Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

J'aime le libre

Rédigé par uTux 24 commentaires

J'écris cet article pour combattre une idée que je vois revenir souvent dans la blogosphère (française), qui dit que dans l'univers du logiciel libre c'est le bordel, c'est la guerre, trop de choix, des distributions qui se combattent au lieu de s'unir, et des développeurs qui se moquent de leurs utilisateurs.

J'ai un problème avec ça car le libre c'est mon métier. Je suis ingénieur systèmes Linux et si j'en suis arrivé là, c'est parce que je baigne dans un univers où on partage les connaissances, où on peut lire le code, où on peut poser des questions, et où globalement les logiciels marchent bien. Il y a 20 ans encore l'informatique c'était très majoritairement du Microsoft, un monde payant dans lequel il fallait des diplômes, des livres, des certifications, c'était quand même assez fermé et peu accessible. Aujourd'hui les produits libres en vogue tels que Docker ou Ansible publient leur documentation, des howto, des quickstart, un repo github, et si on ajoute stackoverfow/stackexchange on peut s'auto-former en quelques semaines. Bien sûr l'expérience en production est importante et ce n'est qu'après quelques mois voire années qu'on peut se vendre comme "expert" sur cette technologie, mais au moins c'est possible. Allez essayer de vous auto-former avec un Windows Server et un Exchange, outre les spécifications matérielles très élevées, hors programme MSDNA c'est juste impossible à cause du coût des licences.

Le libre c'est aussi la culture Devops dont je fais partie et où Microsoft a bien du mal à se positionner. On automatise, on industrialise, on code, on pousse sur le repo git, les tests unitaires et l'intégration sont déclenchés tout seuls, et on s'amuse. Merci au libre de nous avoir montré qu'on peut faire autre chose qu'installer des .exe à la main ou avec des logiciels très cher tels que SCCM.

Donc au final quand je tombe sur des articles présentant le monde du logiciel libre comme game of thrones, je me dis que ce n'est que la vision desktop, les 1% de parts de marché pour lesquels j'ai abandonné tout espoir. On oublie la culture qu'il y a derrière et moi j'aime travailler avec le libre, pas pour les raisons extrémistes de RMS et la FSF, mais pour l'efficacité, le partage, les compétences, l'accessibilité.

24 commentaires

#1  - Cascador a dit :

Salute,

Ancien sysadmin Windows, je voulais préciser que se former sur les produits Microsoft n'a rien de compliqué. Pour les étudiants, ils font beaucoup de choses, il y a également des isos disponibles pour les installations ainsi que de quoi bosser sur des machines virtuelles.

Je t'invite à jeter un œil ici par exemple pour voir qu'ils frappent fort et font les choses biens : https://www.microsoft.com/fr-fr/evalcenter/evaluate-windows-server-2016

Tcho !

Répondre
#2  - uTux a dit :

"180 jours"
ça existait du temps de 2003 ?

Répondre
#3  - Cascador a dit :

Non ils ont beaucoup usiné, Microsoft fait des produits plutôt mauvais de mon point de vue mais ils savent placer certaines de leurs billes. Ils assurent bien sur la communication, la formation, les certifs. Ils font du business en fait et ils le font bien. En 2003 ça existait pas mais on est 15 ans plus tard lol.

Tcho !

Répondre
#4  - NumOpen a dit :

"pas pour les raisons extrémistes de RMS et la FSF, mais pour l'efficacité, le partage, les compétences, l'accessibilité" : mais c'est exactement ça les raisons "extrémistes" de la FSF, le partage et l'accessibilité.

Répondre
#5  - Sleipnir a dit :

Et oui, de plus en plus de personnes se réclamant du libre rejettent fermement les idées fondamentales du libre.

Répondre
#6  - uTux a dit :

Nous ne sommes pas obligés de rentrer dans des petites cases. Chacun utilise du libre pour ses propres raisons, qu'il soit convaincu ou non. Le but de mon article était dire que si on me demande pourquoi j'aime le libre, je ne vais pas répondre "parce que les 4 libertés fondamentales de la FSF sont importantes" - ce qui n'aurait pas de sens - je vais plutôt parler de mon amour pour cette culture qui a des applications concrètes tant dans nos vies que dans les entreprises.

Répondre
#7  - uTux a dit :

La vision de la FSF et de RMS c'est le respect strict des "4 libertés fondamentales", ça mène à des aberrations comme déclarer Debian "non libre" à cause des dépôts non-free (qui ne contiennent pas de logiciels non libres d'ailleurs...). C'est à mon sens une forme d'extrémisme quand on en arrive à ce point alors que Debian est probablement la distribution Linux la plus répandue sur la planète et donc qui propage le plus les logiciels libres.

Répondre
#8  - Sleipnir a dit :

Dire que la FSF et RMS sont des extrémistes est un peu insultant car ils ne font de mal à personne. Je dirais plutôt qu'ils sont intransigeants vis-à-vis du code non libre et je trouve ça très bien même si pour ma part j'utilise effectivement Debian parce qu'elle extrêmement bien documentée, libre par défaut, stable ou très à jour au choix et... parce qu'il y a un dépôt non libre que j'utilise pour le wifi. Pour autant je suis content de savoir qu'il y a des gens qui jugent le degré de liberté de Debian. Ca me permet d'utiliser Debian en connaissance de cause. Auparavant elle utilisait un noyau non libre alors que maintenant tout est dans le dépôt non-libre. Ce n'est pas un hasard. RMS explique pourquoi il considère Debian comme non libre et c'est pour cette explication que je l'écoute. C'est un avis parmi d'autres, mais le sien est extrêmement fiable et donc digne d'être pris en considération, pas à être suivi à la lettre.
Je n'utilise pas Trisquel mais elle existe grâce à la FSF et avec elle j'ai appris qu'elle était passé de Gnome à Mate parce que Gnome a besoin de non-libre désormais, c'est une information bonne à savoir d'après moi.

Répondre
#9  - uTux a dit :

Si on suit RMS et qu'on utilise pas Debian parce que c'est pas assez libre, alors on utilise quoi? Réponse: rien. La FSF et RMS n'ont plus les pieds sur terre et ne savent pas ce qu'est l'informatique du XXIe siècle, c'est bien le problème. On fait des concessions ou on propose des solutions. Ils ne font du mal à personne sauf à leur cause.

Répondre
#10  - Rien a dit :

"Si on suit RMS et qu'on utilise pas Debian parce que c'est pas assez libre, alors on utilise quoi? Réponse: rien."
Je trouve cet extrait exagéré (certains diraient "extrémiste" : c'est à la mode)...
La réponse pourrait être "Trisquel" justement, ou "Parabola, etc.

Je trouve les positions intransigeantes de RMS très importantes car ce sont des points de repère. Pour autant, je ne me sens pas toujours le courage d'adopter le même comportement et je préfère conseiller des solutions confortables à mon entourage ou à mes publics lorsque je souhaite les familiariser au monde du Libre.

NB : Je suis utilisateur de Trisquel (mais pas de l'extension LibreJS).

Répondre
#11  - Sleipnir a dit :

Sans la FSF et RMS l'informatique du XXIe serait Windows et exclusivement Windows. Ils ne sont pas tout le libre mais ils forment une part essentielle.
Leur rôle n'est pas d'avoir les pieds sur terre mais de maximisé l'utilisation du libre, et ça commence par le définir rigoureusement.

Répondre
#12  - uTux a dit :

Quel est leur plan pour maximiser l'utilisation du libre ?
Unix existait avant Windows, et Linux aurait très bien pu naître sans GNU.
Avec la FSF il n'y aurait que Hurd, et on voit aujourd'hui l'état du projet...

Répondre
#13  - Sleipnir a dit :

Unix était tout autant propriétaire que Windows. Linus avait déjà assez affaire linux qui est un noyau. Le projet GNU avait les outils mais pas vraiment de noyau libre. Ils se sont bien trouvé, du coup le hurd n'était plus nécessaire GNU/linux est un couple qui marche bien, au moins techniquement.

Tout ce que peut faire la FSF est de tenter d'expliquer en quoi le libre est utile et souhaitable, et par corollaire de différencier ce qui est libre de ce qui ne l'est pas.

En toute honnêteté si on ne s’intéresse pas au libre autant passer sous Windows qui n'a finalement que ce défaut vraiment rédhibitoire.

Répondre
#14  - Sleipnir a dit :

Je rajouterais qu'Unix a perdu la bataille contre Windows car ils jouaient tous les deux sur le modèle propriétaire et qu'à ce jeu-là Microsoft est imbattable. La seule raison pour laquelle Linux n'a pas été balayé par le tsunami Microsoft c'est parce qu'il est libre et donc Microsoft n'a pas pu mettre la main dessus.

Répondre
#15  - uTux a dit :

Pas pour la FSF. Debian est libre, même ce qu'il y a dans les dépôts non-free, et pourtant ça les gêne.
J'ajouterai que c'est ce genre de jugement tranché (de la part de la FSF) qui me mène à parler d'extrémisme.

Répondre
#16  - Sleipnir a dit :

Comme je l'ai déjà dit ça n'a aucune importance que la FSF classe Debian dans la liste des distributions libres, la seule chose qui compte c'est la raison pour laquelle elle ne le fait pas. Après chacun est libre de choisir Debian malgré tout, chose que j'ai faite.

J'ai l'impression que tu es en quelque sorte vexé parce que la FSF n'adoube pas ta distribution favorite mais la seule chose qui compte vraiment c'est de savoir à quel point Debian est libre.

Répondre
#17  - uTux a dit :

Je regrette qu'on attribue le succès de linux et du libre à la FSF alors qu'elle ne fait que leur mettre des bâtons dans les roues et qu'il serait temps de s'en désolidariser.
S'il y a une chose qui me vexe c'est que la FSF n'aie pas supporté Firefox OS alors que c'était le seul OS libre mobile qui avait des moyens et une chance de percer.
Et ma distribution du moment c'est Fedora.

Répondre
#18  - Sleipnir a dit :

Sans la FSF on ne parlerait pas de Linux qui serait resté un projet de fin d'étude. La FSF est bien la seule à s'en tenir au libre et ça s'est effectivement regrettable.
Mozilla fait régulièrement des concessions avec le monde propriétaire.

Je ne vois pas bien en quoi ton idéal diffère de la mort pure et simple du libre.

Répondre
#19  - uTux a dit :

Mozilla a mis des millions de navigateurs libres dans les ordinateurs du monde entier.
Linux aurait très bien pu vivre sans GNU, il aurait utilisé une autre stack c'est tout. Après je ne suis pas voyant mais la FSF ne fait plus grand chose d'utile depuis les années 90.

Répondre
#20  - Sleipnir a dit :

Je ne vais pas te faire un cours complet sur le libre et sur la FSF. Tu ne les connais pas mais tu n'en veux pas. Libre à toi ;)

Répondre
#21  - toto a dit :

J'étais exaspéré par Xp et j'ai découvert Ubuntu au même moment, mais ...
Je n'utilise pas une distribution Gnu/Linux à cause de Microsoft, mais bien parce que ça correspond exactement à ce dont j'ai besoin.
Notre affection pour notre système d'exploitation est indépendante de l'existence de Microsoft ou d'autre système.
C'est juste un excellent système et qu'en plus sa philosophie est défendable.
Stallman est le gardien du temple, on ne critique pas le pape quand il défend le dogme de l'église de Rome : c'est son rôle !
Stallman nous défend et fixe les limites de ce qui est libre et de ce qui ne l'est pas. La question est de savoir qui pourra le remplacer quand il ne sera plus là.
Moi j'aime tout car ça a changé ma vie numérique et ma vision de la liberté.

Par contre j'ai beaucoup de mal à le faire comprendre aux autres...

Répondre
#22  - uTux a dit :

Le problème est que RMS est un "pape" ultra conservateur et il est à mon sens complètement dépassé par ce qu'est devenu Linux, les logiciels libres, et la communauté d'utilisateurs et de développeurs. Le jour où il prendra sa retraite j'espère un changement de politique radical pour essayer de ressembler à Mozilla ou Wikipedia.

Répondre
#23  - Sleipnir a dit :

Un programme est libre ou ne l'est pas. Si il y a un tout petit bout non libre on ne peut plus l'analyser, le distribuer, etc...

Répondre
#24  - l'@nar geek a dit :

Salut,
Je partage également le même point de vue : RMS et la FSF ne sont que des appeaux à crétin⋅e⋅s.

Comment peut-on prétendre libérer les gens en étant aussi élitistes? Que pour permettre aux gens de ne plus avoir à s'enfermer dans un système Windows/Mac/IOS/Android doivent s'enfermer dans un système 100% libre ?

Et en plus sachant que RMS et cie n'ont pas tenus des propos très malins envers les minorités ( LBGTQ+, femmes...), ça ne donne vraiment envie de les défendre

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot tijy ?

Fil RSS des commentaires de cet article