Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

Alors, que vaut Cyperpunk 2077 ?

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Je ne tournerais pas autour du pot : je n'ai pas aimé Cyberpunk 2077, et j'ai demandé un remboursement à GOG après quelques heures de jeu.

Commençons par évacuer les points positifs :

  • Oui c'est beau, même si à mon sens ce n'est pas la claque visuelle promise.
  • La bande son est une tuerie, avec ses chansons originales composées pour le jeu.
  • L'histoire et les personnages sont hauts en couleurs et plutôt solides. Le tout est couplé à un certain lore qui nous fait comprendre qu'il y a eu un gros travail au niveau de la cohérence de l'univers.
  • Il y a un paquet de bugs oui, mais la plupart sont visuels et ne dénaturent pas le jeu.

Ce que l'on voit rapidement dans ces qualités c'est qu'elles tiennent du domaine technique, je n'ai pas encore abordé le gameplay. Si Cyberpunk 2077 n'avait été qu'une démo pour démontrer les capacités techniques du moteur graphique ou le savoir faire de CD Projekt, il aurait été parfait. Manque de bol, c'est aussi un jeu et c'est là que les choses se compliquent :

  • Cyberpunk 2077 a une narration leeente et interminaaable, j'ai vraiment l'impression d'être sur un film interactif, une sorte de jeu Telltale (Minecraft story mode) à gros budget plutôt que dans un vrai jeu. Alors oui je sais qu'un RPG est censé accorder une place importante à l'histoire, mais il y a clairement un problème de dosage entre les cinématiques et les phases de jeu.
  • Le jeu propose 3 prologues au choix, 3 origines possibles pour votre personnage. Sur papier c'est bien, en pratique ça tient du foutage de gueule, il n'y a pas d'autre mots. 30 minutes à tout casser, aucune action (sauf pour le nomade), et une conclusion qui vous remet bien dans les rails de l'histoire sans aucune conséquence derrière. Un autre exemple de jeu qui avait plusieurs prologues possibles : Dragon Age Origin - avec beaucoup de contenu, une quête de plus de deux heures, et de gros enjeux. Je me souviens par exemple de celle de l'humain noble, de l'elfe des cités, ou encore du nain prince héritier. A côté, les prologues de Cyberpunk sont une imposture.
  • La personnalisation de votre avatar (nommé "V") s'arrête au physique car il n'y a aucun choix possible dans les dialogues. Vous devez subir les dialogues qu'on vous impose et suivre les rails de l'histoire. Pour moi ce point est rédhibitoire pour un RPG, car il faut quand même se rappeler que la consistance même de ce genre, c'est l'immersion. Le joueur doit se sentir dans la peau de son avatar, avoir l'impression qu'il vit l'histoire, jouer un rôle qu'il a déterminé. Et là il n'y a juste rien. Comparé à Mass Effect, Cyberpunk 2077 est un très mauvais RPG. On a accusé Fallout 4 de n'avoir aucun choix, mais au moins il faisait semblant !
  • Le jeu vous impose une vue à la première personne, même pendant les cinématiques, avec des limitations des mouvements de tête, et c'est très inconfortable. Je pense notamment à des séquences en voiture où vous êtes assis à l'arrière et ne voyez absolument rien car il y un siège devant et vous ne pouvez pivoter que sur 90°.

Si j'ai demandé le remboursement de Cyberpunk 2077, c'est parce que j'ai su au bout de quelques heures que je n'aurais pas la patience de le finir. Trop d'ennui, trop d'énervement dans les cinématiques rigides, aucune possibilité d'influer sur l'histoire d'une manière ou d'une autre... donc au final je préfère le regarder dans des walkthrough sur Youtube. Peut être que je redonnerai une chance au jeu dans quelques mois, si des mods ou DLC arrivent à le transformer suffisamment pour le rendre intéressant.

Projet d'achat #7: Peinture, plomberie et chauffage

Rédigé par uTux 1 commentaire

La peinture, un domaine de pro

Je pensais pouvoir repeindre ma chambre en 1-2 semaines, il aura fallu finalement un mois pour arriver à un résultat à peu près satisfaisant. Je m'y suis attelé en décembre avec madame Utux, une période où la nuit tombe très vite ce qui ne facilite pas les choses, surtout si on compte un temps de séchage de 24h entre chaque couche.

La peinture est un domaine assez restreint et plutôt réservé aux professionnels. Si on compare avec l'informatique où il est très facile de trouver des tests de matériel, des communautés, des chaînes Youtube, des tutos, des threads sur stack overflow, côté peinture c'est beaucoup moins évident. Rien que trouver une photo montrant la différence entre une peinture mat et satinée est difficile. Le choix d'une marque de peinture est là aussi compliqué puisqu'on a d'un côté les marques grand public en lowcost et de l'autre les marques professionnelles pour 3x - 5x plus cher. Peindre c'est accepter de prendre des risques et d'apprendre par l'erreur.

Personnellement j'ai du changer de marque de peinture en cours de route et apprendre à accepter les imperfections. Ne regardez pas vos murs de côté avec une lumière artificielle, vous verrez toutes les traces de rouleau qui sont invisibles en temps normal. Aucun mur n'est parfait. L'essentiel est qu'il soit blanc de face sous la lumière naturelle.

Les joies du chauffage au gaz

J'ai beaucoup de mal à comprendre le choix d'une chaudière au gaz pour un logement aussi petit (45m², trois radiateurs) par rapport à du 100% électrique vu la complexité et les coûts engendrés. L'abonnement au gaz est un forfait de €15/mois + coût du kWh, pareil pour l'électricité, l'énergie coûte donc au minimum €30/mois même si vous consommez 0 kWh. A cela il faut ajouter les coûts en entretien (révision annuelle, purge, désembouage, équilibrage...) et ne parlons même pas du dégagement de CO² et de la dépendance à une énergie fossile dont le cours est imprévisible.

Pour la peinture de la chambre, j'ai du apprendre à déposer un radiateur à eau. Il s'avère que ce n'est finalement pas si compliqué car il y a de nombreux tutoriels sur Internet. Une clé à molette, un jeu de clés Allen, une clé de purge et du ruban téflon suffisent et au final la procédure est très formatrice car on en apprend un peu plus sur la plomberie (purge, appoint d'eau, etc).

J'ai cru que la chaudière était défaillante, car si l'eau sanitaire (pour les robinets) était chaude, en revanche les radiateurs restaient tièdes et la température dans l'appartement oscillait entre 13,5°C et 16°C. Après avoir téléchargé la notice complète de la chaudière, lancé des tests à l'aide de menus cachés, j'ai fini par comprendre qu'il n'y avait aucun problème. Ce sont des radiateurs basse température, ils seront donc toujours tièdes et il faut patienter 48 à 72h pour réchauffer les pièces jusqu'à la température de consigne.

Le blues des travaux

J'ai découvert la notion de blues des travaux. C'est le moment de découragement "j'y arriverais jamais" ou "j'aurais du faire appel à un pro", quand on constate à quel point on avance lentement et qu'il y a toujours plus de choses à faire. C'est un moment passager, accrochez-vous aux petites victoires et réorganisez votre planning pour plus de confort, évitez de peindre le soir en semaine et privilégiez le weekend en matinée, c'est plus facile.

De la fibre au VDSL

J'ai souscrit à la Freebox mini 4K en 2015 avec à l'époque un débit de 1 Gbps puisque j'étais raccordé à la fibre (FTTH). Aujourd'hui ce n'est plus le cas et je suis repassé en cuivre / xDSL bien moins rapide. Heureusement je bénéficie tout de même du VDSL avec un débit estimé à ~50 Mbps, ce qui permet de télécharger à ~5,5 Mo/s.

Cette réduction de débit n'est pas si terrible mais la différence est quand même perceptible, notamment dans la latence (temps de réponse des requêtes) mais aussi dans le fait de pouvoir faire plusieurs choses en même temps. J'entends par là que lancer un apt-get update alors qu'un gros téléchargement est en cours n'est pas toujours une bonne idée. Le téléchargement de jeux Steam doit lui aussi être anticipé car plusieurs heures sont nécessaires.

En Janvier 2021, j'ai reçu un SMS de Orange m'informant que la fibre était arrivée dans mon immeuble. Non merci ! Les offres Orange sont beaucoup trop chères à mon goût et avec la Livebox je perdrais beaucoup de choses par rapport à ma Freebox. De plus mon appartement n'a pas de prises fibre, il faudra donc percer les murs pour l'installer, cela attendra.

A venir : plinthes, et encore de la peinture

Je comptais refaire la peinture de mon salon (à cause des trous) mais me suis rendu compte d'un problème de plinthes. Il y un angle de mur dans lequel l'une d'elles n'est pas droite, et plusieurs ont une légère fissure apparente sur le dessus. Il s'avère que ce n'est pas réellement une fissure mais plutôt un décollement. L'immeuble n'étant pas vieux (~6 ans) il est possible que le mur ou le plancher se soit légèrement déformés après la livraison et que personne n'a jamais pris la peine de corriger le défaut esthétique engendré.

Je compte donc réparer les plinthes avant de repeindre les murs, les travaux sont loin d'être finis.

Classé dans : Divers Mots clés : aucun

Retour sur le Bryton Rider 450

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Avant de commencer, deux points importants :

  1. Comme d'habitude, ce n'est pas un article sponsorisé. J'ai payé de ma poche ce petit gadget (€154,99) et je serais le plus honnête possible.
  2. J'ai utilisé cet appareil uniquement pour l'aspect cartographie donc je n'aborderais pas les fonctionnalités de statistiques ou le couplage avec des capteurs.
  3. Quand je parle de "cartographie", il s'agit de la capacité à charger des itinéraires au format GPX pour que l'appareil puisse les afficher sur la carte et me guider, il ne calcule pas lui-même les trajets.

J'ai pu tester cet appareil lors d'un voyage de 4 jours à vélo en 2020 et comme je le disais précédement je prépare mes itinéraires en amont pour ensuite les charger en GPX dans l'appareil.

Bryton Rider 450

Fixations

L'appareil est livré avec un socle à fixer sur le guidon à l'aide d'élastiques, adaptable à l'aide de 2 garnitures. Le Bryton Rider 450 vient ensuite se clipser dessus via 1/4 de tour. Non seulement il est solidement fixé mais en plus il se retire facilement, donc un très bon point.

Bryton fixé au guidon

Cartes, firmware, stockage

La mise à jour du firmware s'effectue avec un petit utilitaire à lancer depuis Windows ou Mac. Si vous êtes sous Linux, vous pouvez utiliser une machine virtuelle Windows avec l'USB en passthrough, c'est ce que j'ai fait et cela fonctionne plutôt bien.

La mise à jour des cartes s'effectue sans utilitaire, il faut les télécharger chez Bryton puis les copier en USB car l'appareil est reconnu comme une clé. De base il n'y a que ~700 MB de disponibles, heureusement il est possible de faire de la place en supprimant les cartes préchargées inutiles (par exemple les autres continents).

Le téléchargement des tracés GPX s'effectue lui aussi en USB.

Si on excepte la mise à jour du firmware, le Bryton Rider 450 est plutôt ami avec Linux et ne tente pas de nous casser les pieds avec une application ou un logiciel propriétaire, tout se fait en USB. Là aussi c'est un bon point.

Navigation, visibilité, Ergonomie

J'avais peur que l'écran soit trop petit (2,3 pouces) et que le fond de carte en noir et blanc soit illisible. Finalement ce combo fonctionne plutôt bien. S'il est certain qu'on a pas le confort de lisibilité d'un smartphone ou encore moins d'un PC, l'ensemble est correct pour le guidage et on distingue clairement le tracé à suivre et les différentes rues. Il arrive quand même que les cartes OSM ne soient pas tout à fait à jour, pour cela je recommande d'avoir un smartphone en secours (avec par exemple OSMandMaps et vos GPX).

S'il est possible de Zoomer sur la carte, en pratique on le fera rarement car cette opération est vraiment longue. On sent que l'appareil n'est pas une bête de compétition et il faut parfois attendre 20-30 secondes pour la mise à l'échelle. De la même manière il arrive que l'itinéraire disparaisse et revienne au bout de quelques secondes.

J'étais également inquiet du fait que l'écran ne soit pas tactile, mais cela se révèle finalement être un avantage. En effet l'utilisation de boutons en plastique ne pose pas de problèmes quand on a les doigts plein de sueur (en été), ou recouverts de gants (en hiver). Encore un aspect bien pensé.

Enfin je reprécise que le but de l'appareil n'est pas de calculer des itinéraires GPS.

Autonomie

C'est le point qui m'a fait choisir le Bryton Rider 450. En effet l'autonomie promise par le constructeur est de 32 heures, trop beau pour être vrai ? Verdict: ~13 heures (2 étapes et demi dans mon cas), sans Bluetooth, sans WiFi, sans capteur, sans rétro éclairage. On est très loin des 32 heures théoriques mais il faut tout de même signaler que l'appareil se recharge très vite, une petite demi-heure branché sur un powerbank est suffisante, cela compense un peu.

Conclusion

Dans l'ensemble je suis plutôt content du Bryton Rider 450, il fait bien le boulot que je lui demande (la navigation), il est plutôt ergonomique, il est linux friendly, et il est un fidèle compagnon quand je parts en voyage dans des endroits que je ne connais pas. Malheureusement il faut reconnaître que le constructeur est un peu trop optimiste sur l'autonomie batterie, voire malhonnête, c'est un point à prendre en compte si la batterie est votre critère déterminant.

Liens

J'ai réussi à commander une RTX 3070 FE

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Si vous ne suivez pas l'actualité du hardware, sachez que fin 2020 / début 2021 il est extrêmement difficile d'acheter des cartes graphiques, il y a une grosse pénurie sur à peu près tous les modèles :

RTX3070
Les cartes AMD chez materiel.net

Ou encore :

RTX3070
Les cartes Nvidia chez materiel.net

La cause de cette pénurie généralisée est difficile à identifier, beaucoup d'explications sont avancées sans preuve donc je ne les relaierai pas ici, mais disons que la sortie concurrente des AMD / Nvidia / Xbox Series / PS5 provoque des problèmes d'approvisionnement sur certaines puces. Cette énorme demande a provoqué l'explosion des prix des rares modèles disponibles d'autant plus qu'un phénomène de spéculation s'est créé (des gens achètent en masse des cartes pour les revendre sur eBay à prix d'or).

Les seules cartes qui sont restées à un prix fixe et "raisonnable" sont les "Founder Edition" (modèles vendus directement par Nvidia ou AMD). Le hic c'est qu'elles sont elles aussi en rupture de stock et qu'à chaque réapprovisionnement tout s'évapore en 2 minutes chrono ! Nous sommes donc rendus dans une situation où il faut utiliser des services de notification en temps réel et avoir un PC à portée de main pour avoir un espoir de commander. Et c'est ce que j'ai utilisé.

Je dois remercier pour cela FE PartAlert (et ses notifications Push dans Telegram) pour m'avoir sauvé la mise. A 14h40 j'ai reçu une notification, j'ai commandé (avec plusieurs refresh car le site avait du mal), et à 14h52 tout était déjà épuisé. Ce réapprovisionnement du catalogue (ou "drop" pour les initiés) aura donc tenu 12 minutes, un record.

Au final j'ai donc réussi à commander une RTX 3070 FE au prix officiel Nvidia (€519) qui pourra remplacer ma vénérable GTX 1070 que je possède depuis maintenant 4 ans. J'étais aussi très intéressé par une AMD RX 6800, mais les drop sont encore plus rares.

RTX3070
Source : Techpowerup

Le marché des cartes graphiques est vraiment dans un état lamentable. Entre la pénurie, la spéculation et les tarifs applesques, il est de plus en plus tentant de regarder du côté des nouvelles consoles (Xbox Series / PS5) ou des offres gaming cloud qui sont beaucoup plus abordables. L'avenir nous dira si le gaming PC "pur" est en train de se limiter petit à petit à une élite (très) fortunée capable de claquer €1000 dans une carte graphique.

Fil RSS des articles