Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Proxmox VE

Rédigé par uTux 4 commentaires

Proxmox VE fait partie de ces projets cool à vocation commerciale mais libre et distribué gratuitement avec toutes les fonctionalités (comme FreeNAS). Il s'agit d'une solution de virtualisation basée sur Linux-KVM + LXC, le tout avec un web-ui plutôt bien fichu. Aperçu des fonctionnalités:

  • Cluster simili-HA (non testé)
  • Web-ui HTML5
  • Multiples backend de stockage: local, LVM, iSCSi, Ceph, Gluster, ZFS
  • Snapshots à chaud
  • Backups à chaud
  • Ajout CPU/RAM/disk à chaud (pas testé)
  • Console Web noVNC (pas de plugin à installer!)

J'ai installé Proxmox 5.1 sur mon NUC et l'utilise actuellement pour propulser mes services privés @home répartis sur 6 machines virtuelles debian.

Proxmox VE

Par le passé, l'un des points les plus gênants de Proxmox VE à mon sens était la console VNC qui nécessitait l'installation d'un plugin navigateur avec les inconvénients que l'on connait: problèmes de clavier, temps de chargement du plugin (on rate le grub!!!), latence... et j'ai été très content de constater que tout se fait maintenant en HTML5 avec noVNC, merci Proxmox!

Je rédige cet article car tout comme FreeNAS j'ai ressenti un effet "wow" (en positif). On côtoie beaucoup de logiciels dans notre métier, libres ou pas, parfois mauvais, parfois passables, mais rarement très bons. Proxmox devrait être plus connu.

Virtualisation

KVM:

Proxmox utilise KVM pour la virtualisation, avec des périphériques virtio si le système invité le supporte (Linux + BSD family). Il est possible d'allouer une quantité fixe de RAM ou un provisionnement dynamique ce qui revient en fait techniquement à autoriser le ballooning. L'installation se fait à l'aide de la console noVNC en HTML5 et d'une ISO que l'on peut uploader via le web-ui.

Proxmox active également la fonctionnalité KSM qui permet de partager entre les VM les pages de mémoire similaires par mesure d'économie. L'ensemble est donc plutôt bien pensé.

On retrouve cependant les éternels bugs communs aux solutions KVM, tels que les VM qui ne veulent parfois pas s'arrêter, il faut se connecter en SSH et forcer l'extinction car le web-ui n'y parvient pas. Dommage.

LXC:

Historiquement, Proxmox VE se basait sur OpenVZ pour les containers. Désormais c'est LXC qui est utilisé, pour cause de souplesse si on en croit ce post sur le forum Proxmox. J'ai toujours trouvé OpenVZ supérieur en terme d'isolation et d'outils d'administration, mais ce projet n'est pas upstream et a longtemps été bloqué au kernel 2.6.32 et il semble que ce soit encore le cas aujourd'hui.

Donc le passage à LXC est une bonne chose d'autant que LXCFS semble présent! Pour rappel, LXCFS permet à un container de ne voir que la quantité de RAM qui lui est alloué (via top ou htop) idem pour l'espace disque avec df ce qui améliore l'isolation.

L'installation d'un container LXC se fait à partir de templates que l'on peut télécharger chez Proxmox et il est possible de choisir si on veut le faire fonctionner en mode unprivileged ou pas, pour plus de sécurité. Je n'utilise pas de containers LXC, je privilégie KVM pour plus de souplesse. En effet avec LXC il n'y a pas de migration de stockage possible et il n'est pas possible d'activer ou désactiver le mode unprivileged, il faut recréer le container. Cette implémentation semble donc un peu moins mure que celle de KVM.

Stockage, snapshots, backups

Le support des snapshots dépend du backend de stockage. Par défaut c'est un stockage local LVM-thin et ils sont supportés. Idem sur du stockage local qcow2. Les snapshots se font et se suppriment à chaud, rien à dire là dessus à part que ça marche bien. En revanche pour les backups c'est une autre histoire. Proxmox dispose d'une planificateur de sauvegardes qui non seulement ne supporte que du full, mais en plus ne permet pas de définir une durée de rétention. C'est extrêmement basique, limite pas utilisable en l'état, je passe par du backuppc.

Pour revenir sur les backend de stockage (dont la liste est disponible ici) je ne suis pas parvenu à faire fonctionner Zfs over iScsi, il semble que cela nécessite une connexion SSH avec le NAS, un choix de conception étrange. Donc je me contente du local (LVM-thin) et d'un datastore NFS.

Il faut noter que l'on peut uploader des iso directement depuis le web-ui pour les mettre dans un datastore, et c'est super.

Conclusion

Proxmox constitue une bonne alternative à ESXi pour un labo @home ou pour une infra de virtualisation maitrisée de A à Z. Espérons que le produit continuera à mûrir sur les containers et la partie sauvegarde, en tous cas merci!

Fil RSS des articles de ce mot clé