Un pc portable de 2005 est-il utilisable en 2020 ?

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Encore une fois, j'ai cassé l'écran de mon DELL Latitude E5540, ma machine principale pour internet, les loisirs, et le codage perso. En attendant de recevoir une dalle de rechange, j'improvise. J'utilise beaucoup mon rig de gaming avec une machine virtuelle Linux, mais je perds l'aspect mobilité. J'ai donc fouillé dans mes placards et trouvé un vieil Acer Aspire 3023 WLMI, une machine de 2005 équipée d'un AMD Sempron monocoeur, 512 MB de RAM, une ATI X700, et un HDD de 100 GB. Il est prévu pour fonctionner sous Windows XP.

Acer 3023 WLMI

Oui, c'est bien une de ces horreurs bas de gamme qui ont pullulé à une époque où Acer s'est rendu compte qu'il suffisait de vendre des machines à bas prix peu importe la qualité afin d'inonder le marché, c'est ce que toutes les marques font aujourd'hui d'ailleurs. Dans mon esprit la gamme Aspire c'est avant tout des charnières qui finissent par lâcher, ce qui est le cas pour le 3023 WLMI en ma possession. De plus les processeurs Sempron n'était pas réputés pour leur vélocité, ils servaient principalement de réponse aux Celeron de Intel, c'est à dire pour meubler l'entrée de gamme au prix le plus bas possible quitte à plomber la machine avec des performances misérables même pour l'époque.

Pour la petite histoire, mon tout premier notebook était un Acer Aspire 5022 WLMI avec un AMD Turion ML-30 à 1,6 GHz , 1GB de RAM, une carte graphique ATI X700. Pendant un certain temps il fut ma machine de gaming principale, c'est fou, je pouvais jouer à Half Life 2 en graphismes Max en 1280x800, bien avant que le moteur Source ne soit mis à jour bien entendu. La machine chauffait tellement que je ne pouvait pas poser mes poignets à nu dessus et la ventilation faisait le bruit d'une turbine. Et bien entendu, les charnières ont fini par lâcher. Concernant Linux, c'était à l'époque des pilotes ATI misérables, les fameux fglrx instables au possible, les choses ont bien changé aujourd'hui. Pour le wifi il fallait utiliser ndiswrapper + un driver à compiler pour faire fonctionner le petit bouton on/off (acerhk ou aceracpi).

Pour en revenir au Acer Aspire 3023 WLMI sorti de mon placard, j'ai installé Debian Buster. C'est long, très long, la faute au disque dur mécanique qui a du mal à suivre. Il faut également veiller à utiliser une version i386 car le processeur ne supporte pas le 64-bit. Pour l'environnement de bureau j'ai sélectionné Mate, et oui à l'époque on pouvait utiliser GNOME2 sur ce type de machine donc pourquoi pas. Et il faut reconnaître que tout fonctionne out-the-box, surtout l'accélération graphique et le WiFi, c'est gros progrès par rapport à l'époque. Par contre ça rame... ça rame beaucoup. Rien qu'installer un paquet prend énormément de temps, et Firefox est à peine utilisable sans faire planter la machine. La lenteur générale est due aux faibles performances du disque mécanique et les blocages sont liés à la mémoire insuffisante. Pour lancer Firefox et aller sur le web de nos jours il faut au minimum 1,5 GB de RAM. Inutile de dire qu'avec 512 MB ça swap direct, et sur un disque mécanique arthritique, c'est la mort. Vous allez sûrement me dire en commentaires que j'aurais du utiliser Xfce ou LXDE, des environnements plus légers. Cela ne change rien. Peu importe l'environnement, à partir du moment où on ouvre un navigateur web, la mémoire explose. Ce type de machine est simplement obsolète pour le Web aujourd'hui.

Pour le défi, j'ai commandé un kit 2x1 GB de DDR sur eBay. On va voir si avec 2GB de RAM la machine est utilisable pour quelque chose. Je doute cependant que Firefox soit capable de lire une vidéo Youtube. A bientôt pour de nouvelles aventures.

Maître de stage - Episode 3: Coronavirus

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Le stage a commencé début Mars. J'avais prévu une première semaine légère consacrée à la familiarisation avec l'environnement et les outils. J'ai passé un peu de temps à expliquer le principe de fonctionnement d'Azure avec par exemple la hiérarchisation des ressources (Tenants, Subscriptions, Resource groups...) puis lui ai confié des "travaux pratiques" à réaliser en sandbox dans le seul but de lui faire mettre les mains dans le cambouis. Il s'agissait par exemple d'installer un Wordpress 100% PaaS à l'aide des App Services et Azure Databases for MySQL. Ensuite, la même chose avec AWS.

J'ai été surpris par la rapidité avec laquelle il a accompli ces exercices. Le bougre est plutôt bon techniquement et autonome, au point que j'ai pu lui confier plus tôt que prévu des "vraies" tâches reliées à des projets de l'entreprise. J'avais notamment mis de côté un projet d'externalisation des logs du Cloud vers une stack Elastic, et c'était parfait car il y avait suffisamment de matière pour l'occuper alors que je devais partir en congés.

Mon retour de congés a eu lieu la semaine 12, c'est à dire au moment où le confinement a été annoncé. Je me souviens du Lundi où l'ambiance était apocalyptique, les rumeurs circulaient dans l'entreprise et dans certaines équipes les gens avaient déjà été renvoyés chez eux. Et la nouvelle est tombée l'après-midi, notre manager nous a réunit pour nous annoncer 45 jours de télétravail. Le stage a alors pris une tournure inattendue car tout allait devoir être fait 100% en remote. Heureusement l'entreprise était déjà habituée au télétravail et tous les outils étaient déjà là.

Le travail à distance n'a pas changé grand chose au stage, nous communiquons principalement par Mattermost et faisons des conférences vocales via Teams. Ce qui semble moins évident en revanche c'est l'intégration dans l'équipe. Dans le bureau tout se passait bien et mon stagiaire participait aux batailles de Nerf avec les collègues. Mais dans Mattermost et Teams il est plus discret, ce qui est dommage.

L'épisode 4 parlera du sujet de stage qui a débuté en retard.

Fil RSS des articles