Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

DOOM : à chaud, encore, j'ai presque joui

Rédigé par uTux 2 commentaires

Bon bon, j'ai déjà écrit un article sur Doom, mais je n'avais joué que quelques heures et trouvais que même si le jeu était bon, on se lassait finalement assez vite.

Mais là, j'ai avancé, j'ai trouvé des armes cheatées, j'ai affronté des ennemis beaucoup plus gros, et j'ai pris mon pied. Ramasser en enfer un power-up de berserk pour aller à mains nues arracher le cœur d'un monstre, lui faire bouffer, le tout avec du métal a fond dans les oreilles m'a presque fait jouir, je ne m'étais pas autant amusé sur un jeu - surtout un FPS - depuis 10 ans au moins. Absurdité du gore ? Oui, complètement, c'est très kitsch mais c'est ça qui est bon.

orgasme

Les FPS modernes sont finalement tous les mêmes, l'histoire et les personnages changent mais le gameplay est le même, comme si on installait un pack de base comprenant les mécaniques classiques : on ne peut porter que deux armes, on avance lentement, on regarde des cinématiques, on appuie sur des touches comme un crétin pour les QTE, on suit des couloirs, blablabla. Ce nouveau Doom casse ces codes en reprenant tout d'abord l'aspect old school des FPS (rapide, pas de limite d'arme) mais en les caricaturant à fond pour rendre le jeu amusant. Porter à bout de bras un minigun de 100 kilos pour arroser un ennemi, puis faire un double saut pour aller l'achever en lui arrachant un membre pour le frapper avec ? Totalement irréaliste et débile, mais incroyablement fun, et c'est pour ça que c'est bien.

Doom c'est brutal, comme le 49-3, c'est complètement badass, c'est métal, c'est frais, c'est rapide, c'est défoulant.

DOOM : à chaud

Rédigé par uTux 3 commentaires

Bon voilà je n'ai pas pu résister, tellement de hype autour de ce jeu que je l'ai acheté. Après 49Go de téléchargement (~30min parce que Free et Steam le voulaient bien) j'ai pu m'y frotter.

Dès le début du jeu on nous plonge directement dans le bain : nous ne sommes pas la proie (comme dans Doom 3) mais une machine à distribuer des patates dans la bouche des aliens et zombies qui se mettent sur notre chemin. Le jeu va vite, très vite et la meilleure tactique est de strafer, tirer, patater. Et c'est très gore. La première comparaison qui me vient à l'esprit est Serious Sam ou Painkiller + Brutal Doom. Le système de Glory Kill (exécutions spectaculaires au corps à corps) permet de récupérer de la vie et des munitions, c'est donc un ajout intéressant et pas un simple gadget, idem pour l'emblématique tronçonneuse.

C'est super joli et pas si gourmand au niveau des graphismes, par contre je n'apprécie que moyennement la musique, on nous avait dit que ce serait du métal, or cela ressemble à un mélange de métal et de dubstep, c'est un peu surprenant mais ça colle assez à l'aspect bourrin du jeu. C'est visuellement gore, mais du gore à l'ancienne avec les missiles qui font exploser les ennemis en petit morceaux, néanmoins le jeu n'est donc pas à mettre entre toutes les mains.

Alors DOOM est-il bon ? Oui si vous aimez les FPS old school avec des item vert brillant qui flottent, les portes qui se ferment tant que vous n'avez pas tué tout le monde, et les minutes passées à chercher la carte jaune pour pouvoir avancer. En fait quand je regarde DOOM je me dis que c'est exactement ce que Duke Nukem Forever aurait du être. Par contre si vous aimez les jeux qui vous racontent une histoire, passez votre chemin.

Fil RSS des articles de ce mot clé