Migration vers Kubernetes

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Kubernetes est probablement la technologie la plus complexe sur laquelle j'ai pu travailler cette année, à tel point que j'ai longtemps été réticent à m'y frotter. J'ai tout de même choisi de me faire violence et de persévérer car ce domaine est très valorisant et très valorisé. Utiliser un outil dans le cadre d'un réel besoin est le meilleur moyen pour apprendre, c'est pourquoi j'ai décidé de migrer mon blog et d'autres sites. Voici une vue d'ensemble du fonctionnement du blog dans Kubernetes, en sachant que le pod est composé d'un container OpenSMTPD (pour le formulaire de contact) et bien entendu d'un container Pluxml :

Schema utux Kubernetes

Note : Fait avec Diagrams (schema as code). L'Ingress Controller est Traefik (j'en parle plus bas).

Le changement n'a pas été instantané, loin de là, à vrai dire j'avais ce projet de côté depuis plus de 1 an. Mon idée de départ était de créer un cluster a plusieurs nœuds mais cela ajoute une contrainte au niveau du stockage, en effet il faut des volumes accessibles en réseau. La question des coût s'est posée également car mon blog n'est pas suffisamment important pour justifier 4 serveurs (3 noeuds + 1 NAS). J'ai donc fait des concessions et accepté d'utiliser un cluster Kubernetes à 1 nœud, avec la Storage Class par défaut de k3s (local-path). C'est donc un premier pas timide mais l'objectif est de me familiariser avec Kubernetes.

Logo k3s

J'ai utilisé k3s, le Kubernetes Lightweight de Rancher. Cette distribution a l'avantage d'être facile à installer (une commande curl) et d'avoir une emprunte mémoire assez limitée (même si ça reste beaucoup plus élevé que Docker). Par contre elle n'est pas miraculeuse et le côté "lightweight" s'est fait en excluant ou limitant certaines features. Par exemple pour la gestion des Ingress on a droit à un Traefik built-in en version 1.7 (donc legacy) absolument pas documenté pour la gestion des certificats Let's Encrypt. J'ai donc désactivé cette version et installé le Traefik 2.x de containous grâce à Helm. Cette version de Traefik est implémentée en tant que CustomResourceDefinition (aka CRD) et est documentée sur le site officiel. J'avoue quand même avoir passé 3-4 jours à faire fonctionner ces satanés certificats Let's Encrypt mais j'y suis finalement parvenu et j'ai beaucoup appris.

Un autre point sur lequel k3s est limité est la liste de Storage Classes. Dans Kubernetes, une Storage Class, est en quelques sortes un driver qui peut provisionner à la volée des PersistentVolumes (PV). Dans mon cas je comptais utiliser AzureFiles pour provisionner des partages depuis un Storage account sur Azure mais il semble que k3s ne l'implémente pas. En lisant cette documentation je crois comprendre que k3s ne propose qu'une Storage Class locale, c'est à dire sur le nœud qui exécute le pod. Quand aux backends supportés, je ne trouve pas de liste même si j'ai pu valider que NFS fonctionne bien.

Migrer le blog dans Kubernetes m'a déjà permis d'apprendre beaucoup de choses. Rien de plus gratifiant que le sentiment "j'ai compris !!!" après avoir passé des heures à essayer en vain de faire fonctionner une ressource. J'espère me motiver un jour à ajouter d'autres nœuds dans mon cluster, quand j'aurai résolu le problème du stockage.

Fil RSS des articles de cette catégorie