Mass Effect Andromeda : Inquisition/20

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Après avoir terminé Mass Effect Andromeda et débuté une seconde partie en difficulté plus élevée (Insanity), je livre mon avis sur le jeu. Afin de rendre tout cela plus lisible, je ne vais pas écrire un gros pâté mais parler des points positifs et négatifs qui ont retenu mon attention.

+ Positif

Les combats (environnements). Les environnements ouverts, le système de sauts et de dash font que l'on exploite bien les 3 dimensions (on peut se percher en hauteur d'un bâtiment par exemple) et que l'ensemble est plutôt nerveux. C'est très intéressant.

Les combats (mécaniques). Le joueur n'est plus limité à un système de classe, il peut investir des points dans tous les arbres de compétence (Combat, Biotic, Tech) et les cooldown sont de nouveau individuels comme dans Mass Effect 1. En contrepartie, vous ne pouvez en utiliser que 3 à la fois, mais un système de favoris vous permet de les changer à la volée. Le système de classes (Soldier, Adept...) revient sous forme de profils disponibles en fonction des points investis.

Les compagnons. C'est un des points forts du jeu, les compagnons sont bien écrits, bien doublés en anglais (mention spéciale pour Jaal), et beaucoup de dialogues ont été ajoutés afin de les rendre vivants et profonds. On retrouve l'esprit BioWare.

Les musiques. Elles sont correctes et plutôt bien appropriées à l'ambiance du jeu.

L'histoire. Le scenario ne mérite pas un oscar, il est plutôt basique pour de la SF, mais quand on voit le truc hyper compliqué de Mass Effect 3 et sa fin de merde on se dit qu'on revient de loin et que finalement ce n'est pas si mal. Poutrer des méchants qui veulent tuer les gentils, ça me suffit et je n'en demande pas plus.

La technique. Contrairement à ce qu'on peut lire un peu partout, le jeu n'est pas si bugué, les temps de chargement sont corrects, il faut bien le dire. Pour le reste, des patchs sont déjà disponibles.

Le craft. Peu évident à appréhender à cause de l'ergonomie désastreuse des menus il est finalement assez efficace. Lors de la création d'un objet on peut utiliser des "augmentations" qui vont donner des bonus (santé, cooldowns...).

Lore friendly. Rien à lui reprocher sur ce point, c'est fidèle à Mass Effect.

- Négatif

La VF. Oh mon dieu, je ne sais pas ce qui s'est passé pour la VF, mais c'est une catastrophe, vraiment. Passez le jeu en VOSTFR a plus vite.

L'openworld. Il est clairement moins pénible que dans Dragon Age Inquisition (plus besoin de faire des détours de 20km pour aller d'un point A à un point B), mais on passe beaucoup de temps à faire de la randonnée (à pied ou en voiture). Pas de cycle jour/nuit ni météo.

Les quêtes fedex. Bonjour Ryder, blablablablabla, pourriez-vous me ramener un objet qui est à l'autre bout de la map ?

Les allers-retours au Tempest. Pour lire un e-mail, changer de planète, parler à un compagnon, avancer sur une quête débile, il faut retourner dans le Tempest (le vaisseau du joueur). Et donc se taper la cinématique du décollage systématique, c'est pénible.

Le manque de vie des PNJ. Les PNJ sont statiques, peu nombreux, calmes, les villes sont mortes. On est à des années-lumière d'un The Witcher 3 et de Novigrad, cité médiévale vivante et horrifiante, avec tavernes remplies d'alcooliques, de pugilistes et de joueurs de Gwynt.

La durée de vie. La quête principale est vraiment très courte, je pense qu'elle ne dépasse pas les 5-6h. Et si on ajoute tout l'openworld chiant et les sidequest, on atteint ~50h. C'est une durée suffisante mais j'aurais aimé moins de farm et plus de quête principale.

La navigation dans la galaxie. Il y a de nombreux systèmes à explorer, mais la plupart sont vides et on y trouve rien à part quelques ressources (pas de mini-quêtes éclair comme dans Mass Effect 2). De plus il y a beaucoup trop d'animations lors des déplacements du Tempest.

Les menus. Ils sont mal conçus et peu pratiques. Par exemple quand je suis dans l'inventaire et que je passe en revue mes armes, je n'ai aucun moyen de comparer les stats avec mon équipement actuel. Idem dans les menus d'achats.

Les graphismes. Le jeu est sorti 5 ans après Mass Effect 3 et utilise le Frostbite Engine 3, pourtant on a l'impression que rien n'a évolué. Les personnages ont toujours des cheveux en plastique, peu de polygones, les asari ont toutes le même visage, certaines cinématiques font cheap (un hôpital qui ressemble à un entrepôt), c'est clairement raté.

L'éditeur de personnage. C'est une catastrophe, possibilités très limitées, très peu de coupes de cheveux disponibles, pas d'édition des sourcils... du coup on s'en tient aux 1-2 preset potables.

Le look par défaut Scott & Sarah Ryder. Ils ressemblent à tout sauf à des humains, les traits sont exagérés et les animations robotiques. On est bien loin de John et Jane Shepard qui avaient de la gueule et un certain swag tout en conservant un look endurci.

Résumé

Sorti 2 ans après The Witcher 3 qui a placé la barre très haut et reste selon moi le meilleur RPG des cinq dernières années (et c'est probablement parti pour la décennie jusqu'à Cyberpunk 2077), Mass Effect Andromeda peine à convaincre et même si ses mécaniques de combat sont excellentes (et je dirai presque que le jeu vaut le coup rien que pour ça), il souffre de la formule classique des RPG EA, s'embourbe dans un openworld de meuporgue chiant et chronophage.

Au final est-ce que je vous recommande Mass Effect Andromeda ? Et bien c'est difficile à dire. Globalement oui car j'ai quand même passé un bon moment et de manière générale je vous encourage à vous faire votre propre avis. Néanmoins soyez prévenus que l'accroche n'est pas facile et que si vous n'avez que très peu de temps pour jouer, vous ne le finirez pas.

Mass Effect Andromeda, à chaud, finalement non

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

C'est un article écrit à chaud, donc court, qui fait suite à l'aperçu positif que j'ai posté il y a quelques jours.

Le début est plutôt cool, on se laisse guider dans le prologue qui pose les marques de la quête principale, on fait connaissance avec nos compagnons et nos ennemis... et puis on enchaîne sur la phase openworld chiante. Et le mot qui décrit le mieux cette chiantitude, c'est Inquisition. Je fais bien sûr référence à Dragon Age Inquisition, un autre jeu EA qui a aussi une quête principale grandiose, mais un openworld chiant, chronophage, vide, mort qui constitue la majeure partie du jeu. En fait c'est un MMO (pardon, meuporgue) non assumé.

Je pense détailler un peu plus mon avis dans un article beaucoup plus complet, mais je peux déjà vous dire que j'ai rage quit car j'en avais marre de me faire interrompre tous les 10m par un PNJ statique au regard vide qui me demande d'aller lui ramasser une connerie sur une autre planète. C'est simple en jouant à ce jeu j'ai l'impression de bosser, pas de jouer.

Du coup je ne vous recommande pas Mass Effect Andromeda. Si vous aimez les RPG, The Witcher 3 reste loin devant, à des années lumière même, c'est le cas de le dire.

Aperçu (positif) de Mass Effect Andromeda - sans spoil

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

Je suis un "huge fan" de la saga des Mass Effect, et j'attendais cette suite, Andromeda, avec impatience. Maintenant que le jeu est officiellement sorti, j'ai pu passer quelques heures dessus.

Et pour le moment, je suis plutôt content. Les cinématiques sont impressionnantes, les combats sont dynamiques, la technique est impeccable (temps de chargement plus que raisonnables), et on retrouve cette tendance à ramasser des quêtes à droite à gauche, caractéristique des Mass Effect et des RPG en général.

Alors oui ce n'est plus un scoop, les animations faciales sont un peu à la rue. Oxhorn parle de uncanny valley, c'est assez adéquat. Plus vulgairement on pourrait dire qu'on se croit parfois dans Toy Story, ou que les PNJ ont des paralysies faciales. Mais ça n'impacte pas la qualité du jeu. Le seul point négatif pour le moment ce sont les menus de l'interface avec lesquels je me bagarre un peu.

Étant encore au début du jeu, je ne peux vous recommander ou non de l'acheter, ni apposer mon "Seal of approval" pour le moment. Mais je suis plutôt content des premières heures passées sur ce jeu, et j'ai hâte de continuer.

Aperçu de la KFA2 GeForce GTX 1070 EX

Rédigé par uTux - - 3 commentaires

Je suis un sysadmin Linux grincheux mais également un gamer, j'ai donc un PC relativement costaud sur lequel je fais tourner mes jeux favoris. J'ai sauté il y a peu sur une GTX1070 soldée à 399€, alors que le tarif normal va de 450 à 650€ selon les constructeurs.

KFA2 est une marque relativement discrète qui vise le rapport qualité/prix, pas de bundle, pas de suite logicielle pour l'overclocking, pas de grosse campagne marketing, mais des cartes graphiques à tarif agressif sans pour autant rogner sur la qualité.

Dans la boite on a donc 2 adaptateurs d'alimentation molex vers PCI-Express ainsi qu'un CD de drivers - tous inutiles pour les gamers - ainsi que la carte elle-même qui dispose d'un radiateur maison et d'une backplate, c'est à dire que le dessous de son PCB n'est pas à nu mais recouvert d'une sorte de coque métallique censée participer à la dissipation de la chaleur et qui améliore aussi l'aspect esthétique.

Une fois installée dans le PC et mise en route, on constate que les ventilateurs émettent une sorte de lumière rouge un peu sale dont on se serait bien passé, ainsi qu'un logo lumineux "GEFORCE GTX" sur le côté. La ventilation est en revanche impeccable car quasi inaudible.

Du côté des performances, en passant d'une GTX970 à une GTX1070 j'obtiens un gain de 54% sur 3DMark11/GPU et 64% sur 3DMark Time Spy/GPU. Dans les jeux je note une fluidification de Dishonored 2 en ultra (c'est d'ailleurs pour ce jeu que j'ai changé de carte) en revanche peu de changements sur mes autres jeux favoris (TW3, DOOM, Fallout4, KSP...) pour lesquels la 970 était déjà suffisante.

La question que tout le monde se pose : cette carte a-t-elle du Coil Whine ? Et bien oui et non, disons qu'il y en a mais il est suffisamment discret pour ne pas s'entendre une fois le boîtier fermé. Rappelons aussi que c'est la loterie, vous pouvez tomber sur une carte où le bruit sera plus ou moins audible.

Est-ce que je vous recommande cette carte ? Oui, à condition d'en avoir l'utilité. En effet il faut savoir que pour du gaming en 1920X1080, ultra, vous pouvez vous contenter d'une RX480 de chez AMD ou une GTX1060 de chez Nvidia, trouvables à des tarifs bien plus abordables. D'autre part si vous n'êtes pas pressé sachez qu'AMD va sortir cet été ses nouveaux GPU Vega, ça peut valoir le coup d'attendre ;) .

Seal of approval

OpenJK : Jedi Outcast et Jedi Academy sous Linux, Windows et OSX

Rédigé par uTux - - 2 commentaires

J'ai énormément joué à Jedi Outcast et Jedi Academy, la nervosité du moteur de Quake III rend les combats au sabre très souples et dynamiques, un pur plaisir. Et puis il faut dire que la qualité de la narration est au rendez-vous, l'univers de Star Wars est parfaitement respecté, on retrouve les musiques des films et les histoires sont assez bien ficelées (Jedi Outcast est à mon sens un meilleur Épisode 7 que l'Épisode 7 lui même !). Et puis il y a le mode multi-joueurs de Jedi Academy, encore fréquenté aujourd'hui et qui continue à faire vivre le jeu 13 ans après sa sortie.

En 2013 le code source de Jedi Academy et Jedi Outcast a été libéré, ouvrant la porte à OpenJK, un fork qui permet de jouer au jeu sous Linux, OSX, mais aussi Windows, à condition de posséder les fichiers du jeu original (un peu comme Doom et ses WADs).

Les instructions sont dans le README, le principe est de récupérer le dernier build correspondant à votre système (linux-64 par exemple) puis le décompresser dans le répertoire GameData/ du jeu original (que vous devez posséder). Pour Ubuntu vous devez ensuite installer le paquet libsdl2-2.0-0 afin de pouvoir lancer le jeu (openjk_sp.x86_64).

Jedi Academy jeu en fenêtré

Et ça fonctionne plutôt bien, même s'il faut vous attendre à des bandes noires sur le côté car le jeu ne supporte pas le 16:9, ainsi que quelques bugs ou crashes occasionnels. Le jeu étant peu gourmand, il s'adapte bien à du gaming Linux même sur du Intel HD Graphics.

Fil RSS des articles de cette catégorie