Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Gitlab, bien mais gourmand

Rédigé par uTux 8 commentaires

J'adore gitlab, alternative libre à github installable chez soi ou utilisable en tant que service. Il a énormément de fonctionnalités: gestion du https avec letsencrypt, embarque sa BDD Postgresql, du CI avec des runnners, des issues, un registry Docker, et même de la métrologie... le tout avec une interface graphique intuitive et bien léchée.

Le problème de gitlab, c'est qu'il est monolithique et gourmand. Trop gourmand. J'ai installé une instance de gitlab-ce sur un serveur équipé de 2G de RAM, et au bout de quelques jours des erreurs 502 sont apparues. En me connectant sur le serveur j'ai constaté qu'il était quasi saturé: 1,7G ! Et en effet, après avoir consulté la page des requirements, j'a rapidement compris. Le minimum du minimum, c'est 4G de RAM + 4G de swap! Et la recommandation est de 8G!

Pour un usage perso, il est quand même ennuyeux de devoir louer un VPS à 8G de RAM, c'est pas donné, on tape dans la dizaine d'euros par mois voire plus. J'ai essayé quelques optimisations, comme diminuer le nombre de workers, le cache Postgresql, la métrologie... et après un redémarrage je suis à 1,5G de RAM.

Memoire Gitlab

Moui, ce n'est pas une franche réussite. Au moindre pic de consommation le serveur va ookill des processus. Gitlab est cool mais c'est un peu une usine à gaz en terme de ressources.

Même si je suis toujours fan de Gitlab et le recommande pour les entreprises et les organisations, je vais me mettre en recherche d'une alternative plus propice aux usages persos.

Thank you debops (advanced Ansible tricks)

Rédigé par uTux Aucun commentaire

I think debops developers are really good and I learn a lot of advanced stuff when I read their roles. I think they should be the reference for Ansible best practises. Here is 3 useful tricks that I did not know.

if in variables

From debops/ansible-docker:

docker__upstream: '{{ True
                      if (docker__distribution_release == "stretch")
                      else False }}'

Self explanatory.

Variables mapping

From debops/ansible-docker::

docker__upstream_arch_map:
  'x86_64': 'amd64'
  'armhf': 'armhf'

docker__upstream_repository: '{{ "deb [arch="
        + docker__upstream_arch_map[ansible_architecture]
        + "] https://download.docker.com/linux/" + docker__distribution|lower + " "
        + docker__distribution_release + " " + docker__upstream_channel }}'

The fact ansible_architecture is x86_64, so the variable docker__upstream_arch_map[ansible_architecture] will be resolve to amd64.

YAML to json j2

From debops/ansible-docker:

{{ docker__tpl_options | to_nice_json }}

In a variable file, simply set a YAML dictionnary, ie /defaults/main.yml:

docker__tpl_options:
  data-root: /var/lib/docker
  storage-driver: overlay2

In templates/daemon.j2:

{{ docker__tpl_options | to_nice_json }}

Thank you debops :)

Ansible filter by Azure tag

Rédigé par uTux Aucun commentaire

It took me some time to figure out how to use Azure tags as a filter for Ansible. Well it's not that hard, azure_rm.py will automatically generate groups based on tags with this pattern:

  • Tag: role:webserver
  • Becomes group: role_webserver

Yes, that's the trick, ":" becomes "_". Let's say you want to run a playbook only on machines tagged with role:webserver, just use the following command:

$ ansible-playbook -i azure_rm.py playbook.yml --limit role_webserver

Ansible Jinja loop all groups except

Rédigé par uTux Aucun commentaire

I want to generate a /usr/local/etc/backuppc/hosts with all hosts from the ansible inventory, but exclude a group.

Inventory:

[dbservers]
db1
db2
db3

[DisableBackup]
db3

hosts.j2:

# {{ ansible_managed }}

{% for hosts in groups['all'] | difference(groups['DisableBackup']) %}
{{ hosts }}
{% endfor %}

tasks/generate_hosts.yml:

  - name: Generate hosts file
    template:
      src: hosts.j2
      dest: "{{ backuppc__confdir }}/hosts"
      owner: "{{ backuppc__user }}"
      group: "{{ backuppc__group }}"
      mode: 0644
      force: yes

Run:

ansible-playbook -i inventory install_backuppc.yml

Result:

cat /usr/local/etc/backuppc/hosts
# Ansible managed
db1
db2

Source.

Vscode

Rédigé par uTux 1 commentaire

Depuis la publication de ce billet, vscode est à la mode. Et pourtant il y a de quoi grincer des dents, on pense immédiatement à Visual Studio et à Microsoft, s'agit-il d'une usine à gaz propriétaire qui sert à pondre du code pour IE6? Pas du tout.

vscode n'est pas Visual Studio, c'est un éditeur de texte avancé plutôt léger, sous licence libre (Expat), avec pas mal de plugins pour les différents langages. Et oui il s'agit de Microsoft, mais comme beaucoup j'ai passé l'âge de jouer à l'intégriste, et on peut dire qu'ils font des efforts depuis quelques années. En ce qui me concerne j'ai toujours codé avec vim, mon premier contact avec vscode fut donc un premier contact avec ce genre d'éditeur de texte. Et pour le moment je me prends au jeu, j'utilise vscode, c'est vraiment pas mal.

Vscode

J'aime la possibilité de visionner mon arborescence, travailler sur un fichier tout en ayant un terminal à disposition (par exemple pour tester des playbook Ansible). Il y a un léger temps d'adaptation pour apprendre les raccourcis (ctrl+s), mais ça reste plus facile que vim :) Je n'ai pas réussi à configurer l'utilisation d'un proxy http (oui, ça existe encore dans certaines entreprises...) ce qui m'a obligé à passer par proxychains.

Je n'aime pas l'autocomplétion, par exemple quand je veux ajouter un <strong> devant un mot, il ajoute automatiquement le </strong> mais pas au bon endroit. Pareil quand on manipule les double quote " dans les yaml, l'ajout et suppression peut devenir un enfer. Mais bon c'est toujours moins pire que vim et son indentation agaçante dans les dernières versions :) et ça se maîtrise.

Je continue à utiliser vscode, on verra si dans 6 mois je suis revenu sur vim ou pas :)

Fil RSS des articles de cette catégorie