon sens magnifiques.

Enfin, sans vouloir spoiler, le thème du film est la transmission et la succession. Il n'est pas trop présent, presque secondaire, mais il parle aux trentenaires comme moi et est le bienvenue dans un film qui propose son propre scenario original. Peut-être faut-il libérer Astérix, cesser de vouloir adapter les bandes dessinées avec des acteurs français bankables et passer la main à une nouvelle génération de passionnés.

Si on enlève les quelques interventions agaçantes d'un Elie Semoun incapable de se renouveler, le film est presque un sans faute et j'espère qu'il va cartonner car des films comme ça j'en veux plus souvent !

Seal of approval

The Spacewalker

Rédigé par uTux Aucun commentaire

J'ai reproché à First Man d'être trop lent, trop dramatique, trop focalisé sur une vision romancée de la vie de l'homme et pas sur les missions spatiales. Avec The Spacewalker c'est tout le contraire, on a droit à un film très rythmé sur la première sortie de l'Homme dans l'espace par le cosmonaute Alexeï Leonov, personnage principal de ce film.

The Spacewalker

Le film présente Alexeï Lenonov comme un pilote casse-cou et enthousiaste, recruté pour le programme spatial soviétique en 1960 après avoir été remarqué pour avoir fait atterrir avec succès son avion de chasse Mig en perdition. Au prix d'un entraînement intensif avec son camarade Pavel Beliaïev il sera au coeur de la mission Voskhod 2, bravant des imprévus pour réussir la première sortie spatiale humaine.

Si on a parfois l'impression que le film en fait trop (les cosmonautes bravent la mort toutes les 15min) il est pourtant historiquement juste, parfaitement rythmé et capable de retenir notre attention pendant 2 heures. Il ne dégouline pas non plus de patriotisme soviétique puisqu'il critique le programme spatial de l'époque, trop soumis à la politique découlant de la guerre froide et faisant courir de grands risques aux cosmonautes.

J'ai adoré The Spacewalker et il rentre auprès de Apollo 13 dans mon top des meilleurs films de conquête spatiale. Si ce thème vous plaît, je vous encourage fortement à le regarder !

Utux approval

First Man, somnifère/20

Rédigé par uTux 1 commentaire

First Man est un film offrant une vision romancée de la vie de Neil Armstrong, le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune. La liste des films réalistes sur l'histoire de l'exploration spatiale n'est pas très longue: Apollo 13, Salyut-7, The Spacewalker... je suis donc plutôt content de la sortie de First Man.

First Man

Mais après l'avoir vu, j'avoue être assez partagé. La première chose que je reproche au film est le manque d'expression de Ryan Gosling, l'acteur principal qui a toujours le même visage du début à la fin. Est-ce parce que Neil Armstrong était réputé pour garder son sang froid et son calme quoi qu'il arrive ? Pour reprendre une expression de Chroma, on a l'impression qu'il ne joue pas, qu'il a planté, et qu'il faut aller le rebooter.

L'autre aspect qui me rebute est qu'il y a beaucoup trop d'histoire familiale et de drame, c'est un peu comme si on regardait le premier quart du film Apollo 13. Il reste peu de place aux missions spatiales, et on peut même dire que la mission sur la Lune est une partie insignifiante du film. Et pour empirer les choses, tout ceci est couplé à un rythme lent. Beaucoup de silences, de plans qui durent, en fait il est très difficile de rester éveillé d'autant que le film est long : 2h20.

Il y a quand même des choses bien, déjà il n'est pas objectivement mauvais, il est bien fait, il est bien écrit. Ensuite certaines missions sont filmées du point de vue de Neil Armstrong, à l'intérieur des engins spatiaux, un choix intéressant. L'inconvénient est que cela peut rendre l'ensemble très confus pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de l'exploration spatial, par exemple pour la mission Gemini 8 on ne voit jamais la fusée, on peut donc se demander ce qui se passe ?

Pour conclure, bien que First Man ne soit pas un film malhonnête, je ne le recommande pas.

Fil RSS des articles de cette catégorie