OpenBSD : jouons avec httpd

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

Je connais bien OpenBSD pour y avoir fait tourner mon serveur pendant plusieurs mois. J'en ai un bon souvenir, c'est un système simple à comprendre et à configurer grâce à des syntaxes humainement lisibles dans les fichiers de configuration. Malheureusement OpenBSD est encore primitif sur de nombreux points, par exemple les mises à jour. En fait il n'y a aucun dispositif de mise à jour, il faut télécharger les sets en .tgz et les décompresser en écrasant le système, voire même tout recompiler. Deux autres problèmes majeurs que je vois sont d'une part le fs UFS vieillissant et lent (surtout si on compare à FreeBSD et son ZFS) et d'autre part les ports pas toujours à jour car il y a beaucoup moins de mainteneurs disponibles. C'est pourquoi je pense qu'OpenBSD est bien pour certains usages spécialisés qui peuvent se contenter des daemons de base, mais dans beaucoup d'autres cas il se fait éclater par FreeBSD et Linux, par exemple en usage stockage ou desktop.

A l'époque où j'utilisais OpenBSD (2011), le daemon web était un Apache 1.x lourdement modifié et le projet était en cours de migration vers Nginx. Mais ce dernier a été délaissé à son tour au profil de httpd, un serveur maison. Je n'y ai pas vraiment prêté attention jusqu'à récemment avec la lecture du blog de thuban (ou encore De l'épice pour la pensée) qui m'a rendu curieux. Thuban est tellement amoureux d'OpenBSD que quelques temps après l'avoir essayé, il a migré son serveur et écrit un livre.

Exemple simple

Puisqu'on est sur OpenBSD, la configuration sera forcément humainement lisible et centralisée dans un fichier. Le manpage est consultable ici. OMG UN MANPAGE, MER IL ET FOU ! Et oui, sur Linux les manpage sont souvent imbuvables, mais sur OpenBSD ce n'est pas le cas. Pas de panique, on va faire un exemple ensemble :)

On va simplement configurer notre httpd pour servir une page lorsque l'IP du serveur est appelée.

Voici ce qu'on met dans notre /etc/httpd.conf :

server "default" {
        listen on * port 80
}

Par défaut, notre serveur travaillera dans /var/www/htdocs et /var/www/logs. On créé une page html de test :

echo "Hello" > /var/www/htdocs/index.html

On autorise httpd à démarrer :

echo httpd_flags="" >> /etc/rc.conf.local

Puis on démarre httpd :

/etc/rc.d/httpd start

En tapant l'adresse IP du serveur dans votre navigateur, vous devriez avoir le Hello sur fond blanc.

Vous pouvez éventuellement jeter un œil aux fichiers de logs :

cat /var/www/logs/access.log
default 192.168.0.3 - - [01/Aug/2016:14:13:14 +0200] "GET / HTTP/1.1" 200 31

Exemple avancé

Afin d'explorer les possibilités de httpd, on va le triturer de la manière suivante :

  • Écriture des logs dans /var/log/httpd/
  • Fichiers de configuration splittés
  • Deux vhosts
  • https sur un des vhosts

Commençons par créer les arborescences pour nos deux vhosts, avec deux fichiers index.html :

mkdir /var/www/htdocs/site1
echo "Site1" > /var/www/htdocs/site1/index.html
mkdir /var/www/htdocs/site2
echo "Site2" > /var/www/htdocs/site2/index.html

On créé aussi le répertoire pour les logs et pour nos fichiers splités :

mkdir /var/log/httpd
chown -R www: /var/log/httpd
mkdir /etc/httpd

On génère notre certificat de sécurité :

openssl req -new -x509 -days 365 -nodes -out /etc/ssl/cert.pem -keyout /etc/ssl/key.pem
chmod 600 /etc/ssl/key.pem
ls -l /etc/ssl/*.pem
-r--r--r--  1 root  bin    1180 Aug  1 22:46 /etc/ssl/cert.pem
-rw-------  1 root  wheel  1704 Aug  1 22:46 /etc/ssl/key.pem

On édite notre /etc/httpd.conf dans lequel on va définir nos paramètres globaux, ainsi que nos fichiers splittés de vhost :

chroot "/var/www"
logdir "/var/log/httpd"
include "/etc/httpd/site1.conf"
include "/etc/httpd/site2.conf"

Note : la ligne chroot est inutile ici car sa valeur par défaut est déjà /var/www néanmoins je trouve utile de la préciser, par souci de lisibilité.

/etc/httpd/site1.conf :

server "default" {
        listen on * port 80
        root "/htdocs/site1"
        }

/etc/httpd/site2.conf :

server "ssl" {
        listen on * tls port 443
        root "/htdocs/site2"
        tls certificate "/etc/ssl/cert.pem"
        tls key "/etc/ssl/key.pem"
        }

Note : root doit être un chemin relatif au chroot. Par exemple le /htdocs/site2 se rapporte implicitement à /var/www/htdocs/site2.

Après avoir rechargé httpd, l'accès à notre serveur en http (port 80) doit afficher le site 1 :

Et l'accès en https (port 443) doit afficher le site 2 :

Conclusion

httpd est un serveur web simple à prendre en main qui ne plaisante pas avec la sécurité, le chroot ayant une place importante dans son fonctionnement. Alors faut-il laisser tomber Apache et Nginx ? Pour un usage basique, c'est à dire servir des pages web, pourquoi pas, car c'est simple et robuste. En revanche, pour des usages avancés, non. À part renvoyer les requêtes dans un socket en fastcgi et servir du contenu statique, on ne peut pas faire grand chose. Pas de reverse proxy par exemple, ce rôle étant confié à relayd. Un autre point agaçant est le fait qu'en cas d'erreur le daemon httpd refuse de démarrer mais n'affiche aucune erreur et ne produit aucun log, donc bonne chance pour debugger.

Si vous êtes un amoureux d'OpenBSD, il est évident que vous ne tarderez pas à migrer vers httpd. Si vous n'êtes qu'un simple Linuxien, j'espère que cet article aura chatouillé votre curiosité.

Fil RSS des articles de ce mot clé