Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Star Wars Episode VIII (no spoil), enfin!

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Après un épisode 7 incohérent et un Rogue One un peu plus ambitieux bridé par son statut de spinof, il semble que la nouvelle trilogie commence enfin à s'affirmer. Et il était temps.

A vrai dire je suis le premier surpris d'avoir aimé cet pisode 8 après avoir détesté le 7. Difficile de dire si c'est Mickey, JJ Abrahams ou les fans grincheux des "vrais star wars, les seuls, 4-5-6" qui sont responsables de ce remake raté qu'est l'épisode 7. Mais il faut constater que ce 8e film écrit enfin sa propre histoire.

SW8

Il est difficile de décrire un film aussi dense (on suit plusieurs intrigues en parallèle) sans spoiler, idem pour les personnages (nouveaux ou pas) qui s'affirment enfin, voire ont une utilité pour certains. J'ai aimé la manière dont le film arrive à nous garder en haleine durant presque 2h30, les événements s’enchaînent et on a droit à une surenchère de suspense à chaque fois.

J'ai aimé les passages où le film se moque de lui-même avec des personnages qui se posent des questions sur la cohérence de ce qu'ils voient ou font des commentaires qu'on croirait issus d'un micro trottoir IRL. J'ai aimé également la dualité de développement des personnages principaux avec leurs dialogues "distants" très bien montés.

J'ai moins aimé certains deus ex machina, problèmes de cohérence ainsi que les petits animaux qui ne sont là que pour le département marketing (il faut bien vendre des peluches à Noël).

Bon je m'arrête là pour ne pas spoiler, je reviendrai peut-être dessus plus en détail dans quelques mois.

seal of approval

Justice League, garanti sans Snyder

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Je ne suis pas trop fan de cinéma mais j'aime les films de Snyder. Au delà du divertissement il y a une profondeur et une réflexion, par exemple dans le décrié Batman V Superman la représentation des media est assez sévère. On peut même dire que c'est à travers la télévision que Batman développe une haine pour Superman jusqu'à ce qu'il réalise lors de la "scène Martha" qu'il n'a pas affaire à un dieu mais à un fils qui veut sauver sa mère. Et moi j'aime bien ce genre de prise de risque, mais visiblement ce n'est pas le cas de tous, le film ayant eu beaucoup de retours négatifs (parfois justifiés, parfois non).

Mon intérêt pour Snyder et mon manque de connaissance des héros DC m'ont poussé à aller voir le film.

Justice League

Et en fait c'est plutôt bien, pas mal de grosses scènes de baston, beaucoup de temps consacré à la construction de l'équipe (alors que cela aurait pu être rushé), des personnages assez réussis, du Jason Momoa (aka Ronan Dex de Stargate Atlantis) qui nous fait du Jason Momoa bourrin et bestial, un méchant qui veut tuer la gentille, de l'humour, ça envoie du lourd. Il n'y a cependant pas le côté Snyder auquel je m'attendais. Aucune réflexion, aucune profondeur, c'est un blockbuster tout à fait classique, la réponse (avec 5 ans de retard) de DC aux Avengers de Marvel. Et même si j'ai "kiffé" le film, je regrette quand même ce manque.

Difficile de savoir ce qui s'est passé. Le film a-t-il été "moulé" par la production pour faire face aux Avengers ? Ou est-ce du au drame qui a touché Snyder et qui l'a incité à passer la main ?

Pour le coup je ne met pas mon "seal of approval" mais je le recommande quand même !

Ghostbusters 2016 : facepalm/20

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Les remakes, c'est un gros sujet. Certes il est délicat voire malvenu de vouloir "refaire" une chose faisant partie de la pop culture, mais il y a parfois de bonnes surprises. Par exemple j'aime bien Robocop 2014 qui est correct et "met à niveau" l'histoire au 21e siècle, même si l'original reste toujours la référence. Si vous voulez en savoir plus sur les remakes, Le Fossoyeur de Films s'est emparé du sujet et en présente des bons mais aussi des mauvais, c'est très intéressant.

Ghostbusters 2016 est un film qui s'est pris un shit storm avant sa sortie à cause de sa bande annonce très impopulaire sur Youtube (80% de pouces rouges) ainsi que des commentaires très drôles.

En ce qui me concerne je trouve que c'est une bonne chose d'oser prendre des risques dans le cinéma, comme l'a fait Rogue One, ou encore Batman V Superman, deux films qui ont pour point commun un mauvais scenario mais une prise de risque dans la narration et l’esthétique qui méritent le respect. Là on parle de Ghostbusters, une franchise mythique mais dont les films ne se sont jamais vraiment pris au sérieux, alternant entre la science fiction et la comédie, un nouveau film avec casting féminin et humour me paraissent donc d'autant plus appropriés.

Affiche Ghostbusters 2016

Et puis j'ai regardé Ghostbusters 2016, pendant 1h, temps qu'il m'a fallu avant de craquer psychologiquement et de tout arrêter. Je n'accroche simplement pas à l'humour, c'est difficile d'expliquer ce qui ne va pas, mais le ton est beaucoup trop parodique, j'ai presque l'impression de regarder Austin Powers. En plus de ne pas accrocher au look et au surjeu des personnages, j'ai trouvé les gags avec Chris Hemsworth (Thor) gênants et ratés. Je pense que l'idée était d'en faire "une cruche" en version homme, mais tout est artificiel et exagéré, ça ne fonctionne pas. Je pense aussi que le film s'encombre de scènes inutiles, comme la découverte du logo sur un mur ou encore l'utilisation de la première version du proton pack sur roulettes : on s'en fout, on raconte l'histoire de chasseurs de fantômes, donnez-leur juste plein de gadgets cool, n'essayez pas de tout justifier !

En plus de tout cela, je n'ai pas l'impression que le film soit utile, il ne fait que raconter la même histoire avec un nouveau casting, mais rien n'est surprenant, tout est prévisible, on ne fait que redécouvrir tout ce que l'on connaissait déjà donc au final... à quoi bon ? Pourquoi vouloir redémarrer Ghostbusters si c'est pour faire la même chose ?

Au final Ghostbusters 2016 tient plus de la mauvaise parodie que du remake, et si vous voulez un vrai Ghostbusters 3 je vous conseille l'excellent jeu Ghostbusters sorti en 2009 qui est pour le coup un meilleur "remake" (bien que se déroulant à la suite des films) en plus d'avoir des mécaniques de jeu intéressantes et de nombreux puzzles à résoudre pour pouvoir avancer et en découdre avec les fantômes. Prévoyez une manette.

Rogue One: A Star Wars Story - sans spoiler

Rédigé par uTux 2 commentaires

Depuis son rachat par Disney, la licence Star Wars est traitée au même titre que la licence Avengers : pour faire patienter les gens entre les "vrais" films qui arrivent tous les 3 ans, on meuble avec des spin off dont la qualité varie.

Comme je le disais dans cet article, je considère l'Episode 7 comme une purge intergalactique, une repompe sans saveur de l'épisode 4 à la sauce teenage movie qui en plus de se payer le luxe de ne pas respecter le lore nous offre des moments lourds voire gênants. Alors que dire de Rogue One ? Gareth Edwards a-t-il réussi à obtenir quelque chose d'original malgré l'aspect sandboxé de l'histoire ? En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé.

Vice Versa

S'il est vrai que l'histoire est un peu faible et longue à démarrer, j'ai en revanche beaucoup aimé l'habillage, autant sur l'aspect réalisation que narration. Côté réalisation il y a un gros travail sur la notion de gigantisme mais aussi sur l'ambiance des planètes, plutôt sombres et froides ce qui est fait pour appuyer un autre aspect que je trouve couillu pour un Star Wars : le côté sale de la guerre. Sans vouloir spoiler, on nous offre une vision légèrement moins binaire des méchants et des gentils, notamment l'alliance rebelle, ce qui tranche avec l’Épisode 7 qui ne prenait aucun risque de ce côté. Quand on agrémente le tout par une multitude de clins d’œil respectueux envers l’Épisode 4, ne serait-ce que le look vintage de la technologie (écrans monochromes) et des personnages (moustaches des années 70) on comprend que Gareth Edwards a traité la licence Star Wars avec amour.

Je regrette tout de même l'absence de développement des personnages, voire les difficultés à comprendre les motivations de certains, ce qui m'amène à me demander s'il n'y a pas eu de scènes coupées. Peut-être est-ce simplement du à l'aspect sandboxé de l'histoire, c'est un film pensé pour se suffire à lui-même, qui doit démarrer et se terminer en 2h, il ne peut donc non seulement pas s'attarder mais ne doit pas non plus marcher sur les pieds des "vrais" films.

En résumé, même si Rogue One: A Star Wars Story souffre des limitations de son scenario et de ses personnages, il n'en reste pas moins un très bon Star Wars, respectueux et bienveillant envers la saga. Pour cette raison j'appose mon "Seal of approval" et vous encourage vivement à aller le voir.

PS : Et puis il y a Ip Man bordel !!! Vous devez voir ce film.

Seal of approval

Vice versa <3

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Film coup de cœur qui mérite un petit article.

Vice Versa ou Inside Out en version originale est un PIXAR sorti durant l'été 2015 qui nous propose de suivre Riley, jeune fille de 11 ans dont la vie va être bouleversée par un déménagement. Dans son cerveau les émotions Joie, Tristesse, Colère, Dégoût et Peur se bousculent et influent sur ses décisions et ses souvenirs et non ce n'est pas une adaptation du sketch des 2 minutes du peuple ou encore de Il était une fois... la Vie.

Vice Versa

C'est un film surprenant, drôle et intelligent avec des musiques sublimes. La représentation du cerveau, monde immense et ouvert dans lequel des petites usines matérialisent les différentes fonctions, est très réussie. Sans vouloir spoiler l'histoire, les péripéties des personnages-émotions vont être le prétexte à l'exploration de la mémoire centrale, du centre de tri des souvenirs, le train de la pensée, abstraction, et même les rêves ! Bourré d'humour mais aussi de moments émouvants, ce film ne m'a pas laissé indifférent, j'ai également beaucoup aimé la conclusion.

Un film que je vous recommande fortement donc, à vous ou vos enfants, et je lui attribue mon seal of approval.

Seal of approval
Fil RSS des articles de cette catégorie