Aperçu de la KFA2 GeForce GTX 1070 EX

Rédigé par uTux - - 3 commentaires

Je suis un sysadmin Linux grincheux mais également un gamer, j'ai donc un PC relativement costaud sur lequel je fais tourner mes jeux favoris. J'ai sauté il y a peu sur une GTX1070 soldée à 399€, alors que le tarif normal va de 450 à 650€ selon les constructeurs.

KFA2 est une marque relativement discrète qui vise le rapport qualité/prix, pas de bundle, pas de suite logicielle pour l'overclocking, pas de grosse campagne marketing, mais des cartes graphiques à tarif agressif sans pour autant rogner sur la qualité.

Dans la boite on a donc 2 adaptateurs d'alimentation molex vers PCI-Express ainsi qu'un CD de drivers - tous inutiles pour les gamers - ainsi que la carte elle-même qui dispose d'un radiateur maison et d'une backplate, c'est à dire que le dessous de son PCB n'est pas à nu mais recouvert d'une sorte de coque métallique censée participer à la dissipation de la chaleur et qui améliore aussi l'aspect esthétique.

Une fois installée dans le PC et mise en route, on constate que les ventilateurs émettent une sorte de lumière rouge un peu sale dont on se serait bien passé, ainsi qu'un logo lumineux "GEFORCE GTX" sur le côté. La ventilation est en revanche impeccable car quasi inaudible.

Du côté des performances, en passant d'une GTX970 à une GTX1070 j'obtiens un gain de 54% sur 3DMark11/GPU et 64% sur 3DMark Time Spy/GPU. Dans les jeux je note une fluidification de Dishonored 2 en ultra (c'est d'ailleurs pour ce jeu que j'ai changé de carte) en revanche peu de changements sur mes autres jeux favoris (TW3, DOOM, Fallout4, KSP...) pour lesquels la 970 était déjà suffisante.

La question que tout le monde se pose : cette carte a-t-elle du Coil Whine ? Et bien oui et non, disons qu'il y en a mais il est suffisamment discret pour ne pas s'entendre une fois le boîtier fermé. Rappelons aussi que c'est la loterie, vous pouvez tomber sur une carte où le bruit sera plus ou moins audible.

Est-ce que je vous recommande cette carte ? Oui, à condition d'en avoir l'utilité. En effet il faut savoir que pour du gaming en 1920X1080, ultra, vous pouvez vous contenter d'une RX480 de chez AMD ou une GTX1060 de chez Nvidia, trouvables à des tarifs bien plus abordables. D'autre part si vous n'êtes pas pressé sachez qu'AMD va sortir cet été ses nouveaux GPU Vega, ça peut valoir le coup d'attendre ;) .

Seal of approval

2017 : un coup de vieux

Rédigé par uTux - - 15 commentaires

Il y a 10 ans, donc en 2007, on avait :

  • Mass Effect 1, Bioshock, Portal, Crysis, Half Life 2 Episode 2, The Witcher 1. C'était une année vraiment énorme pour les jeux vidéo, si on excepte la sortie de CoD4 qui préfigurait la mort des FPS old school.
  • L'iPhone premier du nom, Windows Vista, Debian Etch, Ubuntu 7.04 (Feisty Fawn) et 7.10 (Gutsy Gibbon) en plein dans le boom de Compiz / Beryl.
  • La montée en puissance de Facebook et la chute des skyblog et de myspace.
  • La sortie de la PS3 en Europe.
  • Le film Les Simpsons, 300, Spiderman 3, Shrek 3...
  • Fatal Bazooka (et oui), Mika, Rihana.
  • Chirac président.

Ça file un coup de vieux n'est-ce pas ? J'ai vraiment l'impression que 2007 c'était hier, à cette époque j'avais mon bac et mon permis depuis 1 an, je bossais en alternance, je faisais des sorties et soirées avec les potes, je draguais sur MSN / aMSN / Emesene.

Et pour remonter plus loin, il y a 20 ans, donc en 1997, on avait :

  • Tomb Raider II, Quake II...
  • Le film Titanic, Men In Black.
  • Le Pentium MMX et l'AMD K6.
  • Le passage de la comète Hale-Bopp que j'ai pu voir à 10 ans.
  • Des scandales quand une entreprise délocalisait sa production, c'était nouveau.
  • ...6 chaînes de télé. Et encore quelques vieilles télé noir et blanc sans télécommande.
  • Pas d'ADSL.
  • Relativement peu d'informatique dans les foyers, ou alors un unique ordinateur fixe pour tout le monde.

Pour le coup j'ai beaucoup moins de souvenirs de cette époque mais je suis un produit des années 90 donc cela m'a tout de même marqué.

Et vous, qu'est-ce qui vous donne un coup de vieux ?

OpenJK : Jedi Outcast et Jedi Academy sous Linux, Windows et OSX

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

J'ai énormément joué à Jedi Outcast et Jedi Academy, la nervosité du moteur de Quake III rend les combats au sabre très souples et dynamiques, un pur plaisir. Et puis il faut dire que la qualité de la narration est au rendez-vous, l'univers de Star Wars est parfaitement respecté, on retrouve les musiques des films et les histoires sont assez bien ficelées (Jedi Outcast est à mon sens un meilleur Épisode 7 que l'Épisode 7 lui même !). Et puis il y a le mode multi-joueurs de Jedi Academy, encore fréquenté aujourd'hui et qui continue à faire vivre le jeu 13 ans après sa sortie.

En 2013 le code source de Jedi Academy et Jedi Outcast a été libéré, ouvrant la porte à OpenJK, un fork qui permet de jouer au jeu sous Linux, OSX, mais aussi Windows, à condition de posséder les fichiers du jeu original (un peu comme Doom et ses WADs).

Les instructions sont dans le README, le principe est de récupérer le dernier build correspondant à votre système (linux-64 par exemple) puis le décompresser dans le répertoire GameData/ du jeu original (que vous devez posséder). Pour Ubuntu vous devez ensuite installer le paquet libsdl2-2.0-0 afin de pouvoir lancer le jeu (openjk_sp.x86_64).

Jedi Academy jeu en fenêtré

Et ça fonctionne plutôt bien, même s'il faut vous attendre à des bandes noires sur le côté car le jeu ne supporte pas le 16:9, ainsi que quelques bugs ou crashes occasionnels. Le jeu étant peu gourmand, il s'adapte bien à du gaming Linux même sur du Intel HD Graphics.

Diaspora, twitter

Rédigé par uTux - - 8 commentaires

J'ai utilisé Diaspora pendant 2 ans. Ça marche bien, il y a du monde, mais j'ai finalement lâché l'affaire et fermé mon compte pour les raisons suivantes, en vrac :

  • Je n'ai jamais aimé la présentation du fil d'actualité, trop petit, gâchis d'espace, quelques articles suffisent à le remplir ce qui oblige alors à scroller pour lire la suite.
  • Il n'y a pas d'information utile. Par exemple quand Skype n'arrive pas à se connecter, mon premier réflexe est d'aller voir sur Twitter s'il s'agit d'un problème mondial. Mais sur Diaspora il n'y a jamais ce genre d'information, même en suivant les tags.
  • Même en faisant du tri dans mes "contacts", je me retrouve avec beaucoup trop de contenu qui ne m'intéresse pas, un peu comme sur le Planet Libre.
  • Beaucoup de contenus politisés et pseudoscientifiques.
  • Enfin, les "repartages" et les "like" sont beaucoup trop présents et inutiles.

J'ai en parallèle jeté un coup d’œil à Twitter, pensant m'inscrire pour donner une chance à ce réseau, mais la page d'accueil m'a rapidement refroidit. En effet on y trouve des actus sportives, des actus people, des personnalités politiques, des astuces gastronomie... en gros c'est de la télévision, c'est ce que je cherche à fuir.

J'ai donc toujours ce sentiment de rejet des réseaux sociaux. Le vieux con d'internet que je suis, qui a connu IRC, les forums, les blogs, les wiki, n'arrive pas à s'adapter. Peut-être qu'un jour on me pointera du doigt en me traitant de réactionnaire qui refuse le progrès, mais pour le moment je le vis plutôt bien.

Rogue One: A Star Wars Story - sans spoiler

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

Depuis son rachat par Disney, la licence Star Wars est traitée au même titre que la licence Avengers : pour faire patienter les gens entre les "vrais" films qui arrivent tous les 3 ans, on meuble avec des spin off dont la qualité varie.

Comme je le disais dans cet article, je considère l'Episode 7 comme une purge intergalactique, une repompe sans saveur de l'épisode 4 à la sauce teenage movie qui en plus de se payer le luxe de ne pas respecter le lore nous offre des moments lourds voire gênants. Alors que dire de Rogue One ? Gareth Edwards a-t-il réussi à obtenir quelque chose d'original malgré l'aspect sandboxé de l'histoire ? En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé.

Vice Versa

S'il est vrai que l'histoire est un peu faible et longue à démarrer, j'ai en revanche beaucoup aimé l'habillage, autant sur l'aspect réalisation que narration. Côté réalisation il y a un gros travail sur la notion de gigantisme mais aussi sur l'ambiance des planètes, plutôt sombres et froides ce qui est fait pour appuyer un autre aspect que je trouve couillu pour un Star Wars : le côté sale de la guerre. Sans vouloir spoiler, on nous offre une vision légèrement moins binaire des méchants et des gentils, notamment l'alliance rebelle, ce qui tranche avec l’Épisode 7 qui ne prenait aucun risque de ce côté. Quand on agrémente le tout par une multitude de clins d’œil respectueux envers l’Épisode 4, ne serait-ce que le look vintage de la technologie (écrans monochromes) et des personnages (moustaches des années 70) on comprend que Gareth Edwards a traité la licence Star Wars avec amour.

Je regrette tout de même l'absence de développement des personnages, voire les difficultés à comprendre les motivations de certains, ce qui m'amène à me demander s'il n'y a pas eu de scènes coupées. Peut-être est-ce simplement du à l'aspect sandboxé de l'histoire, c'est un film pensé pour se suffire à lui-même, qui doit démarrer et se terminer en 2h, il ne peut donc non seulement pas s'attarder mais ne doit pas non plus marcher sur les pieds des "vrais" films.

En résumé, même si Rogue One: A Star Wars Story souffre des limitations de son scenario et de ses personnages, il n'en reste pas moins un très bon Star Wars, respectueux et bienveillant envers la saga. Pour cette raison j'appose mon "Seal of approval" et vous encourage vivement à aller le voir.

PS : Et puis il y a Ip Man bordel !!! Vous devez voir ce film.

Seal of approval
Fil RSS des articles