Le Blog Utux

HTTP 200 GET /

J'ai acheté un NUC NUC6CAYH

Rédigé par uTux 8 commentaires

Un seul serveur n'était pas suffisant pour moi, j'en ai donc acheté un deuxième. J'ai choisi un NUC6CAYH à 122€. Pour ce tarif on a droit à un mini-PC équipé d'un Intel Celeron J3455 (4@1,5GHz) sans RAM ni disque dur.

NUC

J'ai ajouté 8GB de RAM (Kingston KVR16LS11/8 pour 72€) et un disque dur 2,5" de 500GB que je stockais dans un placard. A propos de la RAM, attention car le NUC ne supporte que 8GB maximum et il faut respecter la QVL sous peine d'avoir un warning impossible à désactiver à chaque boot.

Matériel

Comme indiqué précédemment, ce NUC vient avec un Intel Celeron J3455, avec 4 vrais coeurs à 1,5GHz et un turbo boost à 2,3GHz. Le tout contenu dans un TDP de 10W, gravé en 14nm et avec les instructions de virtualisation et quelques features telles que AES-NI. Pour ce prix, et pour un usage modéré, c'est très intéressant. L'ensemble n'est pas fanless, mais grandement silencieux à l'usage.

NUC front

Peut-on se risquer à parler d'un Raspberry Pi killer? Certainement pas, étant donné la gamme de prix et de matériel complètement différents. Mais il faut constater qu'un usage serveur @home est bien plus envisageable avec ce NUC qu'avec une framboise.

NUC rear

Le boîtier peut s'ouvrir par le dessus ou par le dessous, en retirant 4 grosses vis très accessibles, excellent point :) Par le dessous on accède à la cage du disque dur (2,5") ainsi qu'aux 2 slots de RAM

Il faut aussi noter qu'un kit de fixation vertical est fourni, par exemple pour fixer le NUC derrière un écran. Autre chose, ce mini-PC est assez lourd, vu ses dimensions je m'attendais à quelque chose de plus léger, mais ce n'est pas bien grave.

Système d'exploitation

S'agissant d'une plateforme x86_64 avec support uefi et legacy-bios, on peut se faire plaisir. J'ai pour le moment testé 3 systèmes d'exploitation, orientés virtualisation puisque c'est l'usage que je compte faire de ce NUC.

Système d'exploitation
Supporté
Notes
XenServer 7.4
Oui Le support d'installation USB boote correctement mais il faut utiliser un dépôt HTTP. Cela peut être fait assez facilement en décompressant l'ISO sur un autre poste puis en lançant un petit serveur http avec python.
VMware ESXi 6.5
Non Interface réseau non supportée. Il existe certaines astuces pour se construire son propre medium d'installation avec le bon pilote, mais n'étant de toutes manières pas fan de la console HTML5 je ne suis pas allé plus loin.
Proxmox VE 5.1
Oui Parfaitement fonctionnel.

Rien à signer du côté des performances, ni rapide ni lent pour de la virtualisation, surtout avec un stockage sur disque mécanique. Idéal pour un petit labo ou serveur à la maison avec des VM Linux pouvant se contenter de peu de RAM. Je créé autant que possible mes VM avec une allocation dynamique 128/256MB et un stockage 30GB, ce qui permet d'en faire tourner pas mal simultanément.

Conclusion

Pour le moment je suis plutôt satisfait de ce NUC, même si je regrette la limitation à 8GB de RAM. Il offre un bon rapport qualité/prix pour un serveur @home et le Celeron J3455 se comporte plutôt bien avec des containers et de la virtualisation. Ce petit serveur Proxmox VE va se révéler très utile pour compléter mon NAS sous FreeNAS.

EDIT 01/05/2018: Je rencontre des problèmes avec ce NUC. J'ai défini le boot en "legacy" (non uefi) sur le disque, mais il ne détecte pas d'OS au démarrage et je suis obligé, à chaque fois, de brancher un clavier et utilise le menu pour sélectionner mon disque. Ensuite je rencontre des freezes à peu près chaque semaine, c'est très chiant. Je viens de faire une mise à jour du Bios, on va voir si cela résout les problèmes.

Ce que j'aimerai dans KSP

Rédigé par uTux Aucun commentaire

Je ne suis pas l'un des plus gros joueurs de KSP, mais j'y ai quand même passé pas mal de temps:

KSP

J'ai exploré toutes les planètes, je maitrise les manœuvres de rendez vous, les transferts, je conçois mes fusées avec le deltaV qu'il faut. Par contre je n'aime pas le mode carrière, les missions sont absolument sans intérêt, répétitives et tuent le jeu. Le mode science est pile ce qu'il me faut.

Avec la sortie des patchs 1.4, 1.4.1 et du DLC Making History (gratuit les gens qui ont acheté le jeu en avril 2013) j'ai eu envie de parler un peu de ce jeu.

Après le succès de Minecraft en 2011, nous avons été inondés de jeux indépendants, le genre avec des graphismes 2D pixel art dont vous ne savez pas quoi faire dans votre librairie Steam. Rogue like, Minecraft-like ou JRPG-like, au choix. Très peu sont ceux qui ont su se distinguer et apporter quelque chose d'utile, et bien sûr Kerbal Space Program en fait partie. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'un simulateur de conquête spatiale, basé sur le moteur Unity. On construit nos fusées de A à Z, on y place un petit Kerbonaut ou une sonde automatisée, et on pilote du mieux qu'on peut pour arriver en orbite.

Si le jeu n'est pas 100% physiquement correct, il constitue une bonne simulation puisque les fusées, navettes et avions ne se pilotent pas comme dans la plupart des jeux de SF façon arcade, mais bien à l'aide de trajectoires balistiques, orbites, transferts, etc. Autant dire qu'atteindre l'orbite de Kerbin constitue un premier pallier à atteindre et que chaque progression est glorifiante. Après une centaine d'heures de jeux vous serez calé sur les mécaniques orbitales, la notion de deltaV, apogée, périgée... Le jeu propose d'ailleurs une courbe de difficulté naturelle croissante, l'apprentissage se faisant grâce aux tutoriels du jeu, aux essais et échecs, et à l'immense communauté que l'on trouve sur internet et Youtube: ShadowZone, Stardust, Scott Manley, Marcus House, Hazard-ish, Mark Thrimm, Turbo Pumped, Matt Lowne, Danny2462 et bien d'autres...

Quand on est fan d'astronomie et d'exploration spatiale comme moi, KSP est un jeu incontournable, et disponible sur Linux en plus. Cependant il n'est pas dénué de bugs et il manque à mon sens beaucoup de choses, qui peuvent être comblées par des mods, mais ce serait cool de les avoir en vanilla:

  • Des nuages, voire même un système de météo. Eve s'inspire de Venus, ce serait cool d'avoir une couverture nuageuse opaque et des pluies acides sur le sol.
  • Un indicateur de deltaV quand on conçoit les véhicules, à la façon du mod Kerbal Engineer Redux, parce qu'actuellement il n'y en a pas et on ne sait jamais si on emporte trop ou pas assez de carburant.
  • Des hélices, je rêve de pouvoir envoyer des drones sur Duna.
  • Un système de carrière revu, avec de vraies missions d'exploration intéressantes.
  • Pouvoir articuler, plier, déplier les véhicules. Ce serait très pratique pour les faire entrer de manière esthétique sous les coiffes des fusées.
  • Pouvoir récupérer les boosters, très difficile actuellement car en présence d'atmosphère le jeu supprime automatiquement tout objet trop éloigné du joueur.
  • De nouvelles planètes, car j'ai fait le tour du jeu.
  • Des choses à faire quand on pose le pied sur une autre planète...
  • Un système de journal voire de blog, qui permet de conserver un historique de nos découvertes.

KSP est un jeu que je vous recommande grandement, vous ne regarderez plus la conquête spatiale de la même façon après ça.

Utux seal of approval
Classé dans : Jeux Mots clés : ksp

Disclamer: iPhone 7

Rédigé par uTux 2 commentaires

Après l'article un peu salé: iPhone: le pire smartphone ever? je dois préciser que finalement je l'utilise, je lui ai donné une seconde chance et j'ai enfin réussi à utiliser mon compte Apple ID pour accéder à l'Apple store. Comment ai-je fait? Aucune idée...

Et finalement, c'est pas si mal. C'est bon de retrouver des applications telles que Waze, car après 3 ans d'utilisation de Windows Phone j'avais abandonné tout espoir. D'ailleurs le Windows Store ne fonctionnait même plus (sur le Lumia 950, pourtant un flagship toujours maintenu). J'ai du installer iTunes pour copier ma musique vers l'iPhone, c'est chiant mais ce logiciel est moins pire que dans mes souvenirs, ça fonctionne mieux que Rhythmbox qui est devenu une usine à gaz lente et buguée depuis sa radicalisation vers GNOME3. J'ai tenté d'utiliser le connecteur iPhone sur Clementine mais c'est niet, la seule et unique solution fonctionelle semble être iTunes pour le moment.

Apple c'est peut-être mal, mais au final quelle différence avec Android? En terme d'éthique et de collecte de données, Apple et Google c'est pareil, donc au final pourquoi pas, il n'y a de toutes façons pas d'alternative libre viable.

Petit récap en vrac:

Les plus:

  • L'écran 4,7", taille idéale pour moi
  • Très fin
  • Bonne qualité photo
  • Interface réactive
  • Meilleure autonomie batterie que le Lumia 950, même s'il ne fait pas de miracle (Waze + musique en bluetooth...)
  • La charge plutôt rapide
  • Qualités intrinsèques de iOS: sans crapware, et maintenu à jour
  • Connecteur ActiveSync correct, j'ai pu facilement connecter mon instance YunoHost (Z-Push)
  • Apple Pay

Les moins:

  • Peut-être un peu lourd (je chipote).
  • Pas de connecteur Jack pour brancher un casque
  • Pas de connecteur standard USB-C
  • Ne se démonte pas, pas de changement de batterie, pas de port SD
  • Nécessité d'installer iTunes pour copier de la musique
  • Assez intrusif (beaucoup d'informations obligatoires requises pour créer un Apple ID, et bascule sur iMessages s'il détecte que le correspondant a aussi un iPhone)
  • Refuse souvent de fonctionner en l'absence de carte SIM

Docker swarm, publish et scaleway

Rédigé par uTux Aucun commentaire

On dirait le titre d'un WTC mais ce n'est pas le cas, c'est plutôt un bug à la con qui m'a bloqué toute une soirée.

Je fais tourner mon blog et d'autres sites chez Scaleway, sur un VC1S avec Docker (debian 9 + installation custom). Je fais au plus simple avec docker-compose qui jusque là était satisfaisant pour mes besoins. Mais depuis quelques temps je songe à passer à la vitesse supérieure avec swarm, qui me permettra d'ajouter d'autres nodes et former un vrai cluster.

Après avoir mené une phase de tests en VM, j'ai décidé de me lancer et migrer sous swarm. Mais je me suis confronté à un bug énervant, impossible de publier des ports, par exemple:

$ docker network create -d overlay net-web
t1q2kzso3a5fnlkd0s8tvywid

$ docker service create --network net-web --publish 80:80 nginx
xl35ov6bkehabkx4547omrodj
overall progress: 1 out of 1 tasks 
1/1: running   [==================================================>] 
verify: Service converged

$ telnet 127.0.0.1 80
Trying 127.0.0.1...
telnet: connect to address 127.0.0.1: Connection refused

Connexion refusée, le port n'est donc pas publié :/

Cela m'a rendu fou car en machine virtuelle VirtualBox ou KVM ça fonctionne du premier coup, et la lecture de documentation ou divers blogs ont confirmé qu'il n'y avait pas plus de manipulations à faire, ça devrait juste marcher !

J'ai commencé à soupçonner Scaleway, et en faisant une recherche avec les bons mots clés je suis tombé sur ce blog et cette issue github.

Ben voilà, c'est bien un problème avec Scaleway, car leur architecture est un peu particulière. Les serveurs ou VM n'ont pas de grub, ce sont des nodes provisionnées à la volée en PXE, avec script de démarrage et kernel maison. Et il s'avère qu'avec ces deux bootscripts, ça ne marche pas:

  • x86_64 4.10.8 std #1
  • x86_64 4.10.8 docker #1

C'est con, car le premier est celui proposé par defaut, le second est celui vers lequel on s'oriente naturellement quand on veut faire fonctionner du Docker.

Voici donc le bon bootscript: x86_64 mainline 4.14.23 rev1.

Proposer un kernel custom est une sale habitude des hébergeurs, mais à 3€/mois le vps, peut-on vraiment se plaindre de Scaleway?

Fil RSS des articles