VirtualBox : une case magique à cocher

Rédigé par uTux - - 8 commentaires

Ouvrez les paramètres de votre machine virtuelle, rendez-vous dans "Stockage, et cochez la case "Utiliser le cache E/S de l'hôte". Validez, et profitez de performances largement supérieures, proches du natif. La différence sera d'autant plus flagrante si vous utilisez un disque dur et non un SSD pour le stockage.

La case magique à cocher !

Pourquoi cette option n'est-elle pas activée par défaut ? Simplement parce que l'utilisation d'un cache ne permet plus d'assurer la fiabilité d'écriture des données. En effet, si votre PC s'éteint brutalement (coupure de courant), toutes les données en cache qui n'ont pas encore été écrites sur le disque seront perdues. C'est d'ailleurs pour cela qu'on trouve des batteries sur certains contrôleurs matériel RAID des serveurs.

A titre personnel, je recommande de l'utiliser car le risque est plus théorique que pratique, de plus NTFS est très bon pour s'auto réparer en cas de coupure brutale. Et puis le gain de performances est tellement énorme qu'il est difficile de s'en passer après avoir essayé.

Pense-bête : ubuntu-mate 16.10 + firefox + start page

Rédigé par uTux - - Aucun commentaire

On ne peut pas changer de page de démarrage sur Firefox depuis Ubuntu-Mate 16.10, c'est con, et il y a un rapport de bug ouvert qui n'a pas l'air d'intéresser grand monde :/

Voici ma solution custom :

$ sudo rm -r /usr/lib/firefox/defaults

C'est un peu sale mais ça ne pète ni Firefox ni votre profil. Mais en cas de mise à jour du paquet ubuntu-mate-default-settings il risque de revenir. Espérons que ce bug sera corrigé en amont.

EDIT : Autre solution, qui a l'air un peu plus propre, source :

$ sudo echo "" > /usr/lib/firefox/ubuntumate.cfg

La vente liée et l'emmerdeur

Rédigé par uTux - - 6 commentaires

J'ai commencé à rédiger cet article il y a presque un mois, mais par manque de temps et d'inspiration il est resté à l'état de brouillon. Je le publie aujourd'hui car même si l'événement n'est plus d'actualité, les réactions de certaines personnes m'ont vraiment indigné et donné l'envie d'écrire.

Vous connaissez l'histoire, en 2008 un utilisateur, Vincent Deroo-Blanquart, achète un ordinateur SONY et porte plainte parce que l'ordinateur est fourni avec Windows et tout un tas de logiciels dont le prix n'est pas clairement indiqué et surtout il n'y a pas de moyen de les refuser sans renoncer à l'achat. Il est finalement débouté et la vente liée que l'on a toujours cru illégale est même déclarée explicitement comme acceptable par la justice européenne : résumé (NextINpact). Ce jugement est potentiellement lourd de conséquences puisqu'il pourrait inciter les constructeurs qui pratiquent aujourd'hui des remboursements du système d'exploitation à cesser cette pratique.

La vente liée est le ciment du monopole de Microsoft, l'écrasement absolu de toute concurrence puisque quoi qu'il arrive chaque ordinateur vendu dans le monde = 1 licence Windows. Et elle n'est pas gratuite, elle représente une partie du prix du PC. C'est un fait dénoncé entre autres par les utilisateurs de Linux depuis des années mais qui touche en réalité bien plus de gens, par exemple ceux qui veulent installer leur propre copie de Windows 7 ou encore les professionnels qui ont des licences en volume et qui se retrouvent à payer en double pour rien lors des achats de matériel.

Cyrille donne un avis tranché et considère le plaignant comme un emmerdeur puisque de toutes manières il existe des ordinateurs sans OS tels que ceux proposés chez LDLC. Si sa démarche était réellement d'emmerder le monde alors je tiens à le féliciter, s'attaquer seul aux poids lourds que sont SONY et Microsoft , faire remonter l'affaire jusqu'à la justice européenne avec ses propres deniers tout ça pour en arriver à une conclusion qui constitue un retour en arrière pour les droits des consommateurs, c'est le troll du siècle. Sauf que la plainte date de 2008, époque à laquelle il était encore plus difficile qu'aujourd'hui de trouver des ordinateurs sans OS, et qu'en plus on a pas forcément envie d'acheter la marque LDLC. Et enfin les vraies questions de la vente liée sont, une fois de plus, évitées.

L'approche de ce jugement est purement pragmatique : les gens veulent un OS sur leur ordinateur, et même si le prix était clairement indiqué, même si on pouvait refuser, ça n'influencerait pas la décision d'achat, donc il est inutile de détailler le prix des logiciels ou donner la possibilité de refuser. Admettons, mais dans ce cas pourquoi Microsoft ? Pourquoi ne pas permettre à d'autres éditeurs de préinstaller leurs OS ? Même sans évoquer Linux, la question de l'illégitimité du monopole de Microsoft n'est jamais soulevée. Et puis si on va au bout du raisonnement, pourquoi continuer à indiquer les ingrédients et compositions sur les produits que l'on achète au supermarché, puisque ça n'influencerait pas les achats des consommateurs ? Ou dans l'autre sens : s'il n'y a pas d'influence négative sur le marché, pourquoi ne pas afficher les prix ? De plus on ne demande pas le retrait de Windows sur chaque machine, on demande l'affichage du prix réel des logiciels ainsi que la possibilité de les refuser sans devoir renoncer à l'achat.

Morgan Spurlock, protagoniste et réalisateur du film Supersize Me aurait pu être lui aussi être qualifié d'emmerdeur, mais aujourd'hui tout le monde considère qu'il a raison et que derrière l'économie, les emplois et le succès des fastfood, il y a la malbouffe, les maladies, l'endoctrinement des enfants, la désinformation des adultes. De là à transposer cette situation à l'informatique et à dire que dans quelques gouvernements années on réalisera que donner les clés de notre industrie / éducation / défense à Microsoft n'est pas une bonne idée et qu'on indiquera au moins le prix des logiciels sur les ordinateurs en grande surface, il n'y a qu'un pas utopiste que je franchis.

En conclusion, non, notre plaignant, Vincent Deroo-Blanquart n'est pas un emmerdeur, ou alors si mais dans le bon sens, et en tant que geeks nous devrions le remercier d'être allé aussi loin alors que tout le monde se contente de râler ou fermer les yeux, parce qu'au final ce n'est pas le desktop linux qui importe, c'est que le PC reste une plateforme ouverte avec du choix sur laquelle nous pouvons bidouiller.

Question ouverte : comment chiffrer simplement une clé USB ?

Rédigé par uTux - - 15 commentaires

Je regrette qu'en 2016 les principaux OS ne proposent pas de solution simple de chiffrement pour les clés et disques durs USB, des périphériques qui sont amenés à voyager régulièrement en dehors de la maison/bureau. Il est très facile voire courant de les perdre et celui qui va les trouver pourra récupérer vos documents. Vous me direz qu'il est rare de stocker les codes de la bombe atomique sur une clé USB ou même son code de carte bleue, en revanche il est courant d'y trouver des documents scannés (relevés d'impôts, de salaires, papiers d’identité....) ou même simplement du porno des photos de vacances.

Windows

Windows propose d'activer le chiffrement d'un volume en un simple clic droit, autant sur le C: que sur les périphériques USB, ce qui est louable. Malheureusement cette solution basée sur Bitlocker a trois gros défauts :

  • Elle n'existe que sur Windows, aucun portage Linux ou OS X.
  • Elle se limite aux éditions Pro ou supérieures pour Windows, ce qui exclue les versions Home que la majorité du grand public utilise.
  • Quelle confiance peut-on placer dans une solution propriétaire de chiffrement surtout quand on sait que Windows 10 se lie de plus en plus au cloud. De là à affirmer que Microsoft peut casser le chiffrement des ordinateurs de ses clients, il n'y a qu'un pas, que je ne franchis pas pour le moment, mais je préfère rester méfiant.

Linux

Du côté de Linux on a luks, ecrypfs ou encfs mais à ma connaissance il n'est pas possible de les activer avec un simple clic droit dans l'explorateur de fichiers, il faut passer par la ligne de commandes (et refaire toutes les partitions dans le cas de luks) ce qui freine fortement leur utilisation. De plus les périphériques ne seront pas déchiffrables sur Windows.

TrueCrypt / VeraCrypt ?

Une solution multi-plateforme et relativement simple à mettre en place est Truecrypt. Même si le projet a connu une fin tragique et ne doit plus être considéré comme sûr selon ses auteurs, il existe des forks tels que Veracrypt qui ont pris le relais.

Il est apparemment possible d'utiliser VeraCrypt sous forme portable, donc sans nécessiter d'installation sur l'ordinateur, ce qui est plutôt intéressant car on peut imaginer utiliser sa clé USB sur plusieurs ordinateurs sans devoir y installer de logiciel. Cette solution est également disponible sur Linux.

Question ouverte

Comment chiffrer une clé ou un disque dur USB tout en étant sûr de pouvoir l'ouvrir simplement sur Linux et sur Windows ?

MATE c'est bien - Episode 2

Rédigé par uTux - - 6 commentaires

Dans cet article j'expliquais avoir adopté MATE car il est toujours vivant et j'adore l'ergonomie façon GNOME 2. Je m'étais calé sur Ubuntu MATE mais j'ai changé, car Ubuntu reste Ubuntu, c'est à dire que même si on a affaire à une LTS, c'est à dire une version phare bénéficiant de plus d'attention, on trouve toujours de nombreux petits bugs et défauts qui se révèlent pénibles une fois accumulés. Ubuntu c'est bien sur les serveurs, en desktop beaucoup moins, l'obsession de Canonical à ne pas vouloir repousser les dates de sortie pour peaufiner leur produit y est sûrement pour quelque chose.

J'ai donc commencé par installer Debian Jessie, l'unique, la référence en terme de stabilité. Malheureusement j'ai rencontré quelques désagréments, pas vraiment dus à Debian, mais à l'environnement matériel et logiciel trop récents : pas de défilement à deux doigts sur le touchpad (résolu en installant le kernel des backports), version de qt5 trop vieille pour installer le client seafile (contourné en utilisant la version 5.1.0 de ce dernier), difficultés à faire fonctionner Virtualbox (apparemment du à l'usage des backports). J'ai fait un essai en Debian Testing, mais je n'avais plus de son, plus de Virtualbox du tout, bref pas de chance. J'aurais pu prendre le temps de résoudre ces problèmes mais à vrai dire je mange déjà du Debian desktop et serveur au boulot, j'ai donc préféré essayer une autre distribution.

J'ai installé Fedora 24 MATE et j'ai été agréablement surpris. Je suis familier avec Fedora pour l'avoir utilisé pas mal de temps et cette distribution combine à mon sens trois points forts : des logiciels à jour, stables, et vanilla. Ses deux seuls défaut sont peut-être d'une part de trop s'occuper de GNOME3 au détriment des autres bureaux (ce qui commençait à se ressentir sur le spin KDE lorsque j'ai changé de distribution) et d'autre part le faible nombre de logiciels packagés ce qui oblige à utiliser les dépôts additionnels rpmfusion. Ces dépôts sont plutôt stables, mais il faut s'attendre à des surprises lors des mises à jour de kernel (par exemple avec les modules Virtualbox). Cependant Fedora a l'excuse de ne pas s'adresser aux débutants, ces petits défauts dus à l’aspect semi-rolling release sont donc peu gênants au final.

Capture d'écran tirée du LiveDVD.

Côté desktop MATE on a droit à la version 1.14.1, la dernière à l'heure où j'écris ce billet, très épurée, bien implémentée et dépourvue de bugs pour le moment. Fedora a remplacé yum par dnf, que je n'aimais pas beaucoup lors de mes tests en machine virtuelle (lent) mais qui se révèle fonctionnel.

Fedora 24 MATE était une curiosité, j'en ai finalement fait ma distribution du moment. Et bien sûr, MATE c'est toujours bien, mangez-en.

Fil RSS des articles de cette catégorie